Omar Hilale dénonce l'obsession sud-africaine au sujet du Sahara marocain    Nador : Avortement d'une tentative de trafic de cocaïne, d'héroïne et de psychotropes vers le Maroc depuis Melilia    Un Benkirane australien échappe à un Crocodile    Initiée en partenariat avec l'ADD : La DGI lance la prise de rendez-vous en ligne    A travers son application : mobile McDonald's Maroc récompense la fidélité de ses clients    Mondial de handball : Ouf, il était temps ! La 29ème place...à l'arrachée    Algérie. La belle princesse face aux trois monstres    Technologie 4.0 : 30% des industries existantes transformées    Enseignement supérieur : 21 établissements universitaires seront créés entre 2021 et 2023    Affaire «Hamza mon Bb» : Un an de prison ferme pour la dénommée D.B    Edito : Vaccin    La présidence tunisienne reçoit une lettre contenant une matière suspecte    L'éthique et l'intégrité sont au cœur de notre activité [Tribune]    Le roman marocain de langue française : Lectures croisées d'un renouveau littéraire    Campagne de vaccination : les migrants risquent l'exclusion !    Evolution du coronavirus au Maroc : 890 nouveaux cas, 468.383 au total, mercredi 27 janvier 2021 à 18 heures    Hammams, fin du calvaire ?    Une centaine de jihadistes tués lors d' une opération franco-malienne    Le quotidien des citoyens, pierre angulaire des questions des Groupes socialistes au Parlement    Stage de préparation au profit des coureurs-cyclistes à Benslimane    Israël rouvre sa mission diplomatique au Maroc    Derb jrane sous les décombres    L'UNESCO offre au Maroc des équipements d' alerte précoce des tremblements de terre    Le Maroc et les USA organisent une réunion régionale    Face à l'évolution du monde et de son voisin le Maroc, l'Algérie «semble absente»    La DGST permet aux Etats-Unis de neutraliser un soldat radicalisé avant de passer à l'acte    Casablanca: La trémie des Almohades achevée « d'ici fin mars »    L'Inter de Lukaku vient à bout du Milan d'Ibrahimovic    La face cachée de la lune    Les positions constantes du Maroc envers les droits inaliénables du peuple palestinien réitérées à Addis-Abeba    Issam El Maguiri: Les commerçants relevant du régime de la CPU bénéficieront progressivement de l'AMO, de la retraite et de l'indemnité pour perte d' emploi    Timide reprise du marché du travail à l'échelle mondiale    Ammouta : «L'équipe nationale a livré son meilleur match»    Pour mauvais résultats : Chelsea limoge son entraîneur    Tirage au sort de la CAN U20 : Le Maroc hérite du Ghana, de la Tanzanie et de la Gambie    Sinopharm arrivé au Maroc : le ministère laconique sur le nombre de doses     Gomez quitte Bergame pour Séville    Tenue d'un webinaire international sous le thème "Préserver et transmettre la mémoire pour ancrer l'altérité"    "Bladifqalbi" mise sur la Toile    Le Parlement canadien désigne les "Proud Boys " comme une " entité terroriste "    Benchaâboun : «des avancées substantielles» du Programme Compact II    Une musique picturale mystique    Hommage aux plasticiens de la Cité des Alizés disparus    Zhour Maamri passe l'arme à gauche    Tir sportif : La 4ème édition du Grand prix du Maroc du 28 janvier au 6 février à Rabat    La 1ère édition du FICIC, du 27 au 31 janvier en format digital    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    L'UNESCO met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce aux tremblements de terre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Eaux et Forêts et la Douane conjuguent leurs efforts pour sauver flore et faune sauvages
Publié dans Libération le 14 - 11 - 2016

Une convention de partenariat a été signée, entre l'Administration des douanes et impôts indirects (ADII) et le Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD) pour unifier les efforts de contrôle des flux des espèces de flore et de faune sauvages.
Cette convention, en conformité avec les engagements du Maroc dans le cadre de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES), permettra de formaliser le cadre de partenariat entre les deux institutions, en vue de contrôler le flux des espèces de flore et de faune sauvages et de renforcer la collaboration en matière de détection du trafic illicite de ces espèces menacées d'extinction du HCEFLCD.
En raison de son implantation géographique au niveau des frontières aéroportuaires et terrestres, la douane occupe une position stratégique pour faire appliquer la réglementation concernant les flux des espèces de flore et de faune sauvages menacées.
Ainsi, elle a pour mission de veiller et de contrôler les opérations d'importation, d'exportation et de réexportation conformément aux dispositions de la convention CITES et de la réglementation nationale en vigueur et en particulier la loi 29.05 relative à la conservation de la flore et de la faune sauvages et au contrôle de leur commerce.
Pour éviter que certaines espèces ne disparaissent, la communauté internationale s'est mobilisée et a adopté des dispositions pour réglementer et contrôler le commerce international des espèces ou des produits qui en sont issus. Ces dispositions fondent la Convention de Washington ou la Convention CITES.
Cette convention, qui constitue un accord international juridiquement contraignant pour les Etats Parties, passibles de sanctions en cas de manquement, soumet toute exportation, importation, réexportation ou introduction en provenance de la mer de spécimens des espèces animales et végétales sauvages classées dans les Annexes I, II et III à autorisation préalable, sous forme d'un permis à présenter en douane.
Au niveau national, le Maroc a ratifié la Convention CITES le 21 octobre 1975, et a désigné le HCEFLCD, qui a pour mission la préservation de la faune et de la flore nationale, organe de gestion qui veille à l'application stricte des dispositions de la Convention à travers la délivrance de permis CITES pour l'importation, l'exportation et la réexportation des espèces en question et la coordination de ces actions avec les services de douane.
Si des milliers d'espèces animales et végétales sont aujourd'hui menacées de disparaître partout dans le monde, ce n'est pas seulement à cause de la déforestation et de la pollution, mais aussi de ce commerce illégal.
Presque aucun pays n'échappe à ce commerce illégal, que ce soit en destinataire ou en victime du trafic. Ainsi, les filières commencent principalement dans les pays tropicaux, où vivent le plus grand nombre d'espèces animales et végétales, pour aboutir en Europe, en Amérique du Nord ou dans certains pays asiatiques (Japon, Taïwan, Singapour....).
Chaque année il se vend dans le monde 50.000 singes, 5 millions d'oiseaux vivants dont un demi-million de perroquets et de perruches sauvages, 10 millions de peaux de reptiles, 15 millions de peaux de mammifères divers et 500 millions de poissons tropicaux, sans parler du commerce de l'ivoire qui continue de tuer des dizaines de milliers d'éléphants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.