ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent à New York à l'initiative "Future we Want"    Compteur Coronavirus : 121 nouveaux cas positif, un seul décès en 24H    Premier League : Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    Météo Maroc: les températures en baisse ce lundi    Renault met le paquet sur l'électrique en France, quid du Maroc ? (VIDEO)    Baignade dans les fontaines à Fès: ce qu'a décidé le conseil communal    À Rabat, un mouvement de contestation contre les «défaillances» du CCME le 11 août    Ammouta de retour au Wydad?    Marocains, il est temps d'économiser l'eau !    Visas Schengen: les Marocains dépités    Motsepe se félicite de la belle réussite de la WAFCON    Date limite de consommation: les autorités sanitaires redoublent de vigilance    Oualidia : pourquoi c'est une destination incontournable pour les vacances    Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara signe un décret accordant la grâce présidentielle à Laurent Gbagbo    Mer de Chine : Pékin annonce des manoeuvres près des Corées    El Jadida : Coup d'envoi du Moussem Moulay Abdellah Amghar    Rabat : La 1ère édition du « Rab'Africa Summer Festival » continue jusqu'au 14 août    Halte aux actes de vandalisme!    Amallah vois double    Mondiaux juniors: Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    Réunion constitutive du Congrès scientifique universitaire sur les droits de l'Homme    Ukraine. Amnesty international épinglée en Ukraine    Maroc : Partis et ONG dénoncent l'agression israélienne à Gaza    Tunisie : Mise en échec de trois tentatives de migration clandestine    Covid-19 au Maroc : 121 nouvelles infections et 1 décès ce dimanche    Cyberattaque : le site web de la FSDM piraté par un hacker algérien    Festival Al Fida National de théâtre, un souffle de renouveau pour le théâtre    Hommage appuyé à cinq grandes figures du 7ème art marocain    Ligue 1 / Clermont vs PSG (0-5) : Achraf Hakimi buteur    Des plages de poésie à la Cité des Alizés...    Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation dans la bande de Gaza    Gaza: le bilan passe à 31 morts dont six enfants    Lasaad Dridi, nouvel entraîneur de l'Olympique Khouribga    Ain Leuh: Ouverture du 21è Festival national d'Ahidous    Vidéo. Eliminatoires CAN beach-soccer (Maroc-Côte d'Ivoire): La sélection ivoirienne se retire    Températures prévues pour le lundi 08 août 2022    Rabat: Le nouveau parking souterrain Bab Chellah ouvre ses portes au public    Regain de tension entre Israël et le Jihad islamique à Gaza : le Maroc préoccupé    Le chanteur français Daniel Lévi n'est plus    L'Humeur : Deux feux, deux mesures    Eté : Le bronzage, une obsession mauvaise pour la santé    Le Sénégal accuse la police canadienne d'avoir «sauvagement tabassé» une de ses diplomates    12C de l'OMC : Quels intérêts économiques pour le Maroc et l'Afrique ?    Céréales: cinq nouveaux cargos quitteront l'Ukraine dimanche    Magazine : Les Frères Jackfruit, Atlas attitude et Souss system    Gaza : Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation et appelle à éviter davantage d'escalade    Elon Musk accuse Twitter de "fraude"    La revue de presse du samedi 6 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Maroc - Espagne : Une crise latente, malgré une bonne volonté de façade
Publié dans L'opinion le 18 - 04 - 2021

Si l'on croit les gouvernements marocain et espagnol, les relations entre les deux Royaumes restent « étroites et constantes ». Il n'empêche qu'à ce jour, la Réunion de Haut Niveau reste au stade des préparatifs, alors que les petits signes de tensions s'accumulent.
L'annonce du lancement d'une série de réunions virtuelles entre les ministres marocains et espagnols de l'Industrie, des Transports, de l'Education, de l'Environnement, de l'Agriculture et de la Culture, vient remettre au-devant la question de la Réunion de Haut Niveau (RHN) entre Rabat et Madrid dont la date reste à ce jour inconnue.
Pour la diplomatie espagnole, la programmation de ces réunions représente une preuve « de relations étroites et constantes » entre le Maroc et l'Espagne. Si l'on croit l'agence Europa Press, les préparatifs pour la RHN seraient toujours en cours et la diplomatie espagnole demeure encore confiante sur la tenue du Sommet « le plus vite possible, en tenant compte des circonstances ».
Prévue dans un premier temps pour le 17 décembre dernier, la Réunion de Haut Niveau a été ajournée dans un premier temps d'un commun accord entre les deux gouvernements pour février à cause de la situation sanitaire, avant que la Moncloa n'annonce de manière unilatérale le report à une date non spécifiée la RHN. Parallèlement, les évolutions qu'a connues le dossier du Sahara marocain, avec la reconnaissance des Etats Unis de la souveraineté marocaine sur ses provinces du Sud et la crise migratoire qui touche les Iles des Canaries, ont donné lieu à des sorties plus que hasardeuses de parlementaires espagnols.
