Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projet de loi sur la violence contre les femmes Hakkaoui et Ramid font cavalier seul
Publié dans Libération le 19 - 07 - 2012

Le gouvernement Benkirane n'en finit pas d'exaspérer les femmes. Le comble est que la seule qui y figure ne fait rien pour remédier à cette situation. Bien au contraire. Pour preuve, il y a un projet de loi que l'on est en train de concocter entre le département de la Justice à la tête duquel se trouve le pjdiste Mustapha Ramid et celui de la Femme, de la Famille, de la Solidarité et du Développement social, coiffé par la toute aussi pjdiste Bassima Hakkaoui.
Ledit projet de loi concerne le soutien des victimes de la violence basée sur le genre, surtout que la recrudescence et l'ampleur du phénomène deviennent de plus en plus inquiétantes. Et Dieu sait qu'il ne peut en aucun cas être du seul ressort des deux ministres précités.
A ce propos, la militante des droits de la femme et présidente de la Fédération de la Ligue démocratique des droits de la femme (FLDDF) Faouzia Assouli, ne décolère pas.
L'élaboration d'un tel projet nécessite, selon elle, la présence de deux départements ministériels dont le rôle est d'une importance capitale concernant la lutte contre la violence faite aux femmes. Il s'agit du ministère de l'Intérieur dont relèvent les forces de sécurité et du ministère de la Santé dont les agents sont toujours appelés à soigner les séquelles de cette violence, que ce soit d'ordre physique, psychique, sexuel, ou autres.
Les avoir ignorés est donc annonciateur de l'échec de l'approche adoptée par le département de Bassima Hakkaoui et condamne ledit projet de loi avant même qu'il ne voie le jour, a-t-elle affirmé.
Autre anomalie à relever, Bassima Hakkaoui a mis la charrue devant les bœufs. Elle ne veut prendre langue avec les organisations de la société civile qu'après avoir finalisé son projet. Elle ne compte en fait que les consulter sans les associer à quoique ce soit, et ce en violation des dispositions de l'article 12 de la Constitution. Et de préciser que la violence contre les femmes sur la base du genre prend plusieurs formes, appelant à la mise en place de mécanismes de prévention, de protection et de réparation pour les femmes et les jeunes filles victimes de ce fléau.
A rappeler que dans sa campagne de sensibilisation et de plaidoyer pour renforcer les mécanismes de protection et de développement des droits des femmes, consacrés par la nouvelle Constitution, Fouzia Assouli, avait appelé, samedi dernier, lors d'un colloque international à Casablanca, à l'élaboration de cette loi-cadre.
Une semaine avant, les militantes de la Fédération de la Ligue démocratique des droits de la femme (FLDDF) avaient observé, à Casablanca, un sit-in en protestation contre la recrudescence de la violence à l'égard des femmes.
Dans son rapport présenté la semaine dernière lors d'une conférence de presse, la FLDDF avait annoncé que 15.111 cas de violence contre les femmes ont été enregistrés durant les années 2010-2011 par le Réseau de la Ligue/INJAD.
Au niveau national, les centres de la Ligue ont répertorié, au cours de cette période, 4632 cas de femmes battues, dont 1209 à Casablanca, 605 à Béni Mellal, 476 à Ouarzazate, 396 à Rabat, 358 à Marrakech et 304 à Témara, selon les données du rapport annuel de la Fédération sur la violence basée sur le genre. D'autres cas de violences ont été signalés au niveau des centres de Fkih Bens Saleh (286 cas), Salé (269 cas), Larache (227 cas), Mohammedia (220 cas), Guelmim (132 cas) et Tanger avec 114 cas, selon la même source.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.