Fête du trône : les vœux du roi Felipe VI d'Espagne    Fête du Trône : Plusieurs édifices emblématiques du Canada illuminés aux couleurs du drapeau marocain    Maroc: Le dirham s'apprécie de 0,20% face au dollar du 23 au 28 juillet (Bank Al-Maghrib)    Sa Majesté le Roi Mohammed VI reçoit le Wali de Bank Al-Maghrib    Youssoufia : Sessions de formation à partir du 02 août sur le rôle des coopératives dans l'économie sociale    Le Roi d'Espagne félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône    France: plus de 200 mille manifestants conte le pass sanitaire    Fès: la salle omnisports 11 janvier transformée en centre de vaccination    Compteur coronavirus : 7.529 nouvelles infections, le nombre des cas actifs dépasse les 51.000 personnes    Maroc : la découverte d'un biface acheuléen jette une nouvelle lumière sur la préhistoire de l'Afrique du Nord    En Algérie, deux superstructures sécuritaires à couteaux tirés pour s'emparer des leviers du régime    JO 2020. Les Marocains El Guesse et Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800 m    JO-2020: Le programme du dimanche 1er août    Maroc. Radisson Hotel Group ouvre quatre nouvelles plateformes hôtelières    Monétique: le CMI affiche des chiffres records pour le mois de juillet    Covid-19. Les vaccins, une voie à la fois sûre et fiable vers l'immunité    Liban : l'UE est prête à imposer des sanctions pour peser sur la formation d'un gouvernement    Elections : L'Istiqlal déterminé à renforcer la position des Chambres de Commerce, d'Industrie et des Services    Etats-Unis : les déclarations d'impôts de Trump doivent être transmises au Congrès    Libye : de retour, le fils de Kadhafi songe à se présenter à la présidentielle    Le Président du Parlement arabe salue les réalisations accomplies par le Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Levée des subventions sur le gