Najib Bensbia se glisse parfaitement dans une peau féminine    UE : Nouveau financement de 30 millions d'euros au Liban    Covid-19 à Tanger: les autorités ferment le marché de Hay Benkirane    Crédit immobilier : Bank Of Africa lance la 1ère plateforme en ligne de crédit immobilier    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Casablanca: une voiture folle provoque d'importants dégâts sur l'autoroute (VIDEO)    Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Elections sénatoriales-Egypte: un Marocain à la tête d'une mission d'observation    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Violation de l'état d'urgence sanitaire: 742 personnes poursuivies à Taroudant    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    21ème journée de la Botola Pro D1 : Des rencontres à couteaux tirés    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Dépression : La vitamine D ne sert à rien    Le Groupe OCP fête ses 100 ans d'existence    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    D'aucuns prônent un dépistage massif en faveur du personnel soignant    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    Recul des ventes de la quasi-totalité des secteurs au premier semestre    Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Réouverture des salles de sport    Covid-19 / Maroc: Les guérisons augmentent nettement    Rentrée scolaire: le ministère réagit à des informations « erronées »    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Manchester City bourreau du Real de Zidane    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    Au bord du naufrage!    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Le Bayern et le Barça en quart !    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    «De l'encre sur la marge» de M'barek Housni    Casablanca à l'heure de son premier festival de Hip-Hop «On-line»    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    Un dimanche chaud dans la majeure partie du Maroc    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La mise au placard du premier «espion» algérien commentée depuis Alger
Publié dans Libération le 15 - 09 - 2015

Cela était attendu et réclamé depuis longtemps par le clan Bouteflika. Mohamed Mediene, dit Toufik, patron du département du renseignement et de la sécurité (DRS) a été mis à la retraite. Il a été remplacé par le général-major Athmane Tartag qui fut, dans les années 90, un des principaux chefs des cellules antiterroristes de l'armée. Il a occupé en 2011 le poste de directeur de la Sécurité intérieure au sein du DRS avant d'être rappelé en 2014 à la présidence de la République, a précisé l'APS.
« Cette mise à la retraite du général Toufik suscite autant de questions qu'elle apporte des réponses. En fait, dans un système politique opaque, seules des demi-vérités circulent et on est réduit à des spéculations », nous a précisé Karim Kebir, journaliste au quotidien algérien Liberté. Il se demande s'il s'agit vraiment d'une mise à la retraite comme l'a révélé un communiqué officiel de la présidence ou bien d'une demande de la part du général Toufik d'être libéré de ses fonctions. « Une situation des plus intenables puisque, depuis plusieurs jours, des rumeurs font état de la volonté du général de prendre sa retraite, d'autant que l'homme est âgé de 76 ans et que son état de santé laisse à désirer », nous a indiqué notre source.
Pourtant, le journaliste estime que plusieurs éléments alimentent l'hypothèse d'un limogeage qui ne dit pas son nom. « Depuis 2013, le patron du DRS s'est vu perdre beaucoup de plumes avec la restructuration de ses services au profit de l'armée et de la présidence qui lui ont retiré plusieurs compétences et ont donc affaibli son autorité. En fait, la Direction centrale de la sécurité de l'armée (DCSA) a été rattachée directement à l'état-major et celui de la Direction de la sécurité intérieure (DSI) à la présidence de la République. Une nouvelle situation qui s'est accentuée davantage après l'attaque de Tiguentourine dont personne ne sait exactement ce qui s'est passé et qui a été totalement loupée par le DRS », nous a-t-il expliqué avant de poursuivre : « La maladie de Bouteflika et son hospitalisation n'ont pas arrangé les choses, puisque le président a commencé à soupçonner le général d'avoir des affinités avec l'opposition ».
Mais, d'autres éléments viennent conforter l'hypothèse de cette mise au placard. En réalité manque à ce puzzle, la pièce maîtresse, c'est-à-dire le rôle de Saïd Bouteflika dont la forte influence sur son frère déplaît aux militaires, en particulier au DRS qui le voit d'un très mauvais œil. Surtout depuis que le frère du président a nommé Amar Saadani à la tête du Front de libération nationale (FLN).
Ce dernier n'a pas ménagé ses efforts pour dégainer et critiquer le général Toufik en multipliant des déclarations assassines à son égard. Dans une interview accordée en 2014 au site d'information « Tout sur l'Algérie (TSA) », Amar Saadani a estimé que le général Toufik « aurait dû démissionner » il y a longtemps, car le DRS avait «multiplié des échecs » dans ses missions de sécurisation du pays. Pour lui, les services secrets algériens n'ont pas réussi à déjouer les nombreux attentats et les assassinats politiques qui ont ébranlé l'Algérie depuis le début des années 90.
Le patron du FLN a cité, entre autres « revers », les assassinats du président Mohamed Boudiaf et d'Abdelhak Benhamouda, les attentats spectaculaires contre le palais du gouvernement, le siège des Nations unies, le site gazier de Tiguentourine et la tentative d'assassinat ayant visé le président lui-même à Batna.
Concernant les raisons de ces échecs, Amar Saadani a avancé son explication : «Malheureusement, au lieu de s'occuper de la sécurité du pays, ce département s'est immiscé dans les affaires des partis politiques, de la justice et de la presse ». En d'autres termes, le général Toufik a fait du DRS une « police politique », plutôt qu'un service de renseignement classique, avec pour mission principale, la sécurité intérieure et extérieure du pays.
Des attaques qui ont été accentuées après la réélection de Boutflika pour un 4ème mandat. Plusieurs voix ont demandé son départ comme ce fut le cas du général Mohamed Lamari qui avait quitté l'ANP en août 2004 après la réélection du président Bouteflika à cette même année. Un ancien officier de l'ANP a déclaré ouvertement : « Le bon sens devrait amener le général Toufik à faire valoir ses droits à la retraite. Je ne vois très bien quel rôle il pourra encore jouer dans la nouvelle configuration, après la réélection de Bouteflika ».
A rappeler que dès son accession au pouvoir en 1999, le président avait œuvré patiemment à désagréger le pouvoir des généraux notamment par des mises à la retraite, en vue de concentrer le pouvoir aux mains de la présidence, comme ce fut le cas avant 1992.
« Les lectures éventuelles à faire de cette mise à la retraite du général Toufik ne manquent pas, mais elles ne peuvent pas changer grand-chose au niveau du système politique algérien, car il s'agit d'une querelle des chapelles, loin de répondre aux vraies attentes du peuple algérien », a conclu Karim Kebir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.