Le Parti de l'Istiqlal en tête des élections du Conseil provincial de Khouribga    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Maroc-Espagne : Une crise de plus en plus interne pour Madrid
Publié dans L'opinion le 23 - 05 - 2021

La détérioration des relations entre le Maroc et l'Espagne a suscité une des plus importantes crises pour le gouvernement Sanchez, qui fait face aujourd'hui à la pression de la droite comme de l'extrême droite décidées à faire tomber sa majorité.
La crise entre Rabat et Madrid continue de faire couler beaucoup d'encre, de l'autre côté de la Méditerranée. Après les événements de Sebta et Mellilia, où les deux villes occupées ont enregistré des taux inégalés à ce jour d'arrivées de migrants, les tensions ne se limitent plus aujourd'hui au volet diplomatique, mais ont suscité une crise majeure pour le gouvernement Sanchez. La majorité gouvernementale doit faire face à une opposition frontale des partis de droite, Partido Popular (PP) en tête, lequel, après une « trêve » liée à la gestion de la pandémie, s'est déjà lancé dans une campagne électorale avant l'heure, en faisant porter l'entière responsabilité de la crise au gouvernement mené par le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE).
Le PP de Pablo Casado renforcé
Cette offensive menée par le leader du PP, Pablo Casado, se joue aussi au niveau de la presse. Le quotidien ABC avance ainsi des pronostics de vote en cas d'élections anticipées qui donnent le PP largement vainqueur et susceptible de décrocher une majorité parlementaire absolue en cas d'alliance avec l'extrême droite (Vox). El Confidencial, un site d'information également proche du PP et porte-voix du milieu des affaires espagnol, voit en cette crise une opportunité pour la formation de Pablo Casado de reprendre en main la droite espagnole.
Les partisans du PP tablent ainsi sur un affaiblissement de leurs alliés, mais également rivaux de Vox, qui jouent la carte de la xénophobie pour situer le PP comme seule opportunité viable de reprendre les relations avec Rabat, là où elles étaient il y a 16 mois. Parallèlement, l'on ne peut qu'enregistrer aujourd'hui le retour de vocabulaire et d'éléments de langage sur le Royaume qui avaient disparu des radars depuis plus d'une décennie. En effet, la couverture médiatique faite par la presse espagnole de la crise, notamment de l'afflux de migrants vers Sebta, a pour point commun d'accuser, voire d'affirmer que les autorités marocaines auraient organisé l'entrée massive des migrants vers la ville occupée.
Perte d'influence et aveuglement de la diplomatie espagnole
Il n'empêche que des supports tentent de prendre de la hauteur et de présenter à l'opinion publique espagnole un portrait objectif de la situation. A l'image du quotidien barcelonais La Vanguardia, qui analyse la brouille entre Rabat et Madrid sous le prisme du grand chamboulement géopolitique qui traverse l'ensemble de la sous-région. Le quotidien catalan rappelle également le mutisme de l'Administration Biden sur la question, ce qui s'apparenterait pour le journal à un soutien à la position marocaine.
Une position partagée par le quotidien madrilène El Mundo, dont le directeur de publication Francisco Rosell explique la situation par « une perte de puissance à l'international de l'Espagne ». Le site d'information El Español voit, de son côté, une intervention du Roi Felipe comme seule moyen de dépasser la crise en cours. Ce support signale, au passage, la responsabilité du ministère des Affaires étrangère, mené par Arancha Gonzalez Laya, dans la détérioration du partenariat entre Rabat et Madrid. Ce dernier, ainsi que la Moncloa, est accusé d'avoir ignoré les avertissements des services de renseignements sur les répercussions politiques de l'affaire de l'hospitalisation de Brahim Ghali en Espagne. Le site d'information étaye ses propos par des sources au sein du CNI (Centro Nacional de Inteligencia), qui précisent que « cette décision insensée a été prise à l'encontre de nos recommandations ».
Pour rappel, El Español était parmi les premiers supports à signaler la mésentente entre le ministère de l'Intérieur, les services de sécurité, d'un côté, et la diplomatie et la Monclao, de l'autre, sur l'hospitalisation du chef des séparatistes du Polisario à Logroño. La Razon et Ok Diario ont pour leur part fait le choix d'accabler le gouvernement Sanchez, qu'ils jugent responsable et faible, tout en faisant preuve d'une nostalgie du gouvernement Aznar, « dont l'intransigeance visà-vis des revendications marocaines représentaient le meilleur moyen de gérer les relations avec Rabat ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.