Tunisie: Nabil Karoui recouvre la liberté    Ikea France condamné pour avoir espionné ses salariés    Al Ahly : Badr Banoun déja sur le départ ?    Retour des MRE: scènes de joie à l'aéroport de Casablanca (VIDEO)    Usage légal du cannabis: le projet de loi définitivement adopté    L'ASMEX prépare un Plan stratégique pour réussir le défi de la croissance économique régionale    Message Royal de félicitations au nouveau Premier ministre israélien    Affaire Raissouni : selon le parquet, l'accusé retarde l'échéance de son procès    « African Lion 2021 »: Une opération de décontamination au port militaire d'Agadir pour évaluer la réactivité de l'Unité de Secours et Sauvetage des FAR    Nouveau modèle de développement : le rapport de Benmoussa présenté à des diplomates à Rabat    « African Lion 2021 »: une opération de décontamination au port militaire d'Agadir    Algérie : le FLN remporte les législatives, le Hirak craint le retour de «la prétention dictatoriale»    Le nouveau gouvernement israélien compte quatre ministres d'origine marocaine    À Paris, Saïd Chengriha enterre «le supposé non interventionnisme» de l'armée algérienne    Maroc-Espagne: Une "gestion calamiteuse" et une crise qui demeure    Melilla : tentative échouée d'entrée de 150 migrants clandestins grâce à la collaboration du Maroc    Hilale: le développement socio-économique est un droit inaliénable au Sahara marocain    RAM : forte affluence des MRE sur les agences [Vidéos]    Début imminent de la construction du gazoduc Maroc-Nigéria    Evolution du coronavirus au Maroc : 476 nouveaux cas, 524.475 au total, mardi 15 juin 2021 à 16 heures    Murcie. Un marocain abattu par un espagnol sur la terrasse d'un café    Environ 14 tonnes de drogue incinérées à Dakhla    M'Art Studio démarre ses activités avec Marie Bugnon & Jennifer Sormani    Festival universitaire de musique de l'ENCG Kénitra : Une troisième édition pour aiguiser l'art de l'écoute    Le théâtre du Studio des arts vivants reprend ses activités    [ Interview Anas El Filali ] La première production en 3D, 100% marocaine, prête en septembre    Pays de l'Otan : la politique envers la Chine à renforcer, selon le SG de l'OTAN    Entretien entre Erdogan et Biden    La gifle américaine !    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 15 juin    L'Inter Milan prend une décision au sujet de Hakimi    France : vers la levée de l'obligation du masque en extérieur    Les Lionnes de l'Atlas s'offrent le Mali    1,1 milliard d'euros de pertes pour les clubs de Premier League    Retour à la maison pour Buffon ?    La Bourse de Casablanca ouvre dans le vert    «JOY» : 11 artistes livrent leur perception de la joie    Flo Arnold dans ses œuvres    Le nostalgique et l'artistique    Le Maroc réélu au comité des Nations unies sur les disparitions forcées    BKGR: BAM devrait maintenir le taux directeur inchangé    Nomination : Salima Amira, nouvelle DG Maroc chez Microsoft    Euro 2020 : La Suède neutralise l'Espagne    Relance économique : OBG et l'AMDIE préparent un nouveau rapport    La Hongrie soutient le plan d'autonomie au Sahara marocain    Ce qui s'est passé lundi sur l'autoroute de Kénitra (DGSN)    Basket : Labib El Hamrani nommé sélectionneur national des seniors    Hassan Rachik: Madih Al Howiyat Al Marina    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elections 2021: Un « procès » à la Cour Constitutionnelle ?
Publié dans L'opinion le 29 - 03 - 2021

Après la remise en cause officielle du nouveau quotient électoral par le PJD, les partis de l'Opposition ont défendu la réforme auprès de la Cour Constitutionnelle. Chacun son plaidoyer, un procès s'annonce.
Profitant du passage des nouvelles lois électorales à la Cour Constitutionnelle pour examen de constitutionnalité, le parti de Saâd Dine El Othmani y a soumis une note revendiquant la révocation pure et simple du nouveau mode de répartition des sièges, qui sera calculée désormais sur la base des inscrits sur les listes électorales, au lieu des bulletins valides. Une réforme voulue par l'ensemble des partis politiques, le PJD étant le seul à décrier sous prétexte qu'elle est « antidémocratique ».
Dans son plaidoyer, le groupe du PJD a avancé l'argument d'inconstitutionnalité, soutenant qu'il aboutirait à une « balkanisation de la scène politique ». Pour le PJD, ce nouveau mode de calcul « nuit à la concurrence politique loyale». Les députés pjdistes ont construit également leur argumentaire en brocardant la prise en compte des personnes inscrites qui ne votent pas. Pour eux, il est hors de question que les boycotteurs puissent avoir un effet sur la composition des assemblées élues dont la Chambre des Représentants d'où émane l'Exécutif.
Prendre en compte l'abstention : une revendication de l'Istiqlal
De leur côté, les partis de l'Opposition (Istiqlal, PAM et PPS) n'ont pas manqué de défendre leur vision de la réforme du quotient en déposant une note commune auprès de la Cour Constitutionnelle. Dans leur plaidoyer, les trois partis ont indiqué que le quotient électoral n'est qu'un mode de répartition des sièges qui n'est pas encadré par la Constitution, ajoutant que son changement relève de la compétence du Parlement qui peut régir le processus électoral par des textes législatifs. Le calcul du quotient sur la base des inscrits sur les listes a pour vocation de prendre en compte la voix de l'abstention comme expression d'une opinion politique, telle est la conviction du Parti de l'Istiqlal. Selon le Secrétaire Général Nizar Baraka, il est nécessaire de prendre en compte l'abstention comme un vote protestataire.

Assurer une meilleure représentativité
Les partis politiques, que ce soit de la majorité ou de l'Opposition, ont voulu remédier au problème de l'hétérogénéité des alliances gouvernementales, qui se sont montrées ces dernières années d'une fragilité telle que les divergences internes ont miné l'action des deux gouvernements précédents. Ceci est dû au manque de représentativité que causait l'ancien mode de calcul du quotient électoral, lequel aboutissait dans la plupart des cas à l'incompatibilité entre les voix récoltées et les sièges obtenus au Parlement. Selon Nizar Baraka, le nouveau mode permettra de construire des majorités homogènes avec une alliance de trois partis au maximum au lieu d'une multitude de formations, comme c'est le cas du gouvernement actuel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.