Coronavirus : Le Roi ordonne une large campagne de dépistage auprès des employés du secteur privé    Coronavirus : 26 nouveaux cas, 7.859 au total, mardi 2 juin à 10h    Le grand bazar    Repli de l'IPPIEM hors raffinage de pétrole en avril    Ebranlés par la crise, les professionnels du tourisme dans l'expectative    La CAF décidée à sauver la saison 2020 des compétitions interclubs    La Fifa en appelle au bon sens    Un communiqué riche en enseignements    Les messages de condoléances affluent au siège de l'USFP    Ils sont tous devenus des épidémiologistes et des économistes !    Le cérémonial sahraoui du thé bousculé par le coronavirus    Le satisfecit de l'Université Mohammed V    L'Université Hassan II tient son premier festival culturel à distance    3673 demandes examinées par le CNP et 2928 cartes attribuées    Réunion à distance sur la création d'un centre culturel et gastronomique à Agadir    «Le gouvernement responsable devant l'opinion publique»…    Penser le concret    La CAF envisage différents scénarios pour boucler les compétitions    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, mardi 2 juin    Amélioration à tous les étages    McKennie, Sancho et Hakimi devant la commission de discipline    Prolongation de l'exposition «Maroc: une identité moderne»    Une bouteille d'eau du temps de la pandémie corona    Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…    Al-Omrane: reprise progressif des chantiers à l'échelle régionale    Un nouveau projet de trémie à Rabat pour 40 millions de DH    Le PNB en hausse de 14% au T1-2020    Le Maroc, consommateur de fast-food en plein confinement    Violents affrontements entre manifestants et miliciens du Polisario devant le bagne d'Errachid    La CAF accélère le décaissement de l'aide financière destinée aux Associations membres    Christo, l'artiste «emballeur» n'est plus    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    France: C'est l'heure de la reprise économique    Hyperpuissance    Les Etats-Unis s'embrasent    Mendyl, direction Bordeaux?    L'Amérique et ses démons    Turquie-Grèce: Bruits de bottes à la frontière…    Les syndicats interpellent El Othmani    Trump met fin au partenariat des Etats-Unis avec l'OMS    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Taïa: «Le Covid-19 a créé une misère plus mortelle que le virus»    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    Ursula von der Leyen dit "Shukran" au Maroc    Pillages et échauffourées aux Etats-Unis malgré des couvre-feux    Hicham Sabir, une étoile montante de l'écriture…    Danielle Skalli tire sa révérence    CIO : Kamal Lahlou réélu au sein de la commission Marketing    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au Pakistan, la télémédecine à la rescousse de la ruralité et des femmes médecins
Publié dans Libération le 24 - 03 - 2018

Depuis son domicile de Karachi (Sud), Benish Ehsan prescrit des médicaments au petit Musab, 2 ans, originaire d'un village reculé 1.500 km plus au nord; au Pakistan, la télémédecine ne désenclave pas seulement les zones rurales, elle permet aussi aux femmes médecins d'exercer.
"Est-ce qu'il va aux toilettes? Les vomissements se sont-ils arrêtés ou non?", demande-t-elle à Mohammad Fayyaz, le père de Musab, via Skype. Puis elle conseille à la mère de lui faire manger davantage de fruits et légumes.
Internet a révolutionné l'accès aux soins à Bhosa Mansehra, village isolé de la province du Khyber-Pakhtunkhwa (KP), dans le nord-ouest du Pakistan.
Auparavant, Mohammad Fayyaz devait voyager pendant des heures avec son fils jusqu'aux grandes villes d'Abbottabad ou Peshawar, puis patienter encore longuement dans des hôpitaux congestionnés.
Désormais, il peut se rendre à la clinique privée Sehat de son village. Un premier examen pratiqué par une infirmière est envoyé via le net à une femme médecin, qui se sert ensuite du réseau pour s'entretenir avec le malade.
