La femme est appelée à s'affirmer dans les divers registres de la vie sociétale    Déclaration du CA avant le 1er avril    Une semaine sous le signe de la stabilité    Merkel et son parti voient leur étoile pâlir    Une artiste qui respire l'art pictural    La réduction des écarts d'activité entre les hommes et les femmes entrainerait un accroissement du PIB    Mercedes-Benz Classe C : la grande classe    Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    Le Maroc reçoit 500 000 doses de vaccin de la Chine    L'émancipation des femmes passe par casser le «plafond de verre»    L'égalité des genres au centre des efforts de relèvement de la crise    La femme, au cœur du développement!    VIDEO. Ksar Sghir : dégâts très lourds après les inondations    L'étape actuelle exige une implication de tous    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    Ligue des champions Afrique (3è journée): le point sur le groupe C    Google ne se servira plus des cookies pour la publicité    Sebta et Mellilia: quelles alternatives pour mettre fin à la contrebande ?    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    Interview avec Rachid El Guenaoui : Il brise les codes du luxe et revendique une mode « sport homme-femme » décomplexée    Programme des principaux matchs du dimanche 7 mars    Hauteurs de pluie: jusqu'à 43 millimètres au Maroc    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    CAN U20 : Le Ghana, champion d'Afrique !    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar        Des femmes qui comptent : Siham Alami    Obésité et Covid-19 : le choc fatal entre deux pandémies    Maroc : Les barrages remplis à 50%    RSB-FAR (1-2) : Les Militaires confirment leur ascension !    LDC Afrique: Le WAC bat Horoya Conakry et prend la tête de son groupe    Présidence de la CAF: un candidat se retire de la course    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 6 mars    1ère Chambre: les députés absentéistes risqueront désormais la révocation    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    L'étape actuelle exige une implication de tous dans les efforts d'élection des institutions représentatives    Suède: Ibrahimovic de retour en sélection ?    Des femmes qui comptent : Siham Alami    Chambre des représentants: Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Ghana    La députée du PAM Faraj Touriya débarquée d'un vol «Raynair»    Londres: le prince Philip transféré dans un autre hôpital    Armée américaine et insurgés du Capitole    Hirak : des centaines de milliers d'Algériens réclament le changement radical du système    La victoire du peuple algérien, " confisquée par un coup de force pour sauver le système "    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les professions paramédicales accusent un grand déficit
Publié dans Libération le 13 - 07 - 2013

Un manque crucial de professionnels de santé au Maroc, notamment dans le domaine de la kinésithérapie, de l'orthophonie et de la psychomotricité, autant de métiers paramédicaux indispensables dans la réussite des rééducations ! Un constat que n'ont pas manqué de relever les participants à une table ronde tenue dernièrement à Casablanca. Cette rencontre qui a vu la présence de praticiens de renom a eu pour thème «L'importance des métiers paramédicaux dans la réussite des rééducations».
Souvent méconnues, les professions paramédicales sont décisives dans les schémas thérapeutiques. Le Maroc accuse aujourd'hui un déficit important dans ce domaine. Les chiffres à ce propos sont fort parlants. Ainsi, il s'avère que le Royaume ne compte que 700 kinésithérapeutes installés en libéral, environ 150 orthophonistes et une quinzaine de psychomotriciens. Autant de filières où il est urgent de former des professionnels compétents offrant des débouchés certains. Et pour cause, la complémentarité entre médecins, médecins spécialistes et professionnels de la santé a été illustrée par des exemples concrets. Pour sa part, Pr Said Benomar, neuro-pédiatre, chef de service à l'Hôpital d'enfants de Casablanca a exposé à travers des cas cliniques de patients du CHU Ibn Roch, le processus complet de prise en charge du patient et ce, du diagnostic médical au traitement des rééducations en fonction de chaque pathologie. Il a ainsi indiqué que si les pathologies en orthopédie infantile nécessitent un traitement kinésithérapique, les pathologies en neuro-pédiatrie, nécessitent, pour leur part, de la kinésithérapie, de l'orthophonie, et de la psychomotricité. Il a insisté par ailleurs « sur la nécessité d'un diagnostic précoce, et le fait que la prise en charge thérapeutique soit pluridisciplinaire». Mme Boutayeb, présidente de l'Association des kinésithérapeutes du Grand Casablanca, a évoqué l'intérêt des rééducations en pédiatrie notamment l'importance de la kinésithérapie respiratoire et la rééducation des troubles neuro-moteurs chez l'enfant. Elle a rappelé tous les champs d'activité du kinésithérapeute : pédiatrie, traumatologie, orthopédie, neurologie, pneumologie, cardiologie... Le kinésithérapeute soigne le nourrisson, l'adulte, le sportif et la personne âgée... En effet avec le vieillissement de la population, la rééducation en gériatrie est en plein développement. Concernant les différentes techniques kinésithérapiques, elle souligne l'importance de celles manuelles et insiste sur la formation aux techniques récentes. Elle a conclu par le fait que «le métier de kinésithérapeute est un métier polyvalent, ce qui en fait sa richesse».
Quant à Saraa Zarkik, présidente de l'Association des orthophonistes du Maroc, elle a regretté le fait «qu'il n'existe que 150 orthophonistes installés en libéral au Maroc». Par la suite, elle a passé en revue les différentes activités de l'orthophoniste, la rééducation des troubles primaires tels que les troubles spécifiques du langage oral et écrit et ceux secondaires comme les troubles liés aux atteintes neurologiques. Elle nous informe également sur la collaboration avec les médecins prescripteurs qui sont les ORL, les pédiatres, les pédopsychiatres, les neurologues, les dentistes et orthodontistes et aussi avec le secteur de l'enseignement scolaire et les associations spécialisées.
Catherine Guyot, première psychomotricienne installée en libéral au Maroc, a souligné dans un premier temps l'importance de connaître le développement psychomoteur de l'enfant puis a expliqué le processus de rééducation de l'enfant atteint de troubles neuro moteurs. Elle a précisé que pour cette rééducation, le thérapeute a besoin de la collaboration de la mère pour favoriser l'interaction entre le psychomotricien et l'enfant. Pour terminer, notre oratrice a insisté sur l'importance d'inclure tout l'entourage immédiat de l'enfant pour pouvoir faire un diagnostic précis et établir un plan de rééducation personnalisé.
En conclusion, tous les intervenants étaient unanimes pour souligner l'importance de la collaboration entre les différents professionnels de la santé qu'ils considèrent comme étant la clef de la réussite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.