Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19: Le nombre des cas actifs s'élève à près de 11.000    Live. Coronavirus : la situation au Maroc, vendredi 14 août à 18h    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.306 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 39.241 cas cumulés, vendredi 14 août à 18 heures    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19 au Maroc: témoignages poignants de médecins réanimateurs    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tribune. Amnesty international une organisation antisémite, qui veut régler ses comptes avec Israël en utilisant le Maroc ?
Publié dans L'observateur du Maroc le 06 - 07 - 2020


Par Mourad Elajouti
Vice-président du club des avocats au Maroc
Un outil de propagation de la haine institutionnalisée et l'antisémitisme
Amnesty International une organisation antisémite, c'est ce qui ressort du rapport de l'institut de recherches NGO Monitor, publié le 29 janvier 2019 et intitulé « La campagne antisémite d'Amnesty International : Contexte et informations » le document dévoile que « Les attaques d'Amnesty sur la Bible et l'histoire juive ont pour fond un antisémitisme étendu et profondément enraciné au sein de l'ONG. »
Dans un autre rapport de NGO Monitor publié cette fois sous le titre « Amnesty International s'attaque aux Juifs en 2019 » en date 03 janvier 2019, L'ONG fait savoir que « des documents ayant fait l'objet d'une fuite, vus par l'organisation, et une analyse des déclarations publiques de responsables de l'ONG indiquent qu'Amnesty International mènera une série de campagnes intenses visant à isoler Israël au début de 2019. »
En Angleterre siège de la fondation internationale, Amnesty semble travailler corps et âme pour attaquer les intérêts de l'état juif
En effet le deuxième rapport révèle qu'« en 2018, Amnesty a contrarié la communauté juive britannique en annulant un débat parrainé par le Jewish Leadership Council du Royaume-Uni, qui devait se tenir au Centre des droits de l'homme d'Amnesty à Londres.
Le même document dévoile qu'en avril 2015, Amnesty-UK a rejeté une initiative visant à « faire campagne contre l'antisémitisme au Royaume-Uni », ainsi qu'à « faire pression sur le gouvernement britannique pour qu'il s'attaque à la montée des attaques antisémites en Grande-Bretagne » et à « surveiller étroitement l'antisémitisme » – la seule résolution proposée lors de l'assemblée générale annuelle qui n'a pas été adoptée.
Un autre rapport récent de l'organisation Jewish Human Rights Watch (JHRW) montre que les choses n'ont pas changé, et qu'Amnesty International se livre volontairement à une propagande antisémite, Ce sont exactement les termes utilisés par Imanuel Marcus l'auteur d'un article intitulé « Charity Organizations: The Obscure Side of ‘Amnesty International »
JHRW affirme que les employés d'Amnesty International « brouillent les lignes entre la critique politique et l'antisémitisme institutionnel pur et simple » avec leurs « attaques sans vergogne contre Israël ». Apparemment, les tendances antisémites au sein de la grande ONG ont « conduit à ce que les questions relatives aux droits de l'homme soient négligées et parfois même ignorées complètement ».
Blanchiment d'argent, malversations et Kidnapping géopolitique
Mais que vient faire le Maroc dans cette guerre politico- économique comportant des attaques antisémites, des campagnes de boycotts et une guerre d'intelligence ?
Dans un rapport d'Amnesty international publié le 22 juin 2020, l'organisation affirme que le Maroc espionne un journaliste et des activistes en utilisant logiciel Pegasus développé par la société israélienne NSO group.
