Amrani met en lumière la vision Royale pour un Maroc de paix et de prospérité    Message du roi Mohammed VI au président indien    Vidéo : revivez l'humiliation du Barça contre le Bayern (C1)    Haja El Hamdaouia met un terme à sa carrière (VIDEOS)    D'où viennent les 1306 cas de Covid-19 enregistrés vendredi au Maroc?    Casablanca: tentative de kidnapping dans un bus à Hay Hassani    Météo: jusqu'à 45 degrés ce vendredi au Maroc    Casa-Settat: Le Conseil de la région examine le PDR    Finances publiques: Principaux points du BMSFP de la TGR    Nomination des membres du conseil de l'ANRE    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    France: Une autre mosquée incendiée à Lyon    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Casablanca se barricade peu à peu !    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Le trafic de 720 chardonnerets avorté à Fqih Bensaleh    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les victimes de la bande à Ghali ont du mal à oublier les exactions perpétrées à Tindouf
Publié dans Libération le 22 - 04 - 2017

Preuves à l'appui. L'émission « Grand angle» de ce jeudi soir sur la deuxième chaîne 2M a été une véritable condamnation d'un système de torture. Le leitmotiv qui revient dans tous les témoignages: Brahim Ghali, l'actuel président de la soi-disant RASD, en est l'instigateur direct.
Accablants. Les témoignages rapportés ce jeudi soir dans l'émission « Grand angle» ont de nouveau dévoilé le vrai visage d'une entité mandatée par ses maîtres à provoquer et perdurer un conflit aux desseins géostratégiques avérés. Le détournement de la crise algérienne continue ainsi de camoufler ce qui se passe vraiment en Algérie.
Les témoignages accablants viennent de mettre à nu le stratagème du Polisario, au cours des cinq dernières années. Ce dernier s'est appuyé sur une thèse farfelue, à savoir élargir la mission de la MINURSO, pour englober le contrôle des droits humains dans les provinces du Sud. L'élément déclencheur n'est autre que l'organisation de manifestations et la provocation des forces de sécurité dans les différentes zones, notamment à Laâyoune. Le reste était une simple question de propagande d'images, souvent fabriquées de toutes pièces.
Pour Bachir Dkhil, l'un des fondateurs du Polisario, l'actuel patron du Polisario a toujours été à la solde de ses maîtres algériens. Il rappelle, à cet effet, l'incident qui allait connaître la mort du premier dirigeant du Front, suite à la réunion de ses membres et aux événements de Tan Tan, Mustapha El Ouali. Brahim Ghali qui était au courant du plan concocté par les généraux algériens a prétendu qu'il était malade et s'était abstenu de prendre part à l'attaque menée contre la Mauritanie. Tout le monde connaît ce qui s'est bien passé. Le Polisario n'était plus maître de ses décisions et sa ligne politique allait changer radicalement.
Le témoignage de Dahi Guay, figure connue dans les camps en tant que membre fondateur du Polisario, n'est pas uniquement une accusation contre les tortionnaires de Tindouf, mais donne la preuve de l'implication de Ghali dans la torture des opposants. A Rachid comme à Rabouni, Ghali était craint par les prisonniers, à cause de son sadisme inqualifiable. Mahfoud Bouamoud reconnaît personnellement ses geôliers et ne craint plus personne, affichant devant les caméras du monde entier les brûlures de mégots que leur infligeait le tortionnaire Brahim Ghali. Et ce n'est pas Najab, l'ancien pilote, ancien prisonnier des camps de Tindouf, qui dira le contraire. « Rien ne se passait aux camps notamment dans les deux grandes prisons, Rachid et Rabouni, sans que Brahim Ghali ne soit mis au courant », confie-t-il.
Pour un autre, la situation des droits humains est tout simplement déplorable. «Nous étions détenus à Rachid, une prison qui a vu mourir plus de trente personnes pour sa construction, mais aussi à Dhaibya, Sleibat, Guerat Oula, Lhanafi et Dakhla...on avait fait toutes les prisons », raconte cet homme, accompagné d'un autre détenu.
Mohamed Mouloud Chouiar (13 ans de détention), Mahfoud Bouamoud (16 ans de détention), Khattou Lghazal (2 ans de détention) et Salek Lmekzad (30 ans de détention), quelques rescapés de l'enfer des camps. L'activiste Dahi Guay (6 ans de détention) en sait beaucoup, puisqu'il s'est investi à la faveur d'une association pour enquêter sur les actes barbares du Polisario.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.