Un attaquant marocain débarque au Club Africain    Séance sans relief    Sécurité sanitaire: Des milliers d'opérations de contrôle… et après?    Accès à l'information: Le CNDH prépare l'échéance de mars 2020    Cigarette électronique: Une fiscalité incomplète    Coronavirus : Contrôle sanitaire aux frontières    Festival international des nomades : la 17ème édition aura lieu du 19 au 21 mars à M'hamid El Ghizlane    Manifestations à Gaza contre le plan de paix américain    Insolite : Facturer la question idiote    Les officiels sur place à Laâyoune pour la CAN de futsal    Qualifications africaines aux JO de Tokyo    Divers sportifs    Le Groupe Addoha veut lancer des projets immobiliers au Ghana    Le port d'Essaouira en pleine restructuration    Une étude controversée sur la viande suscite une dispute entre une université texane et Harvard    Divers    Lancement du dispositif territorial intégré de protection de l'enfance    Protection de l'enfance : Le DTIPE est là pour « renforcer » les programmes existants, dixit El Othmani    A Tokyo, la préparation des JO passe aussi par celle des séismes    Billie Eilish, l'icône pop branchée qui réécrit les règles de la célébrité    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Abdellah Ouzitane : Il faut favoriser les recherches portant sur l'universalisme des valeurs et le pluralisme des cultures    Casablanca : Arrestation d'un individu impliqué dans une agression à l'arme blanche    Pour la FIFA, «L'Afrique entre en piste pour rejoindre l'élite»    Une série de revalorisations pour les retraités de CDG Prévoyance    Hausse significative du trafic aérien à l'aéroport de Dakhla    Coronavirus : Le ministère de la santé appelle à la vigilance    Marathon international de Marrakech : Les athlètes marocains survolent la compétition    Dans sa galerie à Rabat : La Banque populaire expose les «Parcours croisés» de Moa et Kim Bennani    Le PPS au parlement    La Mauritanie à l'honneur    Liga: Le Real prend les rênes devant le Barça    Angola: Le scandale Isabel dos Santos…    Algérie : le crash d'un avion militaire fait deux morts    Le Mexique refoule 2.300 Honduriens entrés avec une caravane humaine    Brexit: Ce qui va changer au 1er février    Le RNI à l'écoute des Marocains de l'Afrique subsaharienne    Bruno Le Maire attendu au Maroc le 31 janvier    Le Roi Mohammed VI ordonne le rapatriement des Marocains dans la région de Wuhan    Benchamach recadre sévèrement Ouahbi pour son parallèle douteux entre le référentiel du PJD et la Commanderie des croyants    Relance du crédit aux entreprises : les nouvelles mesures de BAM    LDC Afrique-Coupe de la CAF: Le programme de la dernière journée    Bachir Dkhil : La marocanité du Sahara est irréversible    Les bergers afghans menacés par la sécheresse due au changement climatique    Larache à l'heure du soixantenaire de l'Union Socialiste des Forces Populaires    Présentation du livre "La Déclaration universelle des droits de l'Homme: lectures et éclairages"    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Edito : Triste déballage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des partenaires en verve
Publié dans Libération le 27 - 04 - 2018

Être partenaire du SIAM n'est pas uniquement synonyme d'association aux valeurs de cet événement prestigieux, puisque cette position permet également de créer de nouveaux liens avec d'autres entités ou bien de renforcer ceux qui existaient déjà auparavant. C'est d'ailleurs dans ce cadre que la Mutuelle agricole marocaine d'assurances (MAMDA), multiplie les conventions, profitant donc pleinement de ce creuset d'opportunités qu'est le SIAM.
Ainsi, la MAMDA a, dans un premier temps, paraphé une convention de partenariat dont l'objectif est de soutenir les filières animales et arboricoles. Objectif: améliorer de manière significative le taux de pénétration de l'assurance aussi bien dans les secteurs de production bovine, que dans ceux équine et arboricole.
Pour le groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM), l'autre partie prenante, la convention signée est symbole de sa volonté, quant à la mise à la disposition de ses clients, opérant dans les filières bovine, équine et arboricole, des produits d'assurance développés par la MAMDA, lesquels seront proposés aux bénéficiaires de crédits destinés à l'acquisition du bétail et l'entretien de la plantation arboricole.
Autre volet pertinent de ladite convention, la MAMDA a affirmé son intention d'organiser plusieurs ateliers de formation et d'information, relatifs aux produits d'assurance et de garantie, mais aussi, sur les modalités de souscription spécifiques à chacun d'eux.
