Météo: le temps prévu ce jeudi 13 mai au Maroc    Botola Pro D1: Le partage des points entre le RAJA et le FUS    Botola: Remontada de l'AS FAR face au MAS    Le roi Mohammed VI a reçu un message du président Erdogan    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Baccalauréat 2021: Le MEN publie les cadres de référence actualisés des examens certifiants    Agadir: la veille de l'Aid, les autorités mobilisées pour le respect des mesures préventives (Photo)    Aïd Al-Fitr au Maroc: un virologue craint un « remake » du scénario de l'Aïd Al-Adha    Lions de l'Atlas : Le Maroc affrontera le Ghana et le Burkina Faso en amical    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    Streaming musical: Spotify améliore les options de partage pour les réseaux sociaux    Ramadan : Thomas Pesquet souhaite bonne fête aux Musulmans avec une photo de la Mecque vue de l'espace    Liga : Youssef En-Nesyri s'offre son 18ème but face au FC Valence    Le Maroc place la question palestinienne au même rang que sa cause nationale (El Otmani)    Aïd Al Fitr: Grâce royale au profit de 810 personnes    Officiel : Grâce Royale au profit de certains détenus du Hirak du Rif    Le Barça trébuche à Levante, le faux-pas de trop ?    Oualid El Hajjam vise un retour en sélection !    Mme Bouayach: Le travail de mémoire pierre angulaire dans les politiques de garantie de non-répétition    Manchester City tient son titre, la C1 dans le viseur    «Aywad»: un hymne à la vie    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 12 mai 2021 à 16H00    Covid-19: maintien du couvre-feu de 20h à 6h durant les jours de l'aid el fitr    Aziz Rabbah : Le Maroc dépassera 52% de son mix énergétique en 2030    Le PPS condamne l'agression contre la Palestine    Conseil de Gouvernement : Approbation de projets de décrets fixant les dates des échéances électorales    Journée internationale des musées : ouverture exceptionnelle et gratuite des musées affiliés à la FNM    Amrani: Modeste jusqu'au bout du pinceau    Affaire Brahim Ghali : un appel urgent exhorte la justice espagnole à mettre fin à l'impunité    Marché des changes (3-7 mai): l'écart de liquidité à son plus bas historique    Messagerie : WhatsApp largement en tête au Maroc    D'un patrimoine immatériel à un écosystème générateur d'emplois et de richesse    CMC : la campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    UEFA: enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve    L'ONMT publie son premier bulletin bimensuel dédié à la relance du tourisme [document]    M. Bourita s'entretient avec son homologue ivoirienne    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Tan-Tan: Saisie de plus de 6,5 tonnes de Chira, cinq personnes interpellées    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Samir Kheldouni Sahraoui: "Le tourisme marocain 2.0 post Covid nécessite une offre labellisée Covid Free"    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De la résilience en 2020...Passer du subir au choisir
Publié dans L'opinion le 17 - 12 - 2020

« L'expérience vécue, la connaissance intellectuelle, marquent leur empreinte sur notre appareil à percevoir le monde, au point d'en bouleverser le monde perçu. Notre représentation intellectuelle du monde peut nous gouverner jusqu'à nous rendre aveugles à tout ce qui n'est pas compris dans cette représentation »

« On ne peut parler de résilience que s'il y a eu un traumatisme suivi de la reprise d'un type de développement, une déchirure raccommodée. Il ne s'agit pas du développement normal puisque le traumatisme inscrit dans la mémoire fait désormais partie de l'histoire du sujet comme un fantôme qui l'accompagne. Le blessé de l'âme pourra reprendre un développement, dorénavant infléchi par l'effraction dans sa personnalité antérieure » , Boris Cyrulnik.
En management comme en psychologie, la résilience désigne la capacité et les aptitudes d'un individu, ou d'un système, à surmonter l'adversité, autrement dit à vivre et se développer en parvenant à vaincre le risque et à surmonter chocs et traumatismes.
B. Cyrulnik définit, la résilience comme le « processus qui permet de reprendre un type de développement Le blessé de l'âme pourra reprendre un développement, dorénavant infléchi par l'effraction dans sa personnalité antérieure ».
C'est lui Boris CyrulniK qui a vulgarisé ce concept intimement lié à celui de traumatisme à la fin des années 90 du siècle dernier. Il parle de l'art de se reconstruire après un événement traumatisant.
Comment se relever après le pire ?
Je dois avouer que c'est un peu la question que je me pose dans l'état actuel des choses ; crise sanitaire, la mort, l'incertitude, la crise économique, les événements politiques...palabres infinies et parfois oiseuses.
La résilience qui m'intéresse ici est la résilience collective. Je veux parler de notre capacité en tant que communauté à continuer à vivre ensemble, fonctionner, se développer et s'épanouir après tous ces traumatismes réunis ?
Pourra-t-on s'adapter assez rapidement au changement, surmonter ces traumatismes, tout en maintenant notre cohésion nationale et nos relations ouvertes avec le reste du monde ?
Quelle serait alors la démarche de résilience ?
En premier lieu, en langage management, la résilience consiste à transformer ces nouvelles contraintes en données à traiter. Inutile de revenir sur le passé et de se perdre dans les « il aurait mieux valu, nous aurions dû, on aurait pu..., etc. »
C'est pourquoi, il me parait improductif de se lamenter sur notre sort ou de nous taxer les uns les autres... La responsabilité est une condition nécessaire pour maintenir la cohésion pour traiter ensemble les contraintes en données à gérer. Le premier pas devrait être de reconnaitre qu'on doit être ensemble et unis malgré nos différences le commun doit l'emporter. Gérer nos différences, ça ne peut se faire que dans la démocratie.
Accepter qu'on soit divers et vouloir le vivre ensemble est le préalable de la démocratie. En deuxième lieu, il faudrait imaginer et établir un futur à construire ensemble, un projet.
Maintenant que nous savons cela, qu'est-ce que nous voulons ?
En un mot c'est passer du subir au choisir. Nos réponses-choix seront différents, il y aura toujours un temps et un espace pour négocier...
J'ose espérer que les orientations de ce que l'on a appelé « le nouveau modèle de développement » feraient consensus sur ce que nous voulons, sinon il faudra trouver cet espace et ce temps.
En troisième lieu, pour se construire en pays résilient il faudrait tracer ensemble la trajectoire commune permettant de rebondir, l'idée c'est que chacun doit imaginer et trouver sa propre trajectoire dans la trajectoire commune.
Ainsi, me parait-il, nous tous, blessés de l'âme pourrions reprendre un développement, dorénavant infléchi par l'effraction dans nos personnalités antérieures. Et ce n'est que ça la résilience...

Dr Samir Belahsen


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.