Les grandes puissances ont intérêt à s'unir    Coronavirus : le Maroc suspend ses liaisons aériennes avec l'Algérie et l'Egypte    Kamal Lahlou réélu à l'unanimité à la tête de la FMM    Béni Mellal : un mort dans l'effondrement d'une maison    Bab Sabta : les travaux de rénovation suscitent l'espoir d'une ouverture imminente    France : l'affaire Lamjarred renvoyée aux assises pour viol    Sa passe pour le Moghreb Tétouan et le Chabab Mohammédia    CAN U20 : La Tunisie accuse l'Ouganda d'avoir triché sur l'âge des joueurs !    Elections de la CAF : Lawson Hogban, une femme qui vise le Comité Exécutif de la CAF!    RCOZ: 50 candidats au poste d'entraîneur    Chelsea enfonce Liverpool, Everton et Tottenham au contact    L'Allemagne paie le prix de l'hypocrisie de l'Europe vis-à-vis du Maroc, écrit Bloomberg    El Jadida: mise en échec d'une opération de trafic international de drogue et saisie de 3.300 kg de chira    Alerte météo: fortes averses orageuses, chutes de neige et rafales de vent au Maroc    Sidi Slimane    Covid-19 en Espagne: aucune manifestation pour le 8 mars à Madrid    Real Madrid: Benzema se confie au sujet de Cristiano Ronaldo    Ouverture officielle du consulat général de Jordanie à Laâyoune    Rajesh Vaishnaw nommé ambassadeur de l'Inde au Maroc    Campagne de vaccination anti-covid : le Maroc fait mieux que la France, selon des intellectuels français    Faut-il arrêter l'alcool 40 jours avant Ramadan ? La réponse de cheikh Fizazi    En France, Khattari El-Haimer, responsable proche du polisario, mis en examen pour «subornation de témoin»    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Chtouka-Aït Baha Dans un commerce, un père de famille tente de violer une aide-commerçante    L'Institut culturel italien de Rabat promeut la culture de son pays dès ce mois    Taxe sur les terrains non bâtis: la nouvelle formule séduit, mais présente des limites    À Tindouf, deux détenus incarcérés au pénitencier Edhaibia fustigent des exactions contre les droits de l'homme    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    La grogne monte chez les bureaux de change    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 5 mars    Accès à l'emploi : dur, dur pour les Marocaines !    Lois électorales : Dernière ligne droite au Parlement    Projet de loi sur l'usage du cannabis : Le débat ajourné    Un autre Marocain dans le viseur de Chelsea    Edito : Sprint final    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Une 5ème certification ISO pour l'Institut national d'hygiène    Quelles pourraient être les causes d' une guerre entre les Etats-Unis et la Chine ?    Participation de l'USS Dwight D.Eisenhower à un exercice maritime USA-Maroc    ElGrande Toto monte le son !    2ème édition du prix Brahim Akhiat pour la diversité culturelle    Le Maroc réitère au Caire sa ferme solidarité avec le peuple palestinien    Sahel : le Maroc considère les djihadistes comme un aimant pour les cellules locales    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    Adoption en commission d'un projet de loi organique relatif à la chambre des représentants    Coupe du Trône : L'AS FAR élimine l'IRT pour affronter le Raja !    Trois films du Maroc et de Syrie remportent les Prix du Festival du cinéma de Oued-Noun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le roman marocain de langue française : Lectures croisées d'un renouveau littéraire
Publié dans L'opinion le 27 - 01 - 2021

La scène littéraire marocaine a connu ces dernières années un foisonnement et un rajeunissement tels que l'idée d'y consacrer un colloque dédié spécifiquement à la production romanesque de langue française s'imposa d'elle-même, avec un intérêt particulier porté aux nouvelles plumes dont les publications ont ouvert de fabuleux horizons au genre narratif. De nouvelles voix, autant masculines que féminines, résonnent dans un pays qui a pourtant tant de mal à honorer convenablement ses pourvoyeurs culturels.
Il faut noter à ce sujet que la désignation cartographique, qui a longtemps présidé au destin de la publication romanesque dans nos contrées et qui a alimenté le traditionnel enthousiasme pour les écrits orientaux, ce marqueur originel s'est d'abord vu foncièrement renouvelé par cette nouvelle vague avant d'être augmenté d'insoupçonnés filons explorés par de jeunes talents tentés par de singulières expériences scripturales, tantôt inspirées par les successives mutations que connaît le pays, tantôt portées par les insondables horizons qu'offre spécifiquement le genre romanesque. Pour mieux célébrer cette «Movida littéraire» (selon une expression de Laâbi), nous avions convié pour la circonstance quelques jeunes figures de cette nouvelle littérature en la personne de Lamia Berrada-Berca, Abdelkhaleq Jayed, Abdellah Baïda et Rachid Khaless.
Aussi interroger cette nouvelle production ne saurait-il s'accomplir totalement sans évaluer la réception critique qui en est faite. Et qui de mieux qu'une des figures marquantes de la presse culturelle marocaine et de la critique littéraire, Abdellah Bensmaïn, pour nous gratifier de son expertise, lui qui a arpenté les sentiers de la production littéraire du pays depuis des générations et qui, après avoir vécu le traditionnel appareillage critique, nous entretient des changements que connaît ce monde de l'appréciation littéraire à l'heure des réseaux sociaux. Les nombreux chercheurs qui avaient également pris part aux travaux de ce colloque ont enrichi les débats par leurs expertises académiques respectives à travers les nombreuses communications qui avaient questionné les pesanteurs du réel sur les œuvres de fiction où la matière l'emporte souvent sur la manière, l'intérêt pour les expressions dépaysantes et triomphalement abouties, les aspects novateurs de la littérature féminine qui a récemment gagné ses lettres de noblesse à l'occasion de l'attribution du Prix Goncourt à la romancière Leïla Slimani, le regard scrutateur au sarcasme voltairien de Fouad Laroui, le procès culturel via une parole dissidente à travers l'expression transgressive de quelques plumes rebelles (A.Taia et Rachid O.), l'incontournable dimension interculturelle chez nombreux de ces auteurs...
Et parce que cet événement scientifique nous l'avions également souhaité comme un hommage au Livre et une célébration du peuple des lecteurs, un ultime aspect nous impose un moment de réflexion sur ce roman marocain qui arbore fièrement sa pluralité éditoriale, porté par les vibrations de toutes ces voix qui semblent résonner tapageusement dans un écosystème frappé de quelque immobilisme culturel et foncièrement rétif à la célébration de ses créateurs.
Aziz BELKAZ, Professeur à la Faculté des Lettres Aït Melloul, Université Ibn Zohir, Agadir Coordinateur du colloque et de la publication de :« Le roman marocain de langue française : Lectures croisées d'un renouveau littéraire ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.