Les contrôleurs aériens suspendent leur grève    Ahmed Réda Chami : « Le Maroc est fortement engagé sur la voie de l'utilisation des transports réduisant l'empreinte carbone »    Devoxx Morocco. Au delà des lignes de code, les développeurs innovent    Nador: Mise en service d'un centre d'Hémodialyse et un centre d'Oncologie    Au Maroc, l'inflation accélère à 7,8 % sur un an, nouvelle baisse de la consommation    Mondial de football pour amputés : L'équipe nationale ne jouera pas les demi-finales    Sous le Haut patronage du Roi Mohammed VI, 14ème édition du Festival de la mode en Afrique à Rabat pour promouvoir le secteur    Le Maroc réagit au démenti de l'ambassade de France sur la censure de l'interview de Ferhat Mehenni sur CNews    Education: le statut des enseignants-cadres désormais uniformisé à travers un décret    Messi fait une annonce fracassante pour le Mondial au Qatar (VIDEO)    Photos. Voulez-vous louer la villa de Diam's à Marrakech ?    Consécration des tables rondes et renouvellement du mandat de la MINURSO    Détournement de fonds à la mairie de Marrakech: le verdict est tombé pour l'ancien maire    Football : la candidature Maroc-Espagne-Portugal au Mondial 2030 otage de la mémoire courte européenne ?    Fustal : La liste des joueurs convoqués pour les matchs amicaux Maroc-Brésil    Bourse de Casablanca: Clôture dans le vert    Migration : L'Union européenne souligne «l'engagement fort» du Maroc    Covid-19/Maroc : 135 cas actifs à l'échelle nationale (0.01%)    Inflation: une nouvelle rallonge budgétaire de 12 MMDH (Conseil de gouvernement)    Le Maroc et l'Arabie Saoudite concluent un accord de transport aérien    Casablanca : Halte aux charrettes à traction animale !    Standard&Poor's plus optimiste que la Banque Centrale    Le Conseil de gouvernement approuve un projet de décret déterminant l'organisation du ministère de la justice    [Vidéo] Alger: tentative de suicide d'un policier    La chaine CNews mise à nu après l'annulation d'une émission consacrée au leader du MAK, Ferhat Mehenni    Mohamed Mehdi Bensaid à l'AG de la FAAPA: «Une nouvelle Afrique se dessine»    À Alger, un policier harcelé par sa hiérarchie tente de se suicider    Botola: découvrez le programme de la 5ème journée    Championnat arabe de cyclisme sur piste (1ère journée) : Le Maroc remporte trois médailles, dont deux en or    Mondial de football pour amputés: le Maroc écrase l'Argentine et file en quarts (VIDEO)    Le capitaine Ibrahim Traoré officiellement nouveau président du Burkina Faso    Symposium de l'eau à Casablanca: Focus sur l'efficacité et la sécurité hydriques au Maroc (VIDEO)    Annie Ernaux remporte le prix Nobel de littérature 2022    Quand la numismatique nous raconte l'Histoire !    Fès : Enquête judiciaire contre un policier accusé d'attentat à la pudeur sur une mineure    L'OPEP+ réduit considérablement la production de pétrole    Mondial féminin U17 : Le Maroc s'incline face à son homologue chilienne en match amical    Sécurité : Une délégation de l'OTAN s'est rendue au Maroc    Décès de 66 d'enfants en Gambie: l'OMS ouvre une enquête concernant 4 sirops contre la toux    Exposition « Regard à travers l'art» : Une invitation à l'observation et à la révélation    Une 3ème édition à l'espace Toro et pour tous les goûts    250 cavaliers au 16ème Festival de tbourida à Inezgane    Cacao. La Côte d'Ivoire maintient son leadership    Rabat, Casablanca, Marrakech, Tanger...des températures assez douces ce jeudi    Khaled Nezzar. Le grand comploteur contre le Maroc serait agonisant    Voici le temps qu'il fera au Maroc, ce jeudi 6 octobre 2022    Mathafi : lancement du programme d'initiation à l'art    Le Maroc et la France appelés à préserver leur relation et à la projeter face aux nouveaux défis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le PAM met à Genoux la majorité
Publié dans L'observateur du Maroc le 29 - 10 - 2009


Hakim Arif
