Sahara : D'éminentes personnalités internationales appellent Biden à appuyer la décision Américaine    Nasser Bourita : Le Maroc s'est engagé à tout mettre en œuvre au service d' une paix sincère au Proche-Orient    Session extraordinaire du Parlement: Voici les projets de lois à caractère urgent    Le vice-président du Mali salue le rôle joué par le Maroc dans le processus de transition de son pays    HCR/JICA : 275.000 dollars en faveur des réfugiés résidant au Maroc    Tanger Med : Chiffre d'affaires consolidé de 2,42 MMDH du pôle portuaire en 2020    Nouveauté Peugeot Landtrek : un pick-up qui sort ses griffes    Involys réalise un chiffre d' affaires de 33,4 MDH l' année dernière    Prolongation du couvre-feu : Un coup dur pour les TPME    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Le Maroc pourrait recevoir un don de vaccins de la part d'Israël    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    Compteur coronavirus : 480 cas testés positifs et 3.327.858 personnes vaccinées    DGAPR : Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus    Percevoir le cannabis tout autrement    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    Transport touristique : un encours de crédits de plus de 5 MMDH    CIH : Un produit net bancaire en hausse de 10,3% en 2020    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    Réunion vendredi du Conseil de gouvernement    Casablanca : Proparco, BMCI et ARMA s'allient pour la propreté urbaine    Harcèlement sexuel : des voix réclament une enquête sur le gouverneur de New York    DGSN: opération sécuritaire à l'Agdal, au centre de Rabat    VIH : Baisse drastique des dépistages à cause de la Covid-19    L'Algérie, à la traîne, reçoit 200 000 doses de vaccin chinois, le variant anglais du coronavirus détecté    Marrakech : un projet contre les violences à l'égard des femmes dans les espaces publics voit le jour    Fès : Les étudiants de l'UPF échangent avec Kamal Oudrhiri    Algérie: le remaniement gouvernemental révèle des conflits de pouvoir entre la présidence et les militaires    Algérie : le Hirak du vendredi est de retour    Questions à El Ec-Cherif Larkem Directeur régional de l'agriculture    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    ALM en visite à El Guergarat    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    OMC : le Maroc plaide pour un TSD des pays en développement    Le partenariat Maroc-CCG, un noyau solide pour un nouvel ordre arabe    "Pour une Maison de l'histoire du Maroc " , nouvel ouvrage de l'Académie du Royaumec    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Iran-AIEA : Téhéran commence la restriction des inspections nucléaires    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Le MAT limoge son entraineur Younes Belahmar    Casablanca: «Al-Irfane» mène le combat de la culture en milieu populaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





