Jeux africains : La Marocaine Soukaina Sahib décroche la médaille d'or    L'article de The Wall Street Journal qui a affolé le polisario    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    La propriété intellectuelle, pilier de la croissance en Afrique    La détérioration de la qualité de l'eau entrave la croissance économique    Giuseppe Conte, "le Monsieur Nobody", passé de l'ombre à la lumière    Insolite : Trump ne construira pas de gratte-ciel au Groenland    Des enfants maqdessis visitent des sites touristiques à Tanger    Dans son discours à la nation à l'occasion du 66ème anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple    Consécration du beach-volley égyptien    Manchester United condamne des injures racistes reçues par Paul Pogba    Ligue des champions : L'Ajax accroché et Mezraoui expulsé    Les femmes seraient diagnostiquées plus tardivement que les hommes    Ces stars qui ont vu leur carrière basculer    Le discret mais lucratif trafic de fossiles à Erfoud    Première édition du Festival international Cinéma & Littérature à Safi    L'écrivain Yann Moix provoque la polémique en se décrivant en enfant battu    Coups de feu sur le tournage du clip du rappeur Booba    Rabat : Alsa-City bus assure le transport à la capitale    Faux et usage de faux: Arrestation d'un récidiviste à Meknès    Paris: Coups de feu sur le tournage d'un clip de Booba    M'barek Boussoufa rejoint le club qatari d'Al-Sailiya    Voici les deux premiers matches des Lions après la CAN    Fête de la Jeunesse: Grâce royale au profit de 443 personnes    Fête du Trône: Bank Al-Maghrib émet un billet commémoratif de 20 dirhams    Météo: Le temps qu'il fera mercredi    Brexit : BoJo fait le forcing à Berlin et Paris    Discours royal : Un modèle de développement nouveau avec du sang frais    Vidéo. Jeux africains : une cérémonie d'ouverture digne de l'Afrique    Fête de la jeunesse : Grâce royale au profit de 443 personnes    La Grèce n'a pas reçu de demande d'ancrage du pétrolier iranien    Algérie: Après six mois, contestation et pouvoir dans l'impasse    BAM : le contrôle sur les transferts de l'étranger vers le Maroc renforcé    Habib El Malki salue la position de Freetown    Grande Canarie : La progression de l'incendie ralentit, selon les autorités    Météo: le temps qu'il fera ce mardi    Insécurité routière : 30 décès en l'espace d'une semaine !    SM le Roi adresse un discours à la Nation, ce soir    Les FAR accueillent les premiers appelés au service militaire    Les jeunes sont l'avenir du Maroc    Le Maroc et le Fonds vert pour le climat souhaitent renforcer leur coopération    « Voix de Femmes », une 11ème édition 100% marocaine    Le Festival Atlas Electronic sensibilise à la mobilité des artistes    46 joueurs présélectionnés pour 2 matchs amicaux    Un centre sino-marocain de médecine traditionnelle bientôt à Casablanca    Service militaire : La sélection démarre cette semaine    L'œuvre d'Oum Kaltoum ouvre le bal de la Biennale de Rabat    Les tambourinaires amazighs du Moyen- Atlas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au Pakistan, la télémédecine à la rescousse de la ruralité et des femmes médecins
Publié dans Libération le 24 - 03 - 2018

Depuis son domicile de Karachi (Sud), Benish Ehsan prescrit des médicaments au petit Musab, 2 ans, originaire d'un village reculé 1.500 km plus au nord; au Pakistan, la télémédecine ne désenclave pas seulement les zones rurales, elle permet aussi aux femmes médecins d'exercer.
"Est-ce qu'il va aux toilettes? Les vomissements se sont-ils arrêtés ou non?", demande-t-elle à Mohammad Fayyaz, le père de Musab, via Skype. Puis elle conseille à la mère de lui faire manger davantage de fruits et légumes.
Internet a révolutionné l'accès aux soins à Bhosa Mansehra, village isolé de la province du Khyber-Pakhtunkhwa (KP), dans le nord-ouest du Pakistan.
Auparavant, Mohammad Fayyaz devait voyager pendant des heures avec son fils jusqu'aux grandes villes d'Abbottabad ou Peshawar, puis patienter encore longuement dans des hôpitaux congestionnés.