Il a fallu deux tours pour départager les concurrents. C'est que la bataille a été dure et que les enjeux sont d'une extrême importance. Mohamed Cheikh Biadillah, le secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM) avait promis, dans le cas où il serait élu, de revoir la place de la deuxième Chambre dans le processus législatif marocain. Sa personnalité et le parti auquel il appartient peuvent le permettre. Surtout que M. C. Biadillah a pu s'imposer à la majorité et pousser le chef de celle-ci, le Premier ministre, à faire campagne pour lui. Mais bien sûr la première victime de cette bataille politique est le président sortant lui-même. Maâti Benkaddour a été sévère dans ses commentaires envers le chef de la majorité Abbas El Fassi. Pour lui, le Premier ministre devait défendre le candidat de sa majorité. Ce qu'apparemment il n'a pas fait en incitant les conseillers de la majorité à soutenir Biadillah. Avant l'élection, Benkaddour a, dans sa plaidoirie, prévenu que si le PM et la majorité ne le soutenaient pas, «la majorité aura perdu son gouvernement». Au sein de son parti, il y en a qui pensent la même chose, mais pas tous. Ainsi, Mohamed Aujjar qualifiait l'élection de «phase de vérité» précisant que le Premier ministre «doit assumer sa responsabilité». Le RNI étant attaché à la candidature de Maâti Benkaddour. Difficile à croire d'autant plus que l'élection a nécessité tout de même un deuxième tour. Au premier, Cheikh Biadillah a obtenu 133 voix contre seulement 111 pour son rival du RNI. Or quand on est candidat de la majorité on doit être sûr du résultat. Ce qui explique bien que des voix de cette majorité se sont évanouies dans la nature alors que d'autres se sont reportées sur le candidat de l'opposition. Il y a là de quoi être étonné. C'est une expérience qui explique à l'heure actuelle qu'il n'y a ni majorité ni opposition et que le tableau n'est pas clair du tout, commente un Conseiller de la majorité. Le point de vue est plus analytique chez le politologue Nadir Moumni qui, néanmoins, pense que le scénario de Biadillah était le plus probable du fait d'un ensemble d'événements. D'abord, Maâti Benkadour était déjà au fait que certaines composantes de la majorité, dont le Mouvement populaire, n'allaient pas voter pour lui. L'entrée de cette formation au gouvernement, bien que plus significative qu'effective, a agi dans le sens que veut le PAM. Par ailleurs, ajoute N. Moumni, Le Premier ministre lui-même avait fait campagne pour Biadillah. Il n'avait d'ailleurs pas le choix, il était cerné. Le PAM a gagné à toutes les élections qui se sont déroulées depuis le 12 juin et continue à recevoir des élus d'autres partis. Ensuite, il y a le changement à la tête du RNI. Les nouveaux maîtres sont des amis du PAM qui ont largement contesté la gestion de leur parti qui a eu pour conséquence un échec aux élections du renouvellement du tiers de la deuxième Chambre. Résultat, une nouvelle donne. Le problème se pose quand on veut savoir si la configuration actuelle à la deuxième Chambre est transposable à la première. On ne peut concevoir que les alliés de la première soient les ennemis de la deuxième. Selon Nadir Moumni, cela n'est pas automatique. M. C. Biadillah a bénéficié d'une alliance ad hoc qui peut ne pas se retrouver lors des votes sur des projets de lois présentés au parlement. En tout cas, rien n'est à présent sûr. Il faut surtout attendre pour voir. Car théoriquement, le gouvernement de Abbas El Fassi ne devrait pas durer. A moins qu'il y ait une entente avec le PAM et dont le premier terme a été respecté par une partie puisque la majorité a voté pour le PAM. Le second terme serait que le PAM laisse le gouvernement en paix jusqu'à la fin de son mandat en 2012. Il se peut qu'une certaine cohabitation s'installe. Nous sommes, mathématiquement parlant, en présence d'une cohabitation particulière. Le gouvernement n'a plus qu'un pied, mais il sait que même celui qui lui reste ne peut bouger sans l'accord du PAM.
Abbas El Fassi
La fin est-elle proche ?
Mohamed Semlali
Quand l'opposition prend le pouvoir au Parlement, le gouvernement est purement et simplement renversé. C'est l'un des principes basiques dans les sciences politiques modernes. Ce principe semble ne pas être pris en considération par l'actuel chef de gouvernement que la prise de la Chambre des Conseillers par l'opposition n'inquiète pas outre mesure. L'un des dirigeants du parti de l'Istiqlal, Saâd Alami qui est également ministre chargé des Relations avec le Parlement, a loué en direct à la télévision les qualités intrinsèques du secrétaire général du PAM et affirmé qu'il était sûr que celui-ci allait réussir la mission qui était la sienne.
