AIEA : le Maroc préside la 64e Conférence générale    AIEA : le Maroc réitère son attachement à l'esprit du TNP, affirme Nasser Bourita    La grande duplicité du président algérien Abdelmadjid Tebboune au sujet du Sahara marocain    Enquête Exclusive sur M6 : un sombre tableau des libertés en Algérie (vidéo)    Des centaines de sans-papiers entament un périple de 700 Km    Débat autour d'un viol. Au Maroc, on ne fouette pas, on ne coupe pas la main    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Suivez le LIVE de l'émission « Al Moukawil » de MFM Radio    Que devient le statut d'exportateur indirect ?    Le Maroc préside à Genève la 61e réunion de l'Assemblée des Etats membres de l'OMPI    Distribution : les Marocains fidèles au marché et à l'épicier pour l'alimentaire    HPS: des résultats en forte progression    Freiné par la crise, le secteur automobile veut reprendre son élan    Les plateformes digitales séduisent les administrations marocaines    Formation continue : des mesures exceptionnelles en faveur des entreprises    Enfin une (vraie) relance du tourisme à Marrakech ?    L'ambassadeur de France en Côte d'Ivoire au cœur d'un scandale sexuel    « FinCEN Files » : de grandes banques soupçonnées de faciliter la circulation d'argent sale    Bolivie: La présidente par intérim se retire de la course à la présidence    Le Maroc élu président de la 64è Conférence générale de l'organe directeur suprême de la AIEA    Affluence grandissante et prestations appréciées    Botola Pro D1 (Mise à jour/24è journée) : Le Raja dispose du DHJ sans forcer, le Wydad échappe au piège de la RCAZ    Officiel: El Haddadi éligible pour représenter le Maroc    Une consécration de l'engagement du Royaume pour une pratique sportive saine    Italie: débuts flamboyants pour la Juve de Pirlo    Football : Nayef Aguerd débute bien la saison en France    Liga : Jawad Yamiq proche du Getafe    Afrique : face au coronavirus, l'OMS encourage la recherche sur les médecines naturelles    En Ouganda, l'une des plus vieilles universités d'Afrique ravagée par un incendie    Coronavirus : visualisez l'évolution hebdomadaire de l'épidémie au Maroc    Enseignement à Rabat: 17 établissements concernés par de nouvelles décisions    Attention aux faux masques qui circulent à Casablanca !    Le Maroc réitère son attachement inébranlable à l'esprit du TNP    La rentrée demeure dans le virtuel    Alzheimer: une maladie sournoise    Le roman des énigmes    «M'ZORA CARAVANE»: plus de 30 artistes internationaux à l'honneur    «Le Fez Art Lab», un nouvel espace culturel à Fès    Quatre productions marocaines en lice au Festival du film arabe de Malmö    Meknès : Reda Boudina expose sa démarche du graffiti    Allemagne : des milliers de manifestants réclament à de prendre en charge les réfugiés    «Enquête exclusive» : les dérives du régime algérien mises en lumière    Arabie saoudite: cinq personnes blessées par un projectile tiré par les Houthis    Gareth Bale file à Tottenham    Les Etats-Unis sanctionnent l'IRAN et fâche Moscou    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mia la sainte, Mia « la salope »
Publié dans L'observateur du Maroc le 11 - 08 - 2020

L'ex star du porno libano-américaine Mia Khalifa créée la polémique. Après avoir réussi à collecter d'importantes sommes pour soutenir son pays d'origine dans sa crise suite aux explosions de Beyrouth, elle fait le buzz sur la toile.
Par Hayat Kamal Idrissi

Saluée d'une part et huée d'une autre, de nombreuses voix s'élèvent pour maudire la jeune femme. Le président libanais Michel Aoun l'a déjà bloqué sur Instagram, annonce-t-elle. D'autres hommes politiques libanais ne veulent rien entendre la concernant ou concernant ses actions humanitaires. Trop jaloux de son succès ou juste gênés par son passé d'actrice pornographique ? En tout cas Mia semble gagner beaucoup de points suite à ses bonnes actions citoyennes. Des initiatives que des stars et des hommes politiques beaucoup plus influents et plus puissants n'ont pas eu l'idée de mener.

Mia l'engagée

Ses fameuses lunettes qu'elle porte habituellement dans ses films, ont été vendues aux enchères à plus de 100.000 dollars sur Ebay. Les recettes sont déjà reversées à la Croix rouge au Liban. Née le 10 février 1993 à Beyrouth, Mia Khalifa est devenue une influenceuse et une personnalité médiatique suivie par des millions de followers. Après une assez courte carrière en tant qu'actrice de films pornographiques (Octobre 2014 – février 2015), Mia est devenue une grande célébrité.
A la fois très suivie et largement dénigrée, l'ex star de porno affirme toutefois que ses anciennes vidéos sont principalement visualisées par ses détracteurs en Moyen et Proche-Orient. Véritable cas de schizophrénie, le phénomène Mia revient au devant de la scène après le drame de Beyrouth.
Profondément engagée, la jeune femme multiplie les initiatives sur ses différents comptes sur les réseaux sociaux. Avec un discours simple et des mots émouvants, elle réussit à mobiliser les internautes et à collecter de belles sommes. Ces dernières seront, selon Mia Khalifa, consacrées au soutien de son pays d'origine et serviront à la renaissance économique de Beyrouth.

Eternelle stigmatisation

Des actions qui ne font pas l'unanimité sur les réseaux sociaux mais aussi dans la vie réelle. Incapable d'oublier son passé ou de l'accepter tout simplement, des internautes, partout dans le monde arabe, n'ont pas hésité à l'attaquer. Tournant en dérision ses manœuvres humanitaires, les commentaires sarcastiques pullulent. Le dénigrement est le maitre mot. Pas de salut pour l'ex actrice X.
Si certains internautes saluent son engagement et appellent à en prendre exemple, ses détracteurs, eux, n'ont pas de répit. Un déni total et une stigmatisation tenace qui n'arrivent pas à voir au-delà du passé de la jeune femme. Pour eux, Mia « reste une pute », ses actions de « sainte », ne sont nullement convaincantes et ne pourront jamais racheter « son passé souillé ». « Si c'était un homme, il aurait suffit qu'elle laisse pousser sa barbe pour qu'on lui pardonne. Mais non, c'est une femme ! Le stigmate est éternel », résume, résigné, Ahmed Arfat, influenceur égyptien sur son compte facebook.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.