Le Maroc qui dément utiliser le logiciel précité a demandé a ce que ces allégations soient étayés par des preuves tangibles qui démontrent un lien direct entre les autorités marocaine et les opérations d'espionnage présumés. Chose qu'Amnesty n'a pas pu prouver jusqu'à maintenant
Mais L'histoire semble plus compliquée qu'il n'y parait, Amnesty International avait attaqué le groupe NSO devant les tribunaux israéliens pour faire annuler sa licence d'exportation, la société de technologie israélienne quant à elle affirme que Facebook aurait demandé d'acheter sa solution ce qu'elle a manifestement refusé, les employés de NSO ont même poursuivi le Groupe Facebook pour avoir bloqué leurs comptes. La compréhension limitée et « la stratégie stupide » d'Amnesty international aurait entraîné Le Maroc dans ce labyrinthe d'intérêts, et la méthode consistant à utiliser le Maroc pour attaquer Israël et les intérêts du groupe NSO est juste écœurante.
Le Maroc entretient certes des relations culturelles et humaines avec l'état d'Israël du fait de la présence de d'une grande communauté de juifs marocains en Israël mais le Maroc n'a jamais changé sa position par rapport au droit du peuple palestinien à un état indépendant et a toujours protesté contre la construction des colonies.
Amnesty International qui défend désormais les intérêts de magnats de l'économie a cette fâcheuse habitude de prendre en otage des pays dans des opération lâches d'extorsion, Le Maroc ne peut pas accepter ce rôle de bouc émissaire dans cette sale guerre, d'ailleurs ces propos diffamatoires peuvent donner lieu à une action de réparation devant les tribunaux anglais.
Cet organisme qui tire derrière lui une longue histoire de scandales et qui dit défendre les droits de l'homme, doit balayer devant sa porte avant de balayer devant celle des autres , différents rapports ont conclu que l'intimidation et l'humiliation publique étaient couramment utilisées par la direction d'Amnesty envers les employés, que l'environnement de travail était « toxique », avec des intimidations généralisées, des discriminations ; du népotisme et d'autres abus de pouvoir. Ce qui a conduit à plusieurs suicides en 2018.
Un article du Journal « Le Guardian » publié le 27 Avril 2019 révèle que le secrétaire général d'Amnesty International, Kumi Naidoo, a admis qu'il y avait un trou dans le budget de l'organisation pouvant aller jusqu'à 17 millions de livres sterling de fonds de donateurs. Et afin de faire face à cette crise budgétaire, Naidoo a annoncé au personnel que le siège de l'organisation va supprimer près de 100 emplois dans le cadre d'une restructuration urgente. Unite the Union, le plus grand syndicat britannique, a déclaré que les licenciements étaient le résultat direct de « dépenses excessives de l'équipe dirigeante de l'organisation » et qu'ils se sont produits « malgré une augmentation des revenus »
En décembre 2019 Amnesty International India Private Limited avait reçu une mise en demeure pour violation de la loi sur la gestion des devises, les autorités indiennes ont effectué des recherches dans les locaux de l'organisation à Bengaluru l'année dernière dans le cadre de l'enquête. Il a été allégué qu'Amnesty India, a reçu des fonds d'Amnesty International-UK par le biais de canaux commerciaux. La direction indienne de lutte contre les fraudes vient de lancer une procédure d'enregistrement d'une affaire de blanchiment d'argent, contre Amnesty International India Private Limited et ses entités liées, sur la base d'une investigation déposée par le Bureau central d'enquête.de mauvaises langues disent même qu'Amnesty international joue le rôle d'interface et utilise ses différentes sections pour blanchir de l'argent.
Une organisation biaisée, une mauvaise gestion financière ; des failles systématiques dans le signalement des violations des droits de l'homme ; une compréhension limitée des conflits armés qui conduit à des affirmations erronées et à des analyses incorrectes, décidément Amnesty International est mal placée pour donner des leçons aux autres.
Fondée en 1961, Amnesty International est l'une des plus anciennes et des plus célèbres organisations de défense des droits de l'homme dans le monde. Dorénavant elle semble plus intéressée par le monde des affaires et les intérêts politico-économiques. Depuis une dizaine d'années ses rapports reflètent un manque de professionnalisme, de crédibilité et d'engagement scrupuleux envers les droits de l'homme, elle a contribué à la politisation voire la destruction des normes universelles en matière de droits de l'homme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.