Affaire Leila S : Me Zahrach va porter plainte contre les avocats de l'accusation pour injures publiques    Annulations de festivités et d'événements en cascade à Marrakech    Une nouvelle condamnation dans l'affaire « Hamza mon Bb »    U.S. Stocks Climb as China Pledges to Support Businesses    Khalihenna Ould Errachid s'entretient avec des responsables du Chili et du Panama    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    Janvier noir pour le marché automobile européen    La Chine retire leur accréditation à trois journalistes du Wall Street Journal après un titre controversé    Le MAE palestinien a évoqué le roi Mohammed VI    Météo Maroc: la pluie de retour dans ces villes à partir de ce mercredi    Fès: un chauffeur de camion arrêté dans une station-service    Le tennis de table casablancais à l'honneur    Vers la fin de l'exception sur l'accord Schengen    Le GPJ dévoile sa contribution    Coupe arabe U20 : Le Maroc s'impose devant le Bahreïn    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    Salfaous Band dévoile «Gher Nta»    Le président français annonce des mesures contre le «séparatisme islamiste», et la fin des imams détachés    Haro sur Bloomberg: Le milliardaire attendu au tournant pour son premier débat démocrate    Jeff Bezos crée un fonds « pour la Terre » doté de 10 milliards de dollars    Le Sahara, future pierre angulaire de la coopération Sud-Sud    Coronavirus: Des passagers du paquebot débarquent au Japon, plus de 2.000 morts en Chine    Le sommet arabo-africain, reporté    Marrakech s'électrise !    Un week-end fructueux pour les Lions de l'Atlas    Parkings à Agadir: Une corvée entachée d'absurdité!    15 longs métrages, dont Adam, en lice    Foot : La Bundesliga dépasse les 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires    La CGEM lance 1 milliard DH de commandes pour les TPME d'Intelaka    Singapour ouvre un consulat honoraire à Casablanca    Le Chili porte un coup dur aux séparatistes    Le Maroc est un partenaire stratégique pour la région de Valence    La Commission européenne salue les efforts du Maroc en matière de réformes fiscales    Marché immobilier : Une baisse à deux chiffres pour les ventes de terrains    Le Japon considéré comme le premier employeur privé étranger au Maroc    Divers Economie    L'appel de l'USFP aux partis de la majorité et de l'opposition à un débat sur la réforme du système électoral    Les gouvernements se doivent d'accorder aux gens les droits dont ils ont besoin    Des étudiants à l'origine d'une campagne de sensibilisation dédiée à la santé mentale en milieu universitaire    Divers    Battu par Man United, Chelsea sous haute pression    Guardiola et Sterling resteront à City même sans Coupe d'Europe    La question du jour : Mattéo Guendouzi peut-il être sélectionné en équipe nationale ?    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    Quelles voies d'émergence pour le Maroc ?    Signature d'une convention actant une forte baisse des primes d'assurance pour les bénéficiaires du programme "Intelaka"    Abdallah Baida, un explorateur des mots    Patrick Sébastien tacle Nagui et France 2    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump s'enquiert de l'éventuelle enquête menée à son encontre par le FBI
Publié dans Libération le 13 - 05 - 2017

Le président américain Donald Trump a admis jeudi qu'il avait demandé trois fois au directeur du FBI James Comey qu'il a renvoyé s'il était visé par une enquête sur des liens avec la Russie, au risque d'alimenter des soupçons d'ingérence ou d'intimidation.
"Je lui ai demandé", a dit le président américain lors d'une interview sur NBC, rapportant deux conversations téléphoniques.
"J'ai dit +Si c'est possible, pouvez-vous me dire s'il y a une enquête sur moi? + Il a dit qu'il n'y avait pas d'enquête sur moi", a-t-il expliqué, en référence aux investigations en cours sur des liens entre des proches du président américain et la Russie durant la campagne électorale de 2016.
