Beni Mellal Khénifra: Pour le développement de la médecine dentaire    Trump à l'ONU menace de "détruire totalement" la Corée du Nord    Les ambitions de Solar Reserve pour le Maroc    OMS: objectifs pour les maladies non-transmissibles hors de portée    40 millions d'esclaves modernes dans le monde    Le banc de la Liberté installé à Casablanca    Habib El Malki s'entretient avec le président de l'Assemblée nationale du Monténégro    L'Arabie Saoudite perd de son attrait pour la main-d'œuvre marocaine    Aung San Suu Kyi se dit prête à organiser le retour des réfugiés Rohingyas    L'ouragan Maria, après Irma, balaie les Antilles    Cavani-Neymar ou le risque de la guerre des ego    En Chine, dans le plus grand parc de ski en salle du monde    Coupe du Trône : Un match show à Tanger    Des réalisations semestrielles au beau fixe de Taqa Morocco    Hausse des arrivées touristiques au Maroc    Divers    Opération Marhaba 2017 : l'Espagne se félicite de l'étroite collaboration avec le Maroc    Divers Economie    Les meilleurs films de tous les temps    De l'or pour "SmartiLab" au Salon international de l'innovation en Inde    Les Britanniques sous le charme du caftan marocain    Trump : "Si on est obligé de détruire la Corée du Nord, nous le ferons"    Forum économique Maroc-Gabon : Des investisseurs marocains prêts à se rendre au Gabon    Crise politique : Où va le Togo ?    Ciment : Le volume consommé en baisse de 10,30%    Du nouveau chez le réalisateur : Abdeslam Kelai prépare un long métrage et une série télévisée    Le documentaire...un acte de résistance    Irma annonce le début d'une dynamique dangereuse dans l'Atlantique qui s'accentue avec le réchauffement climatique    Le Maroc au service de la paix et de l'hydrodiplomatie mondiales    Wafasalaf veut lever 250 MDH    Concours officiel de saut d'obstacles 3* de la Garde Royale    Angleterre: Permis de conduire suspendu deux ans pour Wayne Rooney    Le Kawkab de Marrakech prend le leadership    «TANJAzz» ou Tanger la Jazzy: Clap de fin en beauté!    Hassad : « La réforme de l'école est possible »    Ligue des champions. Ahly: Walid Azaro-Emad Meteeb, le choix de la discorde    Ligue des Champions. Wydad-Sundowns: les Rouges privés d'un joueur clé    PJD: Benkirane jettera-t-il l'éponge?    Bourita s'entretient à New York avec son homologue italien et le nouveau président gambien    Sahara : Baptême du feu pour Köhler    Madrid décide d'expulser l'ambassadeur de la Corée du Nord    SM le Roi Mohammed VI distingué par The Global Coalition for Hope    Représentation politique des femmes : La HACA fait le point avec les Africains    Le Roi Mohammed VI reçoit le Prix de la Coalition Mondiale pour l'Espoir    Ouverture du Forum des managers territoriaux et des instituts de formation au profit des collectivités territoriales en Afrique    Divers    Le monde peine à éliminer la tuberculose et le VIH    Insolite : Des éléphants noctambules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liberté de culte au Maroc C'est pas toujours la joie !
Publié dans Libération le 18 - 08 - 2017

Arrestation, détention, interrogatoire, pression pour renoncer à la foi, restriction de la distribution de matériels religieux non islamiques... tel semble être le quotidien de certaines minorités religieuses au Maroc, selon le Rapport international sur la liberté de religion (International Religious Freedom Report) que le Département d'Etat américain vient de publier.
Selon ce document, plusieurs cas d'arrestation, de détention, d'interrogatoire de chrétiens marocains à cause de leurs croyances ont été constatés. Pis, certains convertis auraient même fait l'objet de pression de la part des autorités pour renoncer à leur foi. Le rapport cite également le cas du leader chiite Abdou El Chakrani qui a été arrêté pour «irrégularité financière», alors que ses proches pensent qu'il a été «ciblé pour ses croyances religieuses et pour avoir tenté d'enregistrer une association affiliée à des leaders chiites». Des faits qui vont, estime le Département d'Etat américain, à l'encontre des dispositions constitutionnelles qui garantissent à tous la liberté de pratiquer leurs cultes.
