Résurgence du terrorisme : Erdogan met en garde    Les investissements des EEP en stagnation pour la 2ème année consécutive    Le Maroc et la Chine examinent divers moyens de renforcer la coopération touristique et culturelle    Retraites : des manifestants tentent d'entrer dans un théâtre où se trouve Macron    Washington va décider de sa présence militaire en Afrique d'ici à deux mois    Agadir : Saisie d'une importante quantité de cigarettes et de tabac à narguilé de contrebande    Africa Eco Race : A Dakhla, Nasser Bourita fustige les séparatistes    Un sommet international le 22 février à Laâyoune    Sud du Maroc : Le Gabon et la Guinée ouvrent à leur tour un consulat    La CMR tient la 8ème session de son Conseil d'administration    La DGAPR répond aux accusations d'Human Rights Watch    La pièce de théâtre عازف الليل est-elle maladroitement raciste ?    CAN Futsal Maroc 2020 : l'entraîneur National de futsal fait le point    Le DHJ tenu en échec à domicile par le Rapid Oued-Zem    Nabil Jaadi rejoint le Mouloudia club d'Oujda    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Hommage à Noureddine Belhoucine    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    Cristiano Ronaldo : les secrets de sa forme insolente dévoilés !    Handball : Le CHAN à Laâyoune    Ashley Young rejoint l'Inter    Tant de dossiers à débattre et de relations à consolider    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    Insolite : Imiter Ghosn    La forêt et le nouveau modèle de développement    Combien d'années de vie en bonne santé gagne-t-on en adoptant un mode de vie sain ?    Divers    Habib El Malki reçoit le secrétaire d'Etat rwandais chargé de la Communauté de l'Afrique de l'Est    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    Zemamra cartonne Berkane, le Raja corrige à Tanger    La BCP s'engage pour la TPE    Des vidéos mises en ligne mènent à l'arrestation d'un chauffard…    La loi passe le cap de la 1ère Chambre    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Amine Razouk et Mehdi Alaoui à la tête de l'Apebi    Le Sahara marocain «véritable trait d'union entre le Maroc et le reste de l'Afrique»    SM le Roi visite «Bayt Dakira» à la Médina d'Essaouira    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vidéos – Portrait : Qui est Bilal Hassani, porte-drapeau français à l'Eurovision ?
Publié dans L'observateur du Maroc le 29 - 01 - 2019

A 14 ans, il admirait Conchita Wurst, la diva à barbe qui avait remporté l'Eurovision. Cinq ans plus tard, Bilal Hassani, devenu lui aussi une égérie queer, va à son tour participer au concours musical européen où il défendra les couleurs de la France.
Avec ses perruques, son maquillage, son look lorgnant du côté de Kim Kardashian (les courbes en moins) il est devenu en quelques semaines une sensation sur les réseaux sociaux, où il doit toutefois faire face à une campagne de haine.
« Je suis très fier de représenter mon pays en étant 100% moi-même, malgré les gens qui ont pu me dire sur internet que je ne représentais pas la France », a affirmé dimanche 27 janvier 2019 sur France 2 le jeune homme d'origine marocaine.
S'il plaide à sa façon pour l'acceptation de soi et repousse les codes classiques de la masculinité, en empruntant au vestiaire féminin tout en s'affirmant comme un homme, il fait fi de ceux qui doutaient du potentiel d'un « Arabe avec une perruque ».
« C'est encore aujourd'hui un combat. Il y a beaucoup de haine, beaucoup de choses qui pourraient m'affaiblir, me donner l'impression que je devrais peut-être arrêter, me brider et m'autocensurer », a-t-il confié.
Sa chanson « Roi » a éclipsé des chanteurs confirmés comme Chimène Badi ou Emmanuel Moire et raflé la mise samedi soir, grâce aux votes des téléspectateurs de « Destination Eurovision », l'émission chargée de désigner le candidat français pour le concours final en mai en Israël.
« J'suis pas dans les codes, ça dérange beaucoup », chante Bilal Hassani dans « Roi », coécrite par le tandem Madame Monsieur, arrivé 13e à l'Eurovision en 2018 avec « Mercy » (sur le drame des migrants).
« L'écriture et la création de ce morceau m'ont beaucoup aidé. C'était vraiment thérapeutique », précise le chanteur qui assure ne pas vouloir « donner de l'attention à la haine ».
« Déjà plus de 1.500 tweets insultants, discriminants ou menaçants en raison de son orientation (sexuelle) et/ou de son apparence », a fait savoir le collectif Urgence Homophobie, qui s'est associé à Stop Homophobie pour attaquer en justice « chaque personne qui a insulté, discriminé ou menacé » en ligne le jeune chanteur.
« Il faut savoir aussi que depuis que j'ai 9 ans, je suis accro à l'Eurovision, autant pour l'enjeu artistique que pour la symbolique: toutes ces cultures et ces différences que la musique réunit, il y a une vraie magie dans ce grand show », confie-t-il sur Instagram à ses fans qu'il appelle sobrement « mes vies ».
« Roi » pourrait le placer à l'Eurovision dans les pas de France Gall et de Marie Myriam, la dernière gagnante française en 1977. Vu plus de 6 millions de fois, le clip montre Bilal, petit brun aux cheveux courts chanter, avant de s'affirmer quelques années plus tard avec un look plus travaillé.
Passionné de musique et de chanteuses à voix à l'instar de Beyoncé, il a pris dès l'enfance des cours de chant et de danse tout azimuts.
A 15 ans, il apparaît dans la saison 2 de l'émission télévisée « The Voice Kids » et se fait remarquer avec sa reprise de « Rise Like A Phoenix » de Conchita Wurst. Une prestation en forme de renaissance.
Il devient peu après YouTubeur: sur la plateforme où il popularise son tonitruant « Bonjour Paris! », il fait son coming out, poste des vidéos de maquillage ou des reprises de ses idoles.
Le tout avec humour et un sens certain de la mise en scène.
Remarqué par Janet Jackson, gratifié d'une interview dans la revue spécialisée Billboard, Bilal Hassani doit sortir son premier album au printemps chez le label Low Wood. Il n'a pas encore 20 ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.