Le parti de l'Istiqlal aurait-t-il oublié que le PAM justement est le principal parti d'opposition au gouvernement que dirige Abbas El Fassi, son secrétaire général ? Etait-il conscient de la symbolique de la victoire de Biadillah ? Connaît-il vraiment l‘étendue des pouvoirs de la deuxième Chambre qui sont pratiquement ceux de la Chambre des Représentants ? A priori, on peut répondre par l'affirmative à toutes ces questions, puisque tout dans le comportement du parti de l'Istiqlal, qui constitue la colonne vertébrale de l'équipe gouvernementale, confirme que ses dirigeants ne sont conscients ni de la gravité de la situation ni de la crise dans laquelle se trouve empêtré le gouvernement.
On peut rappeler quelques évidences d'abord. Dans l'échafaudage constitutionnel marocain, la Chambre des Conseillers occupe une place quasi similaire à celle de la Chambre des Représentant. Ce qui veut dire par exemple que si la prochaine loi de finances se trouve bloquée dans l'hémicycle que préside Biadillah, le Maroc serait projeté de facto dans une crise inextricable, d'autant plus que la deuxième Chambre a dans ses attributions le pouvoir de voter une motion de censure et donc de faire tomber le gouvernement. Cela revient à dire que si l'opposition contrôle la deuxième Chambre (ce qui est le cas aujourd'hui), c'en est fini du gouvernement. Donc, et afin de respecter l'ordre des choses, Abbas El Fassi devrait remettre son tablier pour éviter une éventuelle paralysie des institutions du pays.
Le problème se pose aussi pour le PAM qui, s'il veut être fidèle à sa position de juin dernier, devrait tout tenter pour faire tomber l'équipe d'El Fassi, d'autant plus qu'il en a aujourd'hui les moyens. Les dirigeants du PAM, quand ils ont promis au gouvernement damnation et enfer à la veille des élections communales du 12 juin, les Marocains les ont crus et ont du coup voté pour eux. Maintenant qu'ils en ont les moyens, on peut s'attendre à du changement.
L'acte de décès des partis
Rajae Oumalek
A la sortie de la réunion des partis de la majorité, seul Benkaddour, président sortant de la deuxième chambre et candidat à sa propre succession, voulait bien continuer à y croire.
Assez rapidement l'unanimité s'est dégagée pour soutenir sa candidature au nom de la majorité, ce qui aurait réglé le problème, puisque la coalition gouvernementale est majoritaire au sein de la Chambre haute. Mais tous les partis ont annoncé qu'ils avaient des difficultés pour «tenir» leurs élus et que donc des voix manqueraient à l'appel.
Et effectivement dès le premier tour, dans les 131 voix qui se sont portées sur Mohamed Cheikh Biadillah, la moitié appartenait aux partis de la majorité. Une dizaine d'autres voleront au secours de la victoire lors du second tour. La messe est dite !
La deuxième Chambre sera donc dirigée par un parti d'opposition. C'est un cas de figure prévu par les Institutions, cette cohabitation ayant déjà eu lieu lors des deux premières années du gouvernement Youssoufi.
Cela changera-t-il quelque chose ? Pas nécessairement. L'on sait que la pratique institutionnelle au Maroc veut que l'initiative des changements de coalitions gouvernementales appartienne au Palais et non au Parlement.
Seulement, le PAM constituera un opposant-partenaire de choix qui fructifiera sa position pour mieux préparer 2012. Il négociera son appui aux projets de loi les plus importants par le biais d'amendements multiples. C'est à la limite, une bonne nouvelle pour le travail parlementaire que la deuxième Chambre soit plus animée.
Les partis constituant la majorité, l'Istiqlal en tête, sortent totalement discrédités par cette élection. Ils reconnaissent officiellement qu'ils n'ont aucune emprise sur ceux qui se sont présentés en leur nom. Pourtant, il s'agit là de «sage», c'est-à-dire d'élus à travers tout un marathon et qui ont, en principe, un réel enracinement partisan.
La démonstration est faite que si le PAM voulait vider ces partis de leurs élus, il le ferait sans encombre. En abdiquant devant les notables, les structures partisanes ont vidé la politique de sa substance : l'engagement. C'est leur drame et celui du débat public et, in fine, celui de la construction démocratique.
Sans engagement, la politique n'est plus qu'un commerce de mercenaires. Le PAM réussira-t-il à relever le défi ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.