Le rapport a fait état aussi de chrétiens marocains qui ont dénoncé des pressions de la part de leurs proches et amis afin qu'ils se convertissent de nouveau à l'islam ou renoncent à leur nouvelle foi qu'ils sont obligés de pratiquer dans le secret par peur du harcèlement social, de la discrimination professionnelle, ou encore des violences potentielles des «extrémistes». Des leaders chrétiens indiquent qu'entre 1.000 et 3.000 d'entre eux prient régulièrement dans des «églises de maison». Tel est le cas également des chiites.
« Il s'agit d'un rapport non scientifique basé sur des informations collectées auprès de responsables gouvernementaux, de leaders religieux, d'ONG, de journalistes, d'observateurs des droits de l'Homme, d'universitaires, etc. dans près de 200 pays. Du coup, et d'un point de vu méthodologique et scientifique, il n'est nullement valide. Il ne se base pas sur des critères scientifiques pour mieux éclairer la question de la liberté du culte au Maroc comme c'est le cas pour d'autres rapports publiés par des centres de recherche », nous a indiqué Mountassir Hamada, chercheur spécialiste des mouvements islamistes et coordinateur d'un rapport sur la religion et la religiosité au Maroc. Et d'ajouter : « Le problème reste celui de l'usage ou de la lecture politiques que l'on fait de ce rapport ».
Ce manque de rigueur scientifique est à noter également au niveau des chiffres avancés par le rapport concernant chaque minorité religieuse au Maroc, souligne notre source. Le document en question estime que les chrétiens, les juifs, les musulmans chiites, et les bahaïs représentent moins de 1% des habitants du Royaume. Plus précisément, les leaders de la communauté juive du Maroc estiment entre 3.000 et 4.000 le nombre de leurs coreligionnaires, dont près de 2.500 à Casablanca et approximativement 75 à Rabat et 75 à Marrakech. 2.000 à 6.000 chrétiens marocains sont répartis à travers le Royaume, selon les estimations des leaders chrétiens étrangers sur place, alors que la population chrétienne étrangère est composée d'au moins 30.000 catholiques et 10.000 protestants. On compte également une petite communauté russe orthodoxe à Rabat et une autre grecque orthodoxe à Casablanca, ajoute le rapport, avant de souligner que Casablanca, Tanger et Rabat regroupent la majeure partie des chrétiens du Maroc.
Résidant principalement dans le Nord, la communauté chiite est, pour sa part, estimée à des dizaines de milliers de membres, dont 1.000 à 2.000 Libanais, Syriens et Irakiens. Les communautés ahmadiyya et bahaï comptent respectivement près de 600 et 500 membres.
« Ces chiffres sont inexacts puisque même l'Etat marocain avec ses réseaux d'information et ses institutions demeure incapable de préciser avec exactitude le nombre de chiites ou autres dans notre pays. Que dirait-on alors d'un rapport américain rédigé sur la base de notes de fonctionnaires depuis leurs bureaux de l'ambassade américaine de Rabat ? », nous a-t-elle expliqué.
Concernant la situation des minorités religieuses au Maroc, Mountassir Hamada nous a affirmé que la propagation du bahaïsme et de l'ahmadiyya reste limitée à certaines familles à l'inverse du christianisme et du chiisme où des organisations et des réseaux de prosélytisme sont actifs notamment dans le Nord et au sein de la communauté marocaine à l‘étranger. «Dans le monde arabe, on assiste ces dernières années, notamment avec le développement des réseaux sociaux, à l'émergence de plus en plus d'individus qui déclarent ouvertement pratiquer d'autres religions que l'islam. Au Maroc, on assiste à l'émergence de l'athéisme. S'agit-il d'un athéisme culturel ou religieux ? Il est encore tôt pour se prononcer», nous a-t-il révélé.
En réponse à une question relative au traitement de ces minorités, notre source nous a indiqué que le Maroc a toujours été un pays de tolérance. Mais cela n'empêche pas qu'il y ait des soucis sécuritaires notamment avec le chiisme ou le christianisme. « Il y a un traitement politique sécuritaire de ce dossier comme dans les autres pays de la région, et il y a un traitement sociétal et idéologique de la question du christianisme », a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.