RAM: El Othmani promet des aides urgentes    Equipementiers: L'après crise encore plus critique…    L'OCP défend sa marge d'Ebitda    Covid-19: D'autres moyens de dépistage bientôt lancés    A partir du 6 avril : Al Barid Bank versera les aides financières aux bénéficiaires    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Tuez-les par balle» : tel est l'ordre du président philippin contre ceux qui refusent le confinement    Coronavirus : 17 nouveaux cas confirmés, 708 au total, jeudi 2 avril à 21h    Agriculture : La situation du marché à un niveau normal    Le dernier délai pour renouveler l'assurance automobile fixé au 30 avril    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    Le point avec Abdellah El Ouardi, préfet de police de Casablanca    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    Rummenigge : La crise va stopper l'inflation malsaine dans le foot    Une amende pour Boateng après avoir quitté Munich sans autorisation    TIBU Maroc s'adapte au coronavirus    Des communes d'El Jadida mettent la main à la pâte    La croissance économique devrait s'établir à 2,2% en 2019    Mohamed El Youbi: On s'attend à un aplatissement de la courbe de l'épidémie au Maroc    Ministère de la Solidarité et ONG main dans la main    Le Fonds des Nations unies pour la population lance l'opération Salama    Léa Seydoux : Pour moi, un héros ça pardonne    Décès de Marcel Botbol des suites du coronavirus    Un sosie d'Elvis donne un concert depuis sa fenêtre    Confinement: nouvelles pratiques, vieilles fractures    Enchères de Sotheby's: Melehi et Belkahia en vedette    Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Fonds Spécial Covid-19    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Adieu Si Fadel    Commerce extérieur : Les indices reculent au quatrième trimestre 2019    Coronavirus : Décès à Paris du musicien marocain Marcel Botbol    Brèves Internationales    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les professions paramédicales accusent un grand déficit
Publié dans Libération le 13 - 07 - 2013

Un manque crucial de professionnels de santé au Maroc, notamment dans le domaine de la kinésithérapie, de l'orthophonie et de la psychomotricité, autant de métiers paramédicaux indispensables dans la réussite des rééducations ! Un constat que n'ont pas manqué de relever les participants à une table ronde tenue dernièrement à Casablanca. Cette rencontre qui a vu la présence de praticiens de renom a eu pour thème «L'importance des métiers paramédicaux dans la réussite des rééducations».
Souvent méconnues, les professions paramédicales sont décisives dans les schémas thérapeutiques. Le Maroc accuse aujourd'hui un déficit important dans ce domaine. Les chiffres à ce propos sont fort parlants. Ainsi, il s'avère que le Royaume ne compte que 700 kinésithérapeutes installés en libéral, environ 150 orthophonistes et une quinzaine de psychomotriciens. Autant de filières où il est urgent de former des professionnels compétents offrant des débouchés certains. Et pour cause, la complémentarité entre médecins, médecins spécialistes et professionnels de la santé a été illustrée par des exemples concrets. Pour sa part, Pr Said Benomar, neuro-pédiatre, chef de service à l'Hôpital d'enfants de Casablanca a exposé à travers des cas cliniques de patients du CHU Ibn Roch, le processus complet de prise en charge du patient et ce, du diagnostic médical au traitement des rééducations en fonction de chaque pathologie. Il a ainsi indiqué que si les pathologies en orthopédie infantile nécessitent un traitement kinésithérapique, les pathologies en neuro-pédiatrie, nécessitent, pour leur part, de la kinésithérapie, de l'orthophonie, et de la psychomotricité. Il a insisté par ailleurs « sur la nécessité d'un diagnostic précoce, et le fait que la prise en charge thérapeutique soit pluridisciplinaire». Mme Boutayeb, présidente de l'Association des kinésithérapeutes du Grand Casablanca, a évoqué l'intérêt des rééducations en pédiatrie notamment l'importance de la kinésithérapie respiratoire et la rééducation des troubles neuro-moteurs chez l'enfant. Elle a rappelé tous les champs d'activité du kinésithérapeute : pédiatrie, traumatologie, orthopédie, neurologie, pneumologie, cardiologie... Le kinésithérapeute soigne le nourrisson, l'adulte, le sportif et la personne âgée... En effet avec le vieillissement de la population, la rééducation en gériatrie est en plein développement. Concernant les différentes techniques kinésithérapiques, elle souligne l'importance de celles manuelles et insiste sur la formation aux techniques récentes. Elle a conclu par le fait que «le métier de kinésithérapeute est un métier polyvalent, ce qui en fait sa richesse».
Quant à Saraa Zarkik, présidente de l'Association des orthophonistes du Maroc, elle a regretté le fait «qu'il n'existe que 150 orthophonistes installés en libéral au Maroc». Par la suite, elle a passé en revue les différentes activités de l'orthophoniste, la rééducation des troubles primaires tels que les troubles spécifiques du langage oral et écrit et ceux secondaires comme les troubles liés aux atteintes neurologiques. Elle nous informe également sur la collaboration avec les médecins prescripteurs qui sont les ORL, les pédiatres, les pédopsychiatres, les neurologues, les dentistes et orthodontistes et aussi avec le secteur de l'enseignement scolaire et les associations spécialisées.
Catherine Guyot, première psychomotricienne installée en libéral au Maroc, a souligné dans un premier temps l'importance de connaître le développement psychomoteur de l'enfant puis a expliqué le processus de rééducation de l'enfant atteint de troubles neuro moteurs. Elle a précisé que pour cette rééducation, le thérapeute a besoin de la collaboration de la mère pour favoriser l'interaction entre le psychomotricien et l'enfant. Pour terminer, notre oratrice a insisté sur l'importance d'inclure tout l'entourage immédiat de l'enfant pour pouvoir faire un diagnostic précis et établir un plan de rééducation personnalisé.
En conclusion, tous les intervenants étaient unanimes pour souligner l'importance de la collaboration entre les différents professionnels de la santé qu'ils considèrent comme étant la clef de la réussite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.