Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Représentativité politique des femmes: Partis et ONG interpellés    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    L'Otan adopte une déclaration finale    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Tilda Swinton, l'insaisissable icône du 7e art    Washington et Rabat déterminés à travailler de concert    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Comment protéger vos données personnelles    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Le WAC vise une cinquième victoire face au Mamelodi Sundowns en Ligue des champions    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    L'AMMC présente son guide de lutte contre le blanchiment d'argent    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    Australie: Des incendies fusionnent en un « mégafeu » au nord de Sydney    OCP MS devient le 1er centre certificateur Mobius au Maroc    Deuxième plainte de Huawei contre l'administration Trump    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    JO 2022 : Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Tous à Londres, personne à Madrid!    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    «Jeshop.ma» : Un pop-up store mis en place au FIFM    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Lancement du plan national de lutte contre la mendicité des enfants    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Plusieurs partenariats ont été scellés lors du Forum économique Fès-Meknès : Des synergies innovantes se créent    «La mer est un personnage principal dans Lalla Aïcha»    Les Verts sont à Kinshasa. Coulisses d'un voyage    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les lundis d'A. Bissani : Pour un islam des Lumières
Publié dans Libération le 11 - 11 - 2013

«Manifeste pour un islam des Lumières» (Hachette Littératures, 2004) est un texte/manifeste écrit par l'anthropologue et psychanalyste Malek Chebel.
Il s'agit d'un texte fort intéressant dès lors qu'il revient sur la question de la compatibilité de l'islam avec la modernité. A cet effet, et pour étayer ses propos, Malek Chebel, comme l'indique le sous-titre de l'ouvrage, recommande 27 propositions pour réformer l'islam. Le mot qui ouvre le manifeste est révélateur à bien des égards : «Un islam des Lumières est-il possible ?» La question est sans conteste d'une actualité frappante non seulement à cause de la situation de l'islam et des musulmans dans le monde aujourd'hui, mais aussi à cause de l'arrivée des islamistes au pouvoir dans bon nombre de pays musulmans suite, notamment, aux événements du printemps démocratique. Réfractaires à la pensée libre, arrimés à un passé révolu, si fatalistes pour ne pas dire superstitieux, les islamistes constituent un véritable cran d'arrêt devant tout épanouissement individuel ou collectif, ce qui rend catastrophiques les bilans de leurs réalisations sur tous les niveaux. Revenons-en au texte de Malek Chebel.
«Manifeste pour un islam des Lumières» se propose donc de participer d'une manière ou d'une autre au débat sur l'islam des droits de l'Homme, l'islam qui permet le droit à la différence, l'islam de la création artistique, etc. La première proposition qui ouvre le manifeste de Malek Chebel est l'interprétation des textes (tafsir).
Il faut dire que c'est effectivement là où le bât blesse car tout est question d'interprétation des textes. Malek Chebel préconise une «lecture des textes sacrés qui tienne compte de l'évolution de l'histoire». Tout est bien dit ici car en fait toutes les lectures dont on dispose aujourd'hui remontent à des siècles lointains. Malek Chebel ne s'arrête pas là en ceci qu'il avance d'autres propositions fort intéressantes telles : affirmer la supériorité de la raison, abolir toute fetwa appelant à la mort, réévaluer le statut de la femme, libéraliser le son et l'image, rendre prioritaire l'investissement sur l'homme, etc. Le manifeste de Malek Chebel est tellement riche en propositions susceptibles d'enrichir le débat autour de la question de l'islam de demain, cet islam qui a bien vu naître sur son sol des personnages illuminés et éclairés tels Ibn Rushd, Ibn Arabi, Ibn Khaldun et j'en passe, cet islam des Lumières qui n'est pas impossible à réaliser si l'on libère les potentialités créatrices des musulmans...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.