Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    Le CRI de Marrakech-Safi lance une plateforme de financement en ligne pour les entrepreneurs    Lancement d' une opération d'échange de valeurs du Trésor de 450 MDH    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Syrie : Biden entre en guerre    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Botola Pro D1. Victoire à l' arraché du HUSA    L'ovale nationale fait les frais d'" agissements frauduleux "    Session extraordinaire du Parlement le 2 mars prochain    L'Europe s'inquiète Les Etats-Unis s'estiment " en avance "    Présentation de la nouvelle stratégie du CAFRAD    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    Des arrestations massives lors de manifestations en Birmanie    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    La sélection nationale participe au Championnat d'Afrique en Egypte    Signature d'une convention de partenariat entre la CNDP et le ministère de la Justice    Quand l'opposition dénonce la «propagande médiatique» du pouvoir algérien contre le «Hirak»    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le patron de l'OMS veut des mesures concrètes    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    Le premier radiotélescope du Royaume installé à Marrakech    Delta Holding: Un CA en baisse de 15% en 2020    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Botola Pro D1 « Inwi » (8è journée): Classement    La CAF autorise la programmation des matchs internationaux en Libye    Sahara : la neutralité passive de l'Europe dessert la stabilité et l'intégration régionales, selon un média italien    Transavia, filiale low-cost d'Air France va ouvrir une nouvelle ligne vers le Maroc    Tunisie: un collectif appelle à la légalisation du cannabis    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    Joaillerie : Hicham Lahlou lance sa collection « Magic Alice »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benoît Hamon, champion des socialistes français à la présidentielle
Publié dans Libération le 31 - 01 - 2017

Défenseur d'une "gauche totale", Benoît Hamon est devenu dimanche le champion socialiste pour la présidentielle en France en battant sans appel l'ex-Premier ministre Manuel Valls, dans une campagne pleine de rebondissements qui a vu cette semaine le candidat de la droite, François Fillon, s'engluer dans un scandale.
"Ce soir, la gauche relève la tête, elle se tourne vers le futur et elle veut gagner", a lancé Benoît Hamon, 49 ans, à l'annonce de sa victoire. Jusque là considéré comme un poids plume de la politique française, il l'a emporté avec 58,87 % des voix contre 41,13% à Manuel Valls, selon des résultats quasi-définitifs.
Son premier geste a été de tendre la main aux Verts et à l'extrême gauche pour "construire une majorité cohérente et durable" face à ses adversaires déclarés, "l'extrême droite destructrice" menée par Marine Le Pen et la "droite conservatrice" incarnée par François Fillon.
"Nous refusons que, sur fond de montée des populismes, (...) le visage de Marine Le Pen soit celui de la France", a martelé son rival à la primaire Manuel Valls, qui a déjà jugé "possible" la victoire en France d'une extrême droite galvanisée par l'accession de Donald Trump à la Maison Blanche.
Longtemps donnée au coude à coude avec le conservateur François Fillon, Marine Le Pen semble creuser l'avantage, selon un sondage publié dimanche. François Fillon, lui, est désormais talonné par l'étoile montante de la campagne, l'ex-ministre de l'Economie Emmanuel Macron.
Fragilisé par des soupçons d'emplois fictifs visant son épouse, l'ex-premier ministre de Nicolas Sarkozy (2007-2012) a contre-attaqué dimanche en réunissant des milliers de partisans à Paris.
"Je n'ai peur de rien, j'ai le cuir solide" et "on ne m'intimidera pas", a lancé François Fillon sous les ovations. Il a plusieurs fois dénoncé les "intimidations", mais sans fournir d'explication concrète sur les 500.000 euros touchés par son épouse, qui s'était toujours présentée comme une femme au foyer, en tant qu'"assistante parlementaire" puis salariée d'une revue littéraire appartenant à un de ses amis.
A moins de trois mois de l'élection présidentielle, l'affaire a entamé l'image d'un candidat qui a fait campagne sur sa probité, malgré ses démentis vigoureux et ses promesses de fournir tous les justificatifs à la justice, qui a ouvert une enquête.
Une pétition lancée sur Internet, "Mme Fillon rendez-nous ces 500.000 euros" a récolté plus de 190.000 signatures en quatre jours.
L'inquiétude de son camp est d'autant plus forte que cette campagne a déjà été marquée par plusieurs rebondissements, révélateurs de l'envie de changement des Français.
Avant l'éviction de Manuel Valls, c'est l'ex-président Nicolas Sarkozy qui s'était vu sèchement éliminé à la primaire de la droite. Le renoncement inattendu du très impopulaire président socialiste François Hollande a aussi changé la donne.
A gauche, les promesses de justice sociale et de "futur désirable" de Benoît Hamon ont davantage séduit que l'expérience du pouvoir et l'autorité de Manuel Valls, malgré un contexte international difficile et la menace jihadiste en France.
"On a toujours besoin de rêves et d'un projet qui tienne la route", a estimé Annick Descamps, une architecte parisienne de 60 ans, qui a voté Hamon.
La vision innovante de ce dernier sur la transition écologique, la révolution numérique et sa proposition phare d'un revenu universel de 750 euros à terme ont convaincu son camp.
Mais Benoît Hamon n'est pas au bout de ses peines. Pour se hisser au second tour, la gauche - écartelée entre plusieurs candidats aux antipodes - va devoir se rassembler.
A peine élu, le nouveau champion socialiste a souligné sa volonté de "rassembler la gauche et les écologistes" en s'adressant notamment au candidat vert Yannick Jadot ainsi qu'au tribun de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon.
Ce dernier n'a pas fermé la porte en se disant dimanche satisfait des "paroles si proches des nôtres" du candidat socialiste.
Le dialogue s'annonce plus délicat avec Emmanuel Macron, ex-ministre de gauche repositionné au centre, qui a fait salle comble ces dernières semaines et engrange les ralliements.
Signe de l'inquiétude qu'il suscite, celui qui se présente comme un candidat "hors système" a été particulièrement ciblé lors du grand meeting de la droite organisé dimanche.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.