"Mon fils a juste pris une dose de ce médicament et il se sent déjà mieux", sourit un peu plus tard Mohammad Fayyaz. La consultation ne lui a coûté que 100 roupies (70 centimes d'euro), la plupart des frais étant pris en charge par des donateurs.
"C'est très important pour nous", opine Bibi Mehrunisa, une patiente, qui loue le côté "pratique" de la structure, dans un village où les femmes doivent marcher des kilomètres pour puiser de l'eau à la rivière et où les coupures d'électricité peuvent durer douze heures par jour.
Bibi Mehrunisa, le dos voûté et la voix faible, s'est rendue à la clinique pour des soucis d'estomac et des migraines chroniques. Elle apprécie particulièrement de pouvoir "expliquer facilement ses problèmes médicaux à des femmes médecins".
Car de l'autre côté de l'écran, pas un seul homme: "L'objectif était de ramener à l'emploi des femmes médecins qui avaient quitté la profession en raison de leur mariage ou de leur vie de famille", explique Raheel Tanvir, un représentant de Sehat Kahani, le fondateur de l'entreprise à l'origine du projet, qui compte quatorze cliniques de ce type dans le pays.
Le défi est de taille au Pakistan, pays de culture patriarcale où seules 17% des diplômées en médecine exercent, alors qu'elles composent 70% des promotions, selon le Pr Javed Akram, directeur-adjoint de l'hôpital d'Islamabad.
"C'est un énorme gâchis" pour le Pakistan, peste-t-il, alors que chaque aspirant médecin coûte environ 7.400 euros par an aux pouvoir publics, dans un pays n'investissant que 0,6 à 0,8% de son PIB dans la santé.
"Les femmes utilisent les études de médecine pour se marier. Car être femme médecin est très vendeur. Mais ensuite, on ne les laisse pas travailler car leurs propres enfants pourraient en souffrir", s'insurge le Pr Akram. Au final, ces femmes au foyer éduquées "ne rendent rien à leur pays" alors que celui-ci a tant investi en elles, dit-il.
La télémédecine, là encore, change la donne. Pendant qu'elle examine à distance le petit Musab, la Dr Benish Ehsan a son propre enfant assis sur ses genoux.
"Cela nous convient bien. Nous n'avons pas besoin de sortir et nous pouvons continuer de consulter depuis nos maisons", souligne-t-elle. "Nous profitons de notre vie de famille et nous pouvons aussi nous occuper de nos patients".
Le secteur public n'est pas en reste. A une heure de route de Bhosa Mansehra, le gouvernement provincial du KP, en partenariat avec un fournisseur Internet, a construit un e-ilaj, ou e-centre de traitement, à Bilahi. L'objectif, là aussi, est de désenclaver un quasi-désert médical de quinze villages et 27.000 âmes.
Plus avancé technologiquement, l'e-ilaj permet au Dr Nadia Rasheed, basée à Islamabad, de voir en temps réel des examens réalisés par une infirmière.
"Les amygdales sont plus qu'enflées. Elle a besoin d'antibiotiques et de pulvérisations régulières (...) pendant sept jours", observe-t-elle depuis la capitale. Dans le cabinet de Bilahi, la petite Zehwish Azeem, 4 ans, est fiévreuse et tousse.
Depuis cinq ans, plus de 50.000 patients ont été traités dans des e-ilaj situés dans les provinces du Pendjab (Est), du Sindh (Sud), du KP (Nord-Ouest), ainsi que dans un village reculé au nord d'Islamabad, selon la Dr Rasheed.
"Ce système avec des équipements modernes aide vraiment les gens", se félicite Mian Badar Jan, un cadre de la clinique Bilahi.
Une machine à ultrasons a ainsi été installée, qui permet selon lui de limiter le nombre de fausses couches. Un équipement crucial dans un pays à très forte fécondité, qui détient le triste record du plus grand nombre de décès de nouveau-nés avant leur premier mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.