La CNDP plaide pour une digitalisation réfléchie    Loi de Finances: Les doléances de la FMF    Conseil de la concurrence: 50% des décisions et avis portent sur les concentrations    Yamed Capital livre les premières villas du projet Terre Océane    Paris: Le défilé du 14 juillet tenu en format réduit    Covid19: Plus de 16.000 cas au Maroc    Covid-19: Ait Taleb prévient contre le relâchement    ENCG, ENSA, médecine... encore plus de places à prendre!    Maroc: report des festivités de la fête du Trône    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Ibrahim Aboubakr Harakat    Driss Lachguar se réunit avec les jeunesses de partis politiques    Netflix dévoile les coulisses du tournage de "The Old Guard" à Marrakech    Nouveau programme de diffusion de longs métrages marocains sur le site web du CCM    La famille Travolta en deuil    Retour sur six années de procédure    Les canoë-kayaks reprennent de plus belle au Bouregreg    Stage de l'EN de futsal au Complexe Mohammed VI de football    La demande intérieure devrait baisser de 4% cette année    La santé numérique, une solution pertinente aux défis du système de soins    Mohamed Benabdelkader : L'ouverture de la profession d'adoul à la gente féminine consacre le choix démocratique du Royaume    Le Maroc reconduit à la vice-présidence du comité exécutif du Centre Nord-Sud    Tenue de 362 procès à distance en moins d'une semaine    La Turquie et le monde arabe    Le WWF appelle les pays méditerranéens à lutter effectivement contre la pêche illégale des requins et des raies    Du sang neuf à SG Maroc    Le café maure de la Kasbah des Oudayas rasé    Serie A: l'Inter Milan se positionne derrière la Juventus    Premier League: Manchester United cale face à Southampton    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    Ouverture partielle des frontières : la croix et la bannière pour les MRE    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    Amnesty. Première gifle de Tel Aviv    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Vague de chaleur à partir de mercredi au Maroc: les villes concernées (Alerte météo)    Présidentielles Polonaises: Réélection d'Andrzej Duda    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Nouvelle rencontre réussie du président de l'ANME avec le ministre Othmane El Ferdaous    Air Arabia Maroc lance son programme de vols spéciaux    Remaniement ministériel en Tunisie    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Foot. Le Real se rapproche du titre    Tanger en état d'alerte    Impact Covid-19 – Tourisme : Le plan de relance en Conseil de gouvernement    Premières élections régionales en Espagne depuis la pandémie    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    Un artiste charismatique s'en va    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Moha Souag, Abdellah Baida et Halima Hamdane lauréats du Prix Grand Atlas 2014
Publié dans Libération le 31 - 10 - 2014

Pour sa 21ème édition, le Prix Grand Altlas a récompensé, mercredi dernier, à la Bibliothèque nationale de Rabat, les écrivains Mouha Souag, Abdellah Baida et Halima Hamdane.
Moha Souag a remporté le Grand prix, dans la catégorie «Littérature générale», pour son roman «Nos plus beaux jours», où il peint les personnages de deux femmes, flamboyantes et rebelles. Le narrateur journaliste rencontre la première, Mouna, dans le train qui le mène vers la deuxième, Fadela. Une vieille qui a vu tous ses rêves brisés par la mesquinerie des contraintes sociales. Mouna, née peut-être à un meilleur moment, assume avec une force tranquille, ses audaces et sa liberté. Ecrivain amazigh de langue française, Moha Souag écrit avec « une connaissance vraie des milieux qu'il évoque, un respect pour les protagonistes de la fable qu'il concocte, la mesure juste des pesanteurs de la société, du poids de l'histoire, des contraintes subies et de l'espoir préservé», comme le souligne Salim Jay dans son dictionnaire des écrivains marocains.
