Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les professions paramédicales accusent un grand déficit
Publié dans Libération le 13 - 07 - 2013

Un manque crucial de professionnels de santé au Maroc, notamment dans le domaine de la kinésithérapie, de l'orthophonie et de la psychomotricité, autant de métiers paramédicaux indispensables dans la réussite des rééducations ! Un constat que n'ont pas manqué de relever les participants à une table ronde tenue dernièrement à Casablanca. Cette rencontre qui a vu la présence de praticiens de renom a eu pour thème «L'importance des métiers paramédicaux dans la réussite des rééducations».
Souvent méconnues, les professions paramédicales sont décisives dans les schémas thérapeutiques. Le Maroc accuse aujourd'hui un déficit important dans ce domaine. Les chiffres à ce propos sont fort parlants. Ainsi, il s'avère que le Royaume ne compte que 700 kinésithérapeutes installés en libéral, environ 150 orthophonistes et une quinzaine de psychomotriciens. Autant de filières où il est urgent de former des professionnels compétents offrant des débouchés certains. Et pour cause, la complémentarité entre médecins, médecins spécialistes et professionnels de la santé a été illustrée par des exemples concrets. Pour sa part, Pr Said Benomar, neuro-pédiatre, chef de service à l'Hôpital d'enfants de Casablanca a exposé à travers des cas cliniques de patients du CHU Ibn Roch, le processus complet de prise en charge du patient et ce, du diagnostic médical au traitement des rééducations en fonction de chaque pathologie. Il a ainsi indiqué que si les pathologies en orthopédie infantile nécessitent un traitement kinésithérapique, les pathologies en neuro-pédiatrie, nécessitent, pour leur part, de la kinésithérapie, de l'orthophonie, et de la psychomotricité. Il a insisté par ailleurs « sur la nécessité d'un diagnostic précoce, et le fait que la prise en charge thérapeutique soit pluridisciplinaire». Mme Boutayeb, présidente de l'Association des kinésithérapeutes du Grand Casablanca, a évoqué l'intérêt des rééducations en pédiatrie notamment l'importance de la kinésithérapie respiratoire et la rééducation des troubles neuro-moteurs chez l'enfant. Elle a rappelé tous les champs d'activité du kinésithérapeute : pédiatrie, traumatologie, orthopédie, neurologie, pneumologie, cardiologie... Le kinésithérapeute soigne le nourrisson, l'adulte, le sportif et la personne âgée... En effet avec le vieillissement de la population, la rééducation en gériatrie est en plein développement. Concernant les différentes techniques kinésithérapiques, elle souligne l'importance de celles manuelles et insiste sur la formation aux techniques récentes. Elle a conclu par le fait que «le métier de kinésithérapeute est un métier polyvalent, ce qui en fait sa richesse».
Quant à Saraa Zarkik, présidente de l'Association des orthophonistes du Maroc, elle a regretté le fait «qu'il n'existe que 150 orthophonistes installés en libéral au Maroc». Par la suite, elle a passé en revue les différentes activités de l'orthophoniste, la rééducation des troubles primaires tels que les troubles spécifiques du langage oral et écrit et ceux secondaires comme les troubles liés aux atteintes neurologiques. Elle nous informe également sur la collaboration avec les médecins prescripteurs qui sont les ORL, les pédiatres, les pédopsychiatres, les neurologues, les dentistes et orthodontistes et aussi avec le secteur de l'enseignement scolaire et les associations spécialisées.
Catherine Guyot, première psychomotricienne installée en libéral au Maroc, a souligné dans un premier temps l'importance de connaître le développement psychomoteur de l'enfant puis a expliqué le processus de rééducation de l'enfant atteint de troubles neuro moteurs. Elle a précisé que pour cette rééducation, le thérapeute a besoin de la collaboration de la mère pour favoriser l'interaction entre le psychomotricien et l'enfant. Pour terminer, notre oratrice a insisté sur l'importance d'inclure tout l'entourage immédiat de l'enfant pour pouvoir faire un diagnostic précis et établir un plan de rééducation personnalisé.
En conclusion, tous les intervenants étaient unanimes pour souligner l'importance de la collaboration entre les différents professionnels de la santé qu'ils considèrent comme étant la clef de la réussite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.