Publication : Nasser Bouchiba esquisse 60 ans d'Histoire des Relations entre le Maroc et la Chine    Twitter propose aux utilisateurs de donner des "pourboires" à leurs comptes favoris    LDC : Tuchel a-t-il pris un ascendant psychologique sur Guardiola ?    Sadiq Khan réélu maire de Londres    Marrakech: destruction de 2,2 tonnes de produits impropres à la consommation    Météo: le temps prévu ce dimanche 9 mai au Maroc    CAN Féminine, Maroc 2022 : Participation record aux éliminatoires    3ème édition du programme TOYP: la JCI honore les jeunes talents    Hakim Ziyech : "C'était un bon moment pour moi de marquer"    Vente illégale de médicaments: le chef du parquet a envoyé une circulaire aux procureurs    Affaire Brahim Ghali : «l'Espagne maintient sa posture», selon Arachan Gonzalez Araya    Manchester-Chelsea (1-2) : City puni par les Blues grâce à Ziyech, Alonso et à... Aguero !    Association Internationale de la Presse Sportive : Session hispanophone de la photographie    L'insécurité alimentaire aiguë a atteint son niveau le plus élevé en cinq ans (GNAFC)    Deux Marocains remportent les troisième et cinquième places du prix Katara pour la récitation du saint Coran    Des manifestants tchadiens brûlent le drapeau français, France 24 filme mais no comment    Baccalauréat 2021 : le MEN publie un guide des candidats    Allemagne: le Bayern remporte son 9è titre consécutif    Maroc-Espagne : un manifeste signé par 9 partis politiques    Le wydad reçoit des vœux pour son 84e anniversaire (PHOTOS)    Al Hoceima: une opération d'immigration illégale avortée, un individu interpellé    L'accueil du dénommé Brahim Ghali en Espagne, un acte «inacceptable» et «condamnable» (Partis politiques marocains)    Covid-19/Maroc : Sept décès et 314 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    Aïd El-Fitr: Marrakech sous haute surveillance    Commémoration du 8 mai 1945 : la France met à l'honneur un goumier marocain âgé de 103 ans    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 8 mai 2021 à 16H00    Al Akhawayn pilote un projet de transformation des huiles de friture en biodiesel carburant    Médias: le long calvaire des journalistes    Enseignement supérieur: Amzazi s'attaque au cumul d'activités des enseignants-chercheurs    Le rappeur marocain Issam dévoile son premier album "Crystal"    La Chine lance une campagne contre la fraude et la cyberviolence    Coworking : le suisse IWG ouvre un nouvel espace de travail à Casablanca    AstraZeneca: la France recense deux nouveaux cas de thromboses, dont un décès    Marocains bloqués à l'étranger : la DGAC annonce les conditions d'accès au territoire national    Marocains bloqués à l'étranger : voici les conditions exigées pour les vols de rapatriement    La Bourse de Casablanca en nette hausse du 3 au 7 mai    Le régime algérien réclame toujours la «repentance» de la France pour la période coloniale    Le Maroc et le Koweït déterminés à donner une forte impulsion à leurs relations bilatérales (ministre Koweïtien)    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    Météo Maroc: le temps prévu ce samedi 8 mai    Le FEC ouvre une ligne de crédit de 2,2 MMDH pour la région Fès-Meknès    Le projet Andam pour que reste la parole    Mounia Lamkimel : "J'aime les personnages complexes et je n'aime pas que l'on me colle une étiquette"    Cinéma : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    "Tlata Del Ferhate", le bonheur est le plus grand des trésors ! Dimanche à 23h00    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Nouvelle édition du Festival international de Meknès du cinéma des jeunes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entretien Aziz Bouslamti: » Seule une aide soutenue des autorités publiques nous permettra de continuer d'exister »
Publié dans L'observateur du Maroc le 15 - 02 - 2021

Aziz Bouslamti, président du Groupement Professionnel des Prestataires de l'Evénementiel au Maroc (GPPEM)
2020 a été une hécatombe pour le secteur de l'événementiel. Une étude publiée récemment fait état d'une situation catastrophique pour les professionnels. Un appel est donc lancé au gouvernement pour éviter le pire. Explications de Aziz Bouslamti, président du Groupement Professionnel des Prestataires de l'Evénementiel au Maroc (GPPEM)
L'Observateur.info : Quel est l'état des lieux actuel du secteur de l'événementiel au Maroc et quelles perspectives de relance pour 2021?
Aziz Bouslamti : Nous savions que la situation du secteur de l'industrie de l'événementiel était catastrophique. Mais afin de le prouver concrètement le GPPEM a mandaté le Cabinet VQ pour la réalisation d'une étude. Les résultats font ressortir une situation de grave crise qui dure depuis près d'une année et qui risque de durer encore quelques mois si rien n'est fait.