Et ce n'est pas tout, la Mutuelle agricole marocaine d'assurance, qui a vu le jour début des au 60 années, promet de développer des supports de communication dédiés aux produits d'assurance mortalité du bétail et arboriculture, au même titre que la mise en place d'un processus de traitements des dossiers de souscription et d'indemnisation des bénéficiaires, à la fois fiable et rapide.
Le directeur du Pôle vert au Groupe Crédit Agricole du Maroc, Mustapha Chehhar, n'a pas caché son enthousiasme en comparant la convention à "un grand progrès dans le cadre du Plan Maroc Vert" avant de conclure par une annonce : « Nous allons coupler le financement classique les frais de souscription des agriculteurs ». En parallèle, le vice-président général de la MAMDA, Khalid Abdellaoui, a, pour sa part, mis en exergue une nécessité, celle de promouvoir l'assurance agricole, que ce soit en cas de mortalité de bétail, mais encore pour les dommages, sans oublier les travailleurs œuvrant au sein des filières avicole, équine et arboricole.
Dans un second temps, un autre partenariat fut entériné, toujours par la MAMDA, en collaboration avec la Fédération interprofessionnelle du secteur avicole (FISA). Mû par l'envie de promouvoir ses produits, l'assureur, fort d'un réseau de plus de 200 experts agricoles et investi dans des systèmes d'information pointus (suivi par satellite, géolocalisation, automatisation des règlements, etc.), développé, depuis 2011, afin d'améliorer le processus d'indemnisation, vise cette fois-ci à séduire les opérateurs du secteur avicole. Une alliance n'est pas passée inaperçue, car elle a été ratifiée en présence du ministre de l'Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Aziz Akhannouch.
En plus de son caractère promotionnel, la convention espère sensibiliser les organisations professionnelles membres de la FISA ainsi que leurs adhérents, s'agissant de l'importance de souscrire à l'assurance agricole. Parmi ses différents bénéficiaires, on compte logiquement les différentes organisations professionnelles de la filière avicole, soit l'Association des fabricants d'aliments composés (AFAC), l'Association nationale des accouveurs marocains (ANAM), l'Association nationale des producteurs des viandes de volailles (APV), l'Association nationale des producteurs d'œufs de consommation (ANPO) et l'Association nationale des abattoirs industriels avicoles (ANAVI).
De son côté, les représentants de la FISA se sont engagés d'une part à mettre en œuvre une multitude d'actions, comme assister la MAMDA dans la réalisation de campagnes de sensibilisation concernant l'offre en produits d'assurance, en faveur des opérateurs du secteur avicole, et d'autre part à encourager l'ensemble des acteurs de cette filière à souscrire des contrats d'assurances afin de couvrir l'ensemble de leurs besoins. Une souscription qui évidemment, et ils l'espèrent, s'effectuera auprès de la MAMDA, qui assure et c'est le cas de le dire, une large palette de produits d'assurances couvrant un bon nombre de risques.
Par ailleurs, les autres partenaires que compte la 13ème édition du SIAM, ne sont pas restés les bras croisés. Car outre le groupe OCP, qui confirme son indéfectible intérêt pour le Salon, notamment en offrant comme à l'accoutumée, des produits de qualité, en l'occurrence des engrais, l'opérateur Maroc Telecom a lui aussi brillé, à travers un produit novateur, le Smart agriculture.
Qualifié d'agriculture intelligente, ce produit se traduit dans les faits par une ferme connectée. A savoir une solution qui offre la possibilité, entre autres, de suivre et maîtriser les cycles de reproduction des vaches, par des notifications envoyées à l'agriculteur, désignant de ce fait le moment propice pour procéder à l'insémination artificielle.
Le produit proposé par l'opérateur historique, et outre qu'il permet une augmentation substantielle du revenu annuel, comme cela nous a été expliqué, se caractérise également par une fonction « Tracking de troupeau ». C'est-à-dire, finie l'angoissante question de l'emplacement du bétail. Grâce à un capteur, le fermier profitera d'une surveillance et d'une gestion toutes deux facilités, et accompagné d'une diminution des risques de pertes de moutons. Et pour finir, l'aspect Smart irrigation est aussi un élément important, puisqu'il revêt la particularité de réduire le temps d'arrosage de moitié et à plus de 70 %, les incidents qui y sont liés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.