France-Rwanda, mémoire et aveuglement
Publié dans Libération le 04 - 04 - 2014

A l'heure de la vingtième commémoration officielle du génocide des Tutsis au Rwanda, qui en France s'interroge sur les exactions politiques actuelles du régime du Front patriotique rwandais (FPR)? Serait-il délicat, pour un gouvernement français allié politique et militaire de l'ancien régime anti-Tutsi (tenu par le président assassiné Juvenal Habyarimana, un «ami africain» de François Mitterand) de dénoncer la politique répressive et criminelle menée par de proches «défenseurs» du président Paul Kagamé vis-à-vis de ses opposants? Le régime FPR de Paul Kagamé est l'un des partenaires diplomatiques et économiques actuels de la France. Et si les crimes dont on soupçonne ses réseaux en République démocratique du Congo ou en Afrique du Sud ne semblent pas perturber notre gouvernement, les accusations régulières d'ingérence du Rwanda en RDC et ailleurs et dans le monde pourraient prendre part au débat politique et militant actuel sur le rôle à jouer par la France vis-à-vis de l'Afrique. Mais rien ne semble remettre en question la position française vis-à-vis de Kigali, qu'elle soutient dans les cérémonies de commémoration du génocide. La France a pourtant mis du temps à reconnaître officiellement un massacre autour duquel elle a été accusée d'ingérence «ignorante» (et ignorée).
Lors des dix ans du génocide en 2004, l'Etat français avait tenu à être représenté lors des cérémonies officielles de commémoration organisées à Kigali. Le monde universitaire organisa des colloques à propos de l'histoire et des représentations de la tragédie ; des associations locales et nationales lancèrent des campagnes d'information sur la préparation, le déroulement et le déni officiel du génocide. Renaud Muselier, alors secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, se rendit à la commémoration. Il emporta avec lui les «fuites médiatiques» qui rendaient compte d'une probable accusation de Paul Kagame et d'autres membres du FPR dans l'attentat de l'avion présidentiel du 6 avril 1994 (la veille du déclenchement du génocide). Son mutisme déclencha à Kigali un incident diplomatique. Paul Kagamé mentionna dans son discours une «complicité française», et souligna que ses représentants avaient «l'audace de rester là, sans présenter d'excuses».
L'attitude du Premier ministre belge, renouvelant la repentance de son pays et évoquant la mémoire des victimes avait rendu prévisible cette réaction du président rwandais. Mais le message français a été limpide : la France reconnaît le génocide des Tutsis au Rwanda, mais pas ses «responsabilités présumées». A Kigali, on attendait que la représentation française admette sa «culpabilité» et fasse acte de repentance. Sans cette position, aucune réconciliation n'était envisageable.
L'enquête du juge Bruguière ira pourtant plus loin. Intimement persuadé que l'attentat du 6 avril 1994 demeure la cause essentielle du commencement du génocide, il lança, en novembre 2006, neuf mandats d'arrêt visant des proches de Paul Kagamé. Cette décision stipulait que des membres du FPR étaient responsables du déclenchement de la tragédie. L'exacerbation de ce conflit conduira le gouvernement rwandais, le 24 novembre 2006, à rompre ses relations diplomatiques avec la France.
Le 19 novembre 2008, Rose Kabuye (chef du protocole de la présidence rwandaise) fut inculpée de «complicité d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste». L'accusation s'inscrivait dans le prolongement direct des décisions prises, fin 2006, à la suite de la clôture de l'enquête du juge Bruguière : neuf mandats d'arrêt internationaux visant des proches du président Kagame, accusés d'avoir programmé et perpétré l'attentat 6 avril 1994, dont Rose Kabuye.
Dans la mesure où cet évènement est considéré comme «l'élément déclencheur» du génocide, l'accusation postulait un lien direct entre ses auteurs présumés (ici le FPR) et la responsabilité du carnage. Le gouvernement rwandais, qui préparait dans le même temps des mandats d'arrêt visant trente-trois personnalités françaises (dont Alain Juppé, Hubert Védrine ou encore Dominique de Villepin) a en effet une toute autre version de l'histoire du génocide : Kigali affirme que l'attentat a été commis par des extrémistes hutus soutenus par Paris; mais ce qui compte le plus, c'est «la persistance, la détermination, le caractère massif du soutien français à la politique rwandaise des massacres [qui] montrent la complicité des responsables politiques et militaires français dans la préparation et l'exécution du génocide des Tutsis de 1994».
La commission d'enquête rwandaise sur les responsabilités de la France dans le génocide avait rendu ses conclusions le 5 août 2008 à Kigali. Jugées «inacceptables» par le gouvernement français, ces accusations avaient conduit le ministère de la Défense à affirmer que « la France assume pleinement son action au Rwanda en 1994 et notamment celle de ses forces armées. Elle soutient sans réserve l'action de la justice pénale internationale et s'en remet à son appréciation conformément aux exigences légitimes de l'Etat de droit».
La riposte de Paris était prévisible. Elle postule son impunité face à la préparation et au déroulement du massacre des Tutsi. Après les événements de 2004 et 2008, et notamment suite à la politique rwandaise menée sous la présidence Sarkozy, le Rwanda a renoué des liens diplomatiques et économiques avec la France. En 2010, un «mapping» de l'ONU a dénoncé des centaines de milliers de crimes perpétrés par des «alliés» potentiels de Kigali au Kivu (dans l'est de la République démocratique du Congo). Entre 2011 et 2014, le régime du FPR a été soupçonné à plusieurs reprises d'organiser l'élimination physique de ses opposants en Afrique du Sud, au Royaume-Uni ou encore au Canada.
Le mutisme de la France vis-à-vis du Rwanda se renouvellera-t-il autour de la vingtième commémoration? La condamnation par la justice française de l'ancien chef des services secrets rwandais Pascal Simbikangwa quant à ses faits et gestes pendant le génocide et l'inclinaison actuelle du parquet à juger les anciens génocidaires ayant pris refuge sur son sol facilitera sans doute un peu plus les relations entre la France et le Rwanda.
Les cérémonies de commémoration du génocide des Tutsi rwandais appellent au silence que chacun doit à la mémoire des victimes, mais aussi à la parole et aux actions trop souvent aveugles de nos dirigeants.

* Chercheur associé à l'Institut des mondes africains (IMAF)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.