Justement, le GPPEM a réalisé une étude pour mesurer l'impact de la crise sanitaire sur le secteur. Quels en sont les principaux résultats ?
D'abord nous savons aujourd'hui que l'industrie de l'événementiel est la plus touchée et la plus impactée de tous les secteurs, par la crise engendrée par la pandémie Covid-19. Ainsi, 93,5% des opérateurs estiment qu'il s'agit de la pire conjoncture qu'ils n'aient jamais connue puisque que cela s'est traduit par une baisse de leur chiffre d'affaire de plus de 75%. Certaines entreprises du secteur ont eu recours aux crédits bancaires, Damane Oxygène pour 30% et Damane Relance pour 20%, et aux aides de l'état. Néanmoins, 63% des sondés les estiment insuffisantes et non régulières. Il ressort de ces chiffres qu'une bonne partie des acteurs de l'événementiel ont privilégié les recours « domestiques » pour renflouer leurs trésoreries (aide familiale et amis, outre la vente de biens immobiliers et mobiliers).
Y-a t-il eu des licenciements dans le secteur et des fermetures des entreprises ?
Il ressort de l'étude que 35% des entreprises du secteur de l'industrie de l'événementiel ont fermé et 23,5% des opérateurs ont mis en vente une partie ou l'ensemble de leurs biens. Ils ont aussi dû subir le règlement de différends à l'amiable, (60% des litiges), pour éviter les procédures judiciaires longues et onéreuses. Concernant les licenciements, 26% des entreprises sondées ont appliqué une baisse de plus de 50%, des effectifs permanents. Ces taux risquent d'augmenter.
Qu'en est-il des freelances du secteur ?
Le GPPEM est conscient que les indépendants (freelances) sont des plus impactés du secteur. D'ailleurs dès le début de la crise nous avons demandé aux opérateurs de soutenir cette communauté tellement importante pour le secteur, mais tellement fragile. Ainsi l'étude nous informe que 51% des entreprises sondées ont appliqué une baisse de +50%, des indépendants. 69% ont procédé à des coupes budgétaires dans le poste relatif aux freelances. Ceux qui disposent d'un statut juridique/fiscal ont pu bénéficier des aides proposées dans le contrat cadre signé lors de la 10ème réunion du CVE.
Que préconise le GPPEM pour sauver ce qui reste à sauver ?
D'abord il faut préciser que près de 60% des opérateurs sondés n'ont aucune visibilité commerciale pour 2021, et les 40% restants ont des promesses qui ne seront pas tenues si l'autorisation de reprise des rassemblements n'est pas accordée par les autorités publiques. L'étude du GPPEM a également identifié les attentes des opérateurs du secteur de l'industrie de l'événementiel, qui pensent que seule une aide soutenue des autorités publiques leur permettra de se maintenir.
Pour ce faire, le GPPEM propose le renforcement des aides aux salariés selon l'échelle des salaires, le cadre et la compétence. Il faudra une exonération totale des charges fiscales et sociales pour les exercices 2020/2021, un report des échéances bancaires de 2020 et 2021 sans intérêts et l'octroi de crédits sans intérêts pour les entreprises du secteur qui en auront recours durant les prochains mois. Néanmoins, la solution idoine est la reprise de l'organisation d'événements en présentiel
Quand pourra-t-on parler d'une réelle reprise du secteur et un retour au même niveau que celui de 2019 ?
Au niveau international, on annonce que si l'événementiel présentiel ne reprend pas au plus vite, le retour à la normale n'est envisagé qu'en 2023. Car les grands événements nécessitent des délais de préparation de plus d'une année. Au Maroc, sans autorisation des rassemblements, comme celle qui a été accordée aux cafés/restaurants, centre commerciaux... la reprise n'est point envisageable. D'un autre côté, le lancement de la campagne nationale de vaccination par Sa Majesté le Roi Mohammed VI nous a redonné espoir. Nous espérons terme que la vie reprendra son rythme habituel. Mais bien qu'elle ait pour objectif de déboucher sur l'immunité collective, elle nécessite du temps. Et le temps est un luxe que les opérateurs du secteur de l'industrie de l'événementiel ne peuvent plus se permettre.
Quels enseignements à tirer de cette crise ?
La crise nous a démontré que seuls les secteurs structurés peuvent bénéficier d'un grand soutien de la part des autorités publiques. D'ailleurs nous nous sommes attelés à trouver des solutions au secteur dès fin février 2020. Le contrat cadre signé est le résultat de mois de travail de la commission de veille du GPPEM. Aujourd'hui le GPPEM a décidé de travailler en étroite collaboration avec notre ministère de tutelle, celui de l'industrie, pour l'élaboration d'un plan d'actions qui devra mener à la restructuration du secteur de l'industrie de l'événementiel. Nous ne sommes pas à l'abri d'une autre crise, il faut disposer de tous les outils qui nous permettraient de mieux réagir pour soutenir le secteur le cas échéant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.