Officiel: un pass vaccinal « provisoire » dès la première dose    La RAM reprend ses vols à destination du Canada dès le 29 octobre    Le Maroc autorise les vols exceptionnels vers le Royaume-Uni    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 22 octobre 2021 à 16H00    Sahara Marocain: Alger doit prendre part aux tables rondes, tranche l'ONU    Chambre des représentants : séance plénière le 25 octobre consacrée aux questions orales    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Botola Pro D1 / WAC-OCS (1-0) : Le Wydad vainqueur en fin du match!    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Zoom: La guerre du football    Moscou dément tout «refroidissement» dans les relations avec Rabat    Sahara : Le Qatar réitère son soutien à la souveraineté marocaine    Gouvernement régional andalou : « Le Maroc, un partenaire privilégié de l'Espagne »    Vaccination : Les personnes souffrant d'allergies peuvent recevoir un certificat de contre-indication    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Les députés obligés de présenter le pass vaccinal pour accéder au Parlement dès lundi    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Le Maroc d'aujourd'hui n'est pas le Maroc d'hier    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Reprise des vols vers le Canada en provenance du Maroc dès le 29 octobre    Trafic international de drogue : Interpellation de 4 individus à Errachidia    Université dans les prisons: La 9ème édition lancée à Salé    INDH : Remise de bus scolaires à Taza    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Nigéria : 30 élèves enlevés libérés    France : Le complotiste Rémy Daillet en garde à vue pour projets de coups d'état et d'attentats    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Jihadistes marocains : Chair à canon ?
Publié dans L'observateur du Maroc le 11 - 02 - 2013

Badr Achour est un Casablancais de 29 ans. En 2006, il rejoint Al Qaida en Irak pour « combattre le grand Satan américain ». En 2007, il est arrêté pour être condamné, un an après, à la peine capitale. Le 27 octobre 2011, il est exécuté malgré les protestations des ONG de défense des détenus islamistes. Sa famille reçoit son corps dans un cercueil. Son père ne s'est jamais remis de ce choc.
Nos jihadistes à Bagdad
Badr était parmi une dizaine de jeunes Marocains qui avaient rejoint l'Irak entre 2003 et 2008 pour le jihad. Rares ceux parmi ces « guerriers d'Allah » qui ont eu l'occasion de combattre. « Mal préparés et peu cultivés, les Maghrébins servent souvent comme chair à canon sur le terrain des opérations », observe Nourredine Hatimi. Cet ex-détenu salafiste, gracié en 2005, est devenu depuis un spécialiste des mouvements salafistes. « Des Marocains partent dans ces terrains avant tout pour mourir en martyr, croyant que c'est le chemin le plus court pour arriver au paradis », explique-t-il. Sauf qu'ils peuvent vivre un véritable calvaire avant d'atteindre leur objectif suprême. C'est pour cela qu'Abdelaziz Bakkali, porte-parole des familles des détenus en Irak, tire la sonnette d'alarme quant à la situation de certains parmi ces « candidats au paradis ». Selon lui, vingt trois des jihadistes marocains en Irak sont aujourd'hui portés disparus, 7 purgent des peines d'emprisonnement dans des conditions difficiles et un Marocain est dans le couloir de la mort et attend chaque jour l'exécution de son jugement. Malgré ces destins tragiques, d'autres Marocains se lancent dans le « jihad » syrien.
Haddouchi et ses liaisons dangereuses
Omar Haddouchi est un idéologue salafiste vivant à Tétouan. Le prédicateur avait été condamné à 30 ans de prison en 2003, pour avoir « commandité, avec d'autres, les attentats du 16 mai 2003 à Casablanca », avant d'être gracié en 2011. Le 1er janvier 2013, le site officiel de Haddouchi publie une vidéo du cheikh. Dans cet enregistrement, l'orateur condamne avec virulence la décision du Département d'Etat américain de classer Jabha anousra, filiale d'Al Qaida en Syrie, parmi les organisations terroristes mondiales. Dans sa diatribe contre « l'Amérique et les juifs », il réitère son soutien inconditionnel aux jihadiste syriens.
Les liaisons entre Haddouchi et les jihadistes syriens sont aujourd'hui un secret de polichinelle. Nous avons tenté de joindre Haddouchi à plusieurs reprises, mais sans succès. Dans un rapport du Centro Nacional de Inteligencia (CNI), services de renseignements espagnol, paru en octobre 2012, l'Espagne accuse Haddouchi d'être « le cerveau du recrutement des jeunes marocains vers la Syrie ». Ce document revient sur les relations entre Haddouchi et les salafistes de Sebta. Le cheikh de Tétouan s'est d'ailleurs rendu chez la famille Ouahbi, kamikaze marocain en Syrie, pour leur présenter ses condoléances. Il a accompli la prière à la mosquée Tawba à Sebta où il a tenu un prêche violent sur ce sujet. Cela ne l'empêche pas de s'inscrire en faux contre le rapport du CNI. Haddouchi nie en bloc et menace même « de poursuive l'Espagne en justice ». Sa réaction ne leurre guerre Hatimi qui estime que les cheikhs salafistes sont dans leur rôle. « Ils ne peuvent prévaloir d'une place de choix dans le milieu salafiste s'ils ne soutiennent pas ce jihad », argumente-t-il.
De son côté, Mohamed Fizazi, autre figurant de proue du salafisme marocain, prend ses distances par rapport au jihad en Syrie. Contacté par L'Observateur, Fizazi déconseille aux jeunes Marocains de se rendre en Syrie. « Je recommande aux jeunes de faire du jihad au Maroc. En œuvrant à améliorer le quotidien de leurs concitoyens à travers des actions positives qui auront un impact réel sur la vie des gens », préconise-t-il. L'ex-détenu salafiste regrette que
« la fougue de jeunesse de certains les mènent à mourir gratuitement dans un autre pays ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.