La conteuse Halima Hamdane a, pour sa part, été primée dans la catégorie «Littérature Jeunesse», pour «Hdidane le rusé ». Il s'agit de l'histoire d'Ali qui rêve de partir à la Mecque à pied. Le jour où il est sur le point de partir, ses trois fils le supplient de les emmener avec lui. L'aîné, le cadet et le petit Hdidane, tous obtiennent gain de cause, à condition qu'ils marchent sans s'arrêter ni se plaindre. « Hdidane le rusé » est un conte traditionnel des plus connus et qui ont bercé l'enfance d'une grande partie des Marocains. Son édition permet de faire connaître ce classique de la littérature orale marocaine aux nouvelles générations.
De son côté, Abdellah Baida a été récompensé par le prix du public "Culturthèque" ainsi que par celui des étudiants pour son premier roman «Le Dernier Salto», où ce professeur et chercheur en littérature suit le mouvement ternaire de sa figure de référence pour faire remonter à la surface les souvenirs et les instants marquants de son existence. Un récit ponctué d'élévations et de chutes où le saut, qui se veut initialement expérience corporelle, devient sublimation spirituelle.
«En écrivant et publiant son premier roman, il rejoint tous ces auteurs qui, depuis Khair-Eddine à Mohamed Leftah en passant par Edmond El Maleh ou Mostafa Bouignane, jalonnent les critiques littéraires », précise Jean Zaganiaris, enseignant et chercheur au CERAM/EGE de Rabat et critique. «Le Dernier Salto n'est pas une histoire littéraire dont on pourrait faire le résumé mais plutôt d'un voyage au sein d'univers multiples et entremêlés », poursuit-il. « Chaque lecteur aura son interprétation en lisant ce roman important qui, au même titre que les productions récentes de Youssef Wahboun, Boutaina Azzami, Mamoun Lahbabi, Baha Trabelsi, Lamia Berrada Berca ou Hicham Tahir, fait partie de cet envol que connait actuellement la littérature marocaine », souligne-t-il, avant de conclure : « Réussir l'exercice d'écrire un roman, comme l'a fait Abdellah Baida, c'est apporter une pierre supplémentaire à ce bel édifice qu'est la littérature marocaine. Et inscrire tout un univers social au cœur de l'immortalité ».
Etaient également nominés pour le Prix Grand Atlas, hormis les lauréats, Bahaa Trabelsi pour "Parlez-moi d'amour", Youssouf Amine Elalamy pour "Amour nomade", Driss C. Jaydane pour "Divan marocain", Naïma Lahbil Tagemouati pour "La liste", Aissa Ikken pour "Un couple deux religions" et Elmehdi Elkourti pour "Les cinq gardiens de la parole perdue".
Pour ce qui est du jury de cette édition, il a été présidé par Jean-Christophe Rufin. Ecrivain, académicien et ancien dirigeant de Médecins sans frontières et d'Action contre la faim, Rufin a consacré plus de vingt ans de sa vie à travailler pour des ONG au Nicaragua, en Afghanistan, aux Philippines, au Rwanda et dans les Balkans. Il a été entouré par de grandes figures de la littérature, toutes attentives aux nouvelles voix et formes de la littérature contemporaine, notamment l'universitaire Assia Belhabib, l'agent littéraire Pierre Astier, le libraire tangérois Ahmed Abbou et la critique littéraire Kenza Sefrioui, lauréate du Prix Grand Atlas 2013.
Il est à rappeler que ce Prix, organisé par l'ambassade de France au Maroc, en partenariat avec la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM), pour valoriser la création littéraire et éditoriale francophone, est dédié à la fiction et représente une invitation à la lecture et un écho de la rentrée littéraire. Son succès réside, selon Driss Khrouz, directeur de la BNRM, « dans sa capacité à incarner le débat sociétal au Maroc, à s'interroger sur ses paradoxes et ses contradictions, ses aspirations, ses doutes, et à se positionner comme un média culturel de premier ordre face à une actualité bouillonnante et à une société en proie à de profondes mutations».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.