Historiquement tumultueuses, les relations entre Rabat et Madrid traversent aujourd'hui une période de crise qui ne dit pas son nom. Loin des envolées guerrières qui ont caractérisé la période de José Maria Aznar (1996-2004), aujourd'hui il faut plutôt scruter les détails pour se rendre compte de la détérioration des relations entre Rabat et Madrid.
Après la lune de miel entre les deux Royaumes qui a duré lors des gouvernements José Luis Rodriguez Zapatero (PSOE, de 2004 et 2011) et de Mariano Rajoy (PP, de 2011 et 2018), le retour aux affaires des socialistes cette fois à la tête d'une coalition « progressiste », englobant le parti d'extrême gauche Podemos, mettra un terme à cette période. « Les temps changent et les partis politiques évoluent également. Je pense que le PSOE et le gouvernement de Pedro Sanchez n'ont rien à avoir avec, par exemple, le PSOE et le gouvernement mené par José Luis Rodriguez Zapatero. Je pense qu'aujourd'hui, le Partido Popular (PP) d'Andalousie est beaucoup plus proche de Rabat que ne l'est le PSOE », avance Sonia Moreno, correspondante du quotidien El Español.
Pour rappel, depuis la fin du franquisme, le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol (PSOE) est perçu comme un partenaire fiable du Maroc. Mené dans les années 1980 par Felipe Gonzalez, le parti socialiste tranchait dans son positionnement vis-à-vis du Royaume avec les positions plus bellicistes de la droite. Une droite menée par José Maria Aznar qui a failli déclencher une guerre ouverte entre les deux Royaumes en 2002. L'arrivée de Mariano Rajoy aux affaires en 2011 signifie un point de bascule dans le positionnement du PP face au Maroc. Le Royaume devient ainsi un partenaire commercial et sécuritaire de premier ordre pour Madrid.
Aujourd'hui, bien que les Exécutifs des deux côtés de la Méditerranée continuent d'encenser les bonnes relations entre Rabat et Madrid, les points de tensions continuent de s'accumuler entre les deux pays. La fermeture et la fin des activités de contrebande entre les villes occupées de Sebta et Melillia, la situation migratoire, notamment vers les Iles Canaries, les sorties médiatiques et parlementaires de membres d'Unidas Podemos (membre du gouvernement) sur la question du Sahara, ou encore la récente mini tournée africaine de Pedro Sanchez, dont le Maroc a été exclu, sont autant de points qui renseignent sur la tension entre les deux Royaumes.
La crise vue de l'autre côté du Détroit
3 questions à Sonia Moreno, correspondante du quotidien El Español au Maroc

La récente mini-tournée africaine de Pedro Sanchez sans escale marocaine, et ce, sans qu'une nouvelle date pour la Réunion de Haut Niveau ne soit fixée, sont des éléments qui font penser à des tensions entre Rabat et Madrid. Peut-on parler d'une « crise froide » entre les deux Royaumes ?
- La crise diplomatique entre nos deux pays dure depuis des mois, sans aucune avancée. Quand la date de décembre a été arrêtée pour la RHN, le président du gouvernement Sanchez espérait décrocher une entrevue avec le Roi Mohammed VI. La réunion a finalement été annulée parce que le programme du Sommet ne comportait pas d'audience royale. Depuis, aucune date n'a été confirmée pour la Réunion. Parallèlement, Madrid ne semble pas pour le moment céder à la pression des frontières fermées avec les villes de Sebta et Melilia, alors que Rabat, de son côté, n'a pas pu arracher un repositionnement du gouvernement Sanchez sur la question du Sahara. D'ailleurs, je ne pense pas que le départ de Pablo Iglésias du gouvernement puisse débloquer la situation.
- Pensez-vous qu'une reprise de l'opération Marhaba, sans Sebta et Melilia, puisse se faire ?
- Oui, tout à fait. Il existe aujourd'hui plusieurs routes maritimes liant la péninsule ibérique et le reste de l'Europe au Maroc. Preuve en est, l'Agence nationale des ports (ANP) a présenté, en 2020, 11 routes maritimes, notamment depuis Motril, Algésiras et Tarifa, vers Tanger Med et Tanger Ville. D'autres itinéraires pourraient être mis en place facilement sans utiliser des ports espagnols, connectant le Portugal, la France ou d'autres pays européens avec les ports marocains.
- Comment voyez-vous le futur des relations entre Rabat et Madrid, alors que le Maroc est en plein repositionnement géopolitique ?
- Cela fait plus d'un an que j'essaye d'attirer l'attention en Espagne sur l'alliance entre le Maroc et la Grande Bretagne post-Brexit. Un rapprochement qui risque de priver l'Espagne de plusieurs marchés dans différents secteurs, idem pour la reprise des relations avec Israël. Le Maroc maintient, par ailleurs, de bonnes relations avec la Russie et la Turquie. Sans oublier l'accord militaire signé entre le Maroc et les Etats Unis. A ce rythme, la France comme l'Espagne risquent de perdre leurs places de premier et second partenaires commerciaux du Maroc. Une perte d'influence qui risque d'être aggravée par la stratégie marocaine de négocier directement avec l'UE, laissant de côté ses interlocuteurs traditionnels, à savoir Paris et Madrid.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.