Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    Le CRI de Marrakech-Safi lance une plateforme de financement en ligne pour les entrepreneurs    Lancement d' une opération d'échange de valeurs du Trésor de 450 MDH    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Syrie : Biden entre en guerre    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Botola Pro D1. Victoire à l' arraché du HUSA    L'ovale nationale fait les frais d'" agissements frauduleux "    Session extraordinaire du Parlement le 2 mars prochain    L'Europe s'inquiète Les Etats-Unis s'estiment " en avance "    Présentation de la nouvelle stratégie du CAFRAD    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    Des arrestations massives lors de manifestations en Birmanie    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    La sélection nationale participe au Championnat d'Afrique en Egypte    Signature d'une convention de partenariat entre la CNDP et le ministère de la Justice    Quand l'opposition dénonce la «propagande médiatique» du pouvoir algérien contre le «Hirak»    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le patron de l'OMS veut des mesures concrètes    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    Le premier radiotélescope du Royaume installé à Marrakech    Delta Holding: Un CA en baisse de 15% en 2020    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Botola Pro D1 « Inwi » (8è journée): Classement    La CAF autorise la programmation des matchs internationaux en Libye    Sahara : la neutralité passive de l'Europe dessert la stabilité et l'intégration régionales, selon un média italien    Transavia, filiale low-cost d'Air France va ouvrir une nouvelle ligne vers le Maroc    Tunisie: un collectif appelle à la légalisation du cannabis    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Congrès colombien ratifie l'accord de paix avec les Farc
Publié dans Libération le 02 - 12 - 2016

La Colombie a ratifié mercredi l'accord de paix avec la guérilla des Farc, texte qui tourne la page sanglante de plus d'un demi-siècle de guerre, mais qui a été renégocié afin d'inclure des propositions de l'opposition après son rejet par référendum en octobre.
"La proposition de ratification de l'accord de paix est approuvée", a annoncé la Chambre des députés en faisant état de 130 voix pour et 0 contre, sous les vivats et les applaudissements de l'assistance.
Les 130 députés présents, sur un total de 166, ont voté à l'unanimité en faveur de ce texte qui prévoit le désarmement des Farc et leur transformation en parti politique et mis au point après presque quatre ans de pourparlers, délocalisés à Cuba.
Le président Juan Manuel Santos, qui avait reçu la même semaine le prix Nobel pour sa détermination à mettre fin à la guerre, a salué la ratification en exprimant sa "gratitude au Congrès pour cet historique soutien à l'espérance de paix des Colombiens".
Une première version de cet accord de quelque 300 pages, signée le 26 septembre, avait été rejetée le 2 octobre lors d'un référendum marqué par une abstention record de plus de 62% et où le "non" l'avait emporté d'une courte tête avec quelque 50.000 voix d'avance.
Les députés du Centre démocratique (CD, droite), principale force de l'opposition, dirigée par le sénateur et ex-président Alvaro Uribe, ont abandonné l'hémicycle au moment du vote, comme l'avaient fait la veille leurs collègues du Sénat, en arguant qu'ils "ne peuvent se substituer" à l'opinion exprimée lors du référendum.
L'accord révisé et signé le 24 novembre, à nouveau par le président Santos et le chef de la guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), Rodrigo Londoño, plus connu sous ses noms de guerre de "Timoleon Jimenez" ou "Timochenko", avait été approuvé au Sénat par 75 voix pour et 0 contre.
"La situation actuelle du cessez-le-feu et de pré-regroupement de la guérilla est fragile", a déclaré le chef négociateur de paix du gouvernement, Humberto de la Calle, en appelant à ratifier l'accord pour éviter de nouvelles violences comme la mort de deux guérilleros et les assassinats de leaders communautaires survenus depuis l'entrée en vigueur du cessez-le-feu bilatéral, le 29 août.
L'opposition, qui était contre la ratification par le Congrès et réclame un nouveau référendum, déplore l'"impunité totale" et l'éligibilité politique accordées aux guérilleros coupables de crimes graves avant qu'ils aient purgé leur peine.
La présence devant le Congrès de manifestants, brandissant des pancartes et scandant des slogans en faveur ou contre l'accord de paix, a montré la polarisation du pays sur ce thème. Des policiers ont même dû intervenir mercredi pour éviter des affrontements entre les pro et les anti.
L'accord étant ratifié, il revient au Congrès de légiférer sur sa mise en application, en commençant par la loi d'amnistie des guérilleros pour leur permettre de se déplacer vers les zones où ils déposeront leurs armes, sous supervision de l'ONU.
" Jeudi c'est le Jour J. Ce qui veut dire que dans cinq jours débute le transfert de tous les membres des Farc vers les zones de transition", a affirmé M. Santos, qui entend parvenir à une "paix complète", en négociant aussi avec l'Armée de libération nationale (ELN), guérilla encore active avec environ 1.500 combattants.
Sur cette question de l'ELN, le gouvernement colombien a annoncé mercredi que les discussions avec cette guérilla pour définir la date de l'installation officielle de pourparlers de paix reprendront le 10 janvier.
C'est la quatrième fois que le gouvernement colombien entend faire la paix avec les Farc, la plus importante guérilla du pays et la plus ancienne des Amériques, issue en 1964 d'une insurrection paysanne et qui compte encore 5.765 combattants.
Les trois tentatives précédentes, sous les présidents Belisario Betancur (1982-1986), César Gaviria (1990-1994) et Andrés Pastrana (1998-2002), avaient échoué sans parvenir au stade de la ratification d'un accord comme cette fois.
Le complexe conflit armé colombien, dans lequel au fil des décennies ont été impliquées une trentaine de guérillas, des milices paramilitaires d'extrême-droite et l'armée, a fait au moins 260.000 morts, plus de 60.000 disparus et 6,9 millions de déplacés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.