Désormais, il peut se rendre à la clinique privée Sehat de son village. Un premier examen pratiqué par une infirmière est envoyé via le net à une femme médecin, qui se sert ensuite du réseau pour s'entretenir avec le malade.
"Mon fils a juste pris une dose de ce médicament et il se sent déjà mieux", sourit un peu plus tard Mohammad Fayyaz. La consultation ne lui a coûté que 100 roupies (70 centimes d'euro), la plupart des frais étant pris en charge par des donateurs.
"C'est très important pour nous", opine Bibi Mehrunisa, une patiente, qui loue le côté "pratique" de la structure, dans un village où les femmes doivent marcher des kilomètres pour puiser de l'eau à la rivière et où les coupures d'électricité peuvent durer douze heures par jour.
Bibi Mehrunisa, le dos voûté et la voix faible, s'est rendue à la clinique pour des soucis d'estomac et des migraines chroniques. Elle apprécie particulièrement de pouvoir "expliquer facilement ses problèmes médicaux à des femmes médecins".
Car de l'autre côté de l'écran, pas un seul homme: "L'objectif était de ramener à l'emploi des femmes médecins qui avaient quitté la profession en raison de leur mariage ou de leur vie de famille", explique Raheel Tanvir, un représentant de Sehat Kahani, le fondateur de l'entreprise à l'origine du projet, qui compte quatorze cliniques de ce type dans le pays.
Le défi est de taille au Pakistan, pays de culture patriarcale où seules 17% des diplômées en médecine exercent, alors qu'elles composent 70% des promotions, selon le Pr Javed Akram, directeur-adjoint de l'hôpital d'Islamabad.
"C'est un énorme gâchis" pour le Pakistan, peste-t-il, alors que chaque aspirant médecin coûte environ 7.400 euros par an aux pouvoir publics, dans un pays n'investissant que 0,6 à 0,8% de son PIB dans la santé.
"Les femmes utilisent les études de médecine pour se marier. Car être femme médecin est très vendeur. Mais ensuite, on ne les laisse pas travailler car leurs propres enfants pourraient en souffrir", s'insurge le Pr Akram. Au final, ces femmes au foyer éduquées "ne rendent rien à leur pays" alors que celui-ci a tant investi en elles, dit-il.
La télémédecine, là encore, change la donne. Pendant qu'elle examine à distance le petit Musab, la Dr Benish Ehsan a son propre enfant assis sur ses genoux.
"Cela nous convient bien. Nous n'avons pas besoin de sortir et nous pouvons continuer de consulter depuis nos maisons", souligne-t-elle. "Nous profitons de notre vie de famille et nous pouvons aussi nous occuper de nos patients".
Le secteur public n'est pas en reste. A une heure de route de Bhosa Mansehra, le gouvernement provincial du KP, en partenariat avec un fournisseur Internet, a construit un e-ilaj, ou e-centre de traitement, à Bilahi. L'objectif, là aussi, est de désenclaver un quasi-désert médical de quinze villages et 27.000 âmes.
Plus avancé technologiquement, l'e-ilaj permet au Dr Nadia Rasheed, basée à Islamabad, de voir en temps réel des examens réalisés par une infirmière.
"Les amygdales sont plus qu'enflées. Elle a besoin d'antibiotiques et de pulvérisations régulières (...) pendant sept jours", observe-t-elle depuis la capitale. Dans le cabinet de Bilahi, la petite Zehwish Azeem, 4 ans, est fiévreuse et tousse.
Depuis cinq ans, plus de 50.000 patients ont été traités dans des e-ilaj situés dans les provinces du Pendjab (Est), du Sindh (Sud), du KP (Nord-Ouest), ainsi que dans un village reculé au nord d'Islamabad, selon la Dr Rasheed.
"Ce système avec des équipements modernes aide vraiment les gens", se félicite Mian Badar Jan, un cadre de la clinique Bilahi.
Une machine à ultrasons a ainsi été installée, qui permet selon lui de limiter le nombre de fausses couches. Un équipement crucial dans un pays à très forte fécondité, qui détient le triste record du plus grand nombre de décès de nouveau-nés avant leur premier mois.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.