QUEBEC : LA MAROCAINE MARWA RIZQY, REVELATION DE L'ASSEMBLEE NATIONALE    Maroc-OCDE : Le 2ème Programme Pays est lancé    GOUVERNEMENT : COMMENT COMBATTRE L'ENDETTEMENT    Infinix offre gratuitement BeIN connect pour regarder les matchs de la CAN    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Baignade. Quelles sont les plages à éviter ?    Moucharaka Mouwatina : La deuxième tranche d'appui à la société civile lancée au profit de quatre régions    Mécanismes nationaux de prévention : Le CNDH organise un atelier national    Personnes âgées/retraite. Il ne faut plus compter sur la solidarité familiale    Finance participative : Le 1er contrat de dépôt d'investissement d'Umnia signé    Le RCAR franchit les 5% de participation dans Maroc Telecom    Délais de paiement : Benchaâboun fait le point    Pascal Naudin : "La transformation digitale est en marche"    Chambre des représentants. Les députés interpellés sur leur tenue vestimentaire    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    Téhéran accuse Washington d'avoir coupé « la voie de la diplomatie »    Dominant la course démocrate à la Maison Blanche, Biden en tête d'affiche du premier débat    Brexit: Boris Johnson contre-attaque et plaide pour « une sorte d'accord »    Coup d'Etat avorté en Ethiopie    Les valeurs, le match à gagner    Le Maroc entame la CAN sur une victoire à l'arrachée    CAN 2019 : Mbarek Boussoufa redoute la Côte d'Ivoire    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels «Tbourida» : La Sorba du Moqaddem Maher El Bachir remporte la 20ème édition    Cameroun. La "malédiction" sera-t-elle brisée?    Le Maroc au «Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée»    Ophtalmologues vs opticiens. Le différend continue    Facebook appelle les Etats à mieux réguler les géants du numérique    Démantèlement à Marrakech d'une bande spécialisée dans le trafic de drogue    La société civile s'implique davantage dans la gestion du Parc national du Souss-Massa et Tamri    Enseignement. Comment généraliser le préscolaire    Spotify partenaire musique du Festival Mawazine 2019    Un air de musique souffle sur le Royaume    Fresques d'Asilah: Quand la cité se drape d'art jusqu'aux…murs    Neila Tazi : «Nous avons besoin d'un nouvel élan de la part des pouvoirs publics»    «Quelle distance entre le soleil et la terre ?» : Un spectacle exclusivement dédié au Palais El Glaoui à Fès    Pour faciliter l'abonnement de ses fans : Le Raja fait appel aux services de Guichet.ma    Le strict minimum Mais c'est déja ça !    Le nombre de bacheliers a augmenté de 8,19%    Divers    Insolite : Mis en examen    Le président de la Chambre des représentants rencontre le corps diplomatique arabe accrédité à Dublin    Mohamed Benabdelkader : Le Maroc place la restructuration de la haute fonction publique au cœur de la réforme de son administration    Hervé Renard : L'essentiel est d'empocher les trois points de la victoire    Prisme tactique : Une victoire en trompe-l'œil    Au Liban, des posters vintage exposent les clichés du cinéma occidental    Découverte en Asie centrale des plus vieilles traces d'usage de cannabis    Deux jeunes Marocaines participent à Paris au "LabCitoyen" de l'Institut français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vidéos – Portrait : Qui est Bilal Hassani, porte-drapeau français à l'Eurovision ?
Publié dans L'observateur du Maroc le 29 - 01 - 2019

A 14 ans, il admirait Conchita Wurst, la diva à barbe qui avait remporté l'Eurovision. Cinq ans plus tard, Bilal Hassani, devenu lui aussi une égérie queer, va à son tour participer au concours musical européen où il défendra les couleurs de la France.
Avec ses perruques, son maquillage, son look lorgnant du côté de Kim Kardashian (les courbes en moins) il est devenu en quelques semaines une sensation sur les réseaux sociaux, où il doit toutefois faire face à une campagne de haine.
« Je suis très fier de représenter mon pays en étant 100% moi-même, malgré les gens qui ont pu me dire sur internet que je ne représentais pas la France », a affirmé dimanche 27 janvier 2019 sur France 2 le jeune homme d'origine marocaine.
S'il plaide à sa façon pour l'acceptation de soi et repousse les codes classiques de la masculinité, en empruntant au vestiaire féminin tout en s'affirmant comme un homme, il fait fi de ceux qui doutaient du potentiel d'un « Arabe avec une perruque ».
« C'est encore aujourd'hui un combat. Il y a beaucoup de haine, beaucoup de choses qui pourraient m'affaiblir, me donner l'impression que je devrais peut-être arrêter, me brider et m'autocensurer », a-t-il confié.
Sa chanson « Roi » a éclipsé des chanteurs confirmés comme Chimène Badi ou Emmanuel Moire et raflé la mise samedi soir, grâce aux votes des téléspectateurs de « Destination Eurovision », l'émission chargée de désigner le candidat français pour le concours final en mai en Israël.
« J'suis pas dans les codes, ça dérange beaucoup », chante Bilal Hassani dans « Roi », coécrite par le tandem Madame Monsieur, arrivé 13e à l'Eurovision en 2018 avec « Mercy » (sur le drame des migrants).
« L'écriture et la création de ce morceau m'ont beaucoup aidé. C'était vraiment thérapeutique », précise le chanteur qui assure ne pas vouloir « donner de l'attention à la haine ».
« Déjà plus de 1.500 tweets insultants, discriminants ou menaçants en raison de son orientation (sexuelle) et/ou de son apparence », a fait savoir le collectif Urgence Homophobie, qui s'est associé à Stop Homophobie pour attaquer en justice « chaque personne qui a insulté, discriminé ou menacé » en ligne le jeune chanteur.
« Il faut savoir aussi que depuis que j'ai 9 ans, je suis accro à l'Eurovision, autant pour l'enjeu artistique que pour la symbolique: toutes ces cultures et ces différences que la musique réunit, il y a une vraie magie dans ce grand show », confie-t-il sur Instagram à ses fans qu'il appelle sobrement « mes vies ».
« Roi » pourrait le placer à l'Eurovision dans les pas de France Gall et de Marie Myriam, la dernière gagnante française en 1977. Vu plus de 6 millions de fois, le clip montre Bilal, petit brun aux cheveux courts chanter, avant de s'affirmer quelques années plus tard avec un look plus travaillé.
Passionné de musique et de chanteuses à voix à l'instar de Beyoncé, il a pris dès l'enfance des cours de chant et de danse tout azimuts.
A 15 ans, il apparaît dans la saison 2 de l'émission télévisée « The Voice Kids » et se fait remarquer avec sa reprise de « Rise Like A Phoenix » de Conchita Wurst. Une prestation en forme de renaissance.
Il devient peu après YouTubeur: sur la plateforme où il popularise son tonitruant « Bonjour Paris! », il fait son coming out, poste des vidéos de maquillage ou des reprises de ses idoles.
Le tout avec humour et un sens certain de la mise en scène.
Remarqué par Janet Jackson, gratifié d'une interview dans la revue spécialisée Billboard, Bilal Hassani doit sortir son premier album au printemps chez le label Low Wood. Il n'a pas encore 20 ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.