Mais malgré ces assurances données par M. Comey, Donald Trump a avoué qu'il avait l'affaire avec la Russie en tête quand il a pris la décision de le renvoyer: "En fait quand je me suis décidé, je me suis dit: +Ce truc avec la Russie, Trump et la Russie, c'est une histoire inventée+".
Selon Donald Trump, les deux hommes en avaient parlé une première fois lors d'un "dîner très sympa".
"Il voulait rester le chef du FBI et j'ai dit que j'y réfléchirai", a raconté M. Trump. "Et ce jour-là il m'a dit que je n'étais pas visé par une enquête, ce que je savais déjà de toute façon".
Du point de vue juridique, ces propos peuvent s'apparenter à des pressions du président sur le patron du FBI.
Poser cette question "pourrait s'apparenter à une tentative de corruption (...) ou tout au moins d'une obstruction de la justice dans laquelle Comey aurait été idiot de tomber en offrant l'assurance" que Donald Trump n'était pas visé par l'enquête, explique la juriste Laurence Tribe.
Selon le New York Times, M. Trump aurait demandé à M. Comey une promesse de loyauté, lors d'un dîner une semaine après son entrée à la Maison Blanche.
D'après le journal, qui cite deux associés de M. Comey, ce dernier aurait refusé de donner un tel engagement, mais aurait assuré M. Trump de son "honnêteté". Le quotidien new-yorkais n'était pas en mesure de dire si ce dîner était le même que celui évoqué par M. Trump sur NBC.
La porte-parole de la présidence Sarah Huckabee Sanders, citée par le journal, aurait toutefois réfuté cette version, assurant que M. Trump "n'a jamais suggéré qu'il attendait de la loyauté à sa personne, mais seulement envers notre pays et son grand peuple".
Le FBI enquête depuis l'été dernier sur les ingérences russes dans la campagne présidentielle américaine de 2016, et sur une éventuelle coordination entre des membres de l'équipe de campagne Trump et la Russie.
Ces contacts de président à directeur du FBI ont étonné le sénateur républicain Lindsey Graham, qui a promis de "poser la question".
La Maison Blanche peinait cependant à présenter avec clarté la séquence ayant conduit à l'éviction, rarissime, du chef du FBI, a fortiori alors qu'il supervisait de près une enquête très sensible sur le plan de la sécurité nationale.
M. Trump avait dans un premier temps invoqué la gestion par M. Comey de l'enquête sur les emails d'Hillary Clinton, sa rivale démocrate lors de la présidentielle, puis il avait accusé M. Comey de ne pas faire du "bon travail" à la tête du FBI.
Dans le même entretien à NBC, Donald Trump a assuré qu'il "n'y a pas de collusion entre moi, ma campagne et les Russes".
Il a également expliqué qu'il avait de toute façon l'intention de limoger M. Comey, prenant ses distances avec la version de la Maison Blanche selon laquelle il n'avait agi qu'après la recommandation du ministère de la Justice, mardi.
"J'allais le limoger quelles que soient les recommandations", a-t-il affirmé. "C'est un hâbleur, un fanfaron".
Ces commentaires désobligeants n'étaient pas du goût des élus du Congrès, y compris républicains.
"Il avait le droit absolu de licencier le directeur du FBI pour n'importe quelle raison", a dit Lindsey Graham. "Le problème, ce sont les raisons incohérentes qui ont été données".
Plus tôt jeudi, le directeur par intérim du FBI a cherché à rassurer un Congrès secoué par ces événements sur l'indépendance de l'enquête. "Le travail des hommes et des femmes du FBI continue quels que soient les changements de circonstances, quelles que soient les décisions", a déclaré Andrew McCabe, ex-numéro deux de la police fédérale, lors d'une audition au Sénat.
"Il n'y a eu aucune tentative d'entraver notre enquête à ce jour", a-t-il ajouté.
L'opposition démocrate continue de réclamer la nomination d'un procureur spécial pour superviser l'enquête, mais aucun élu républicain ne soutient cette demande, qui a peu de chance d'aboutir sans pression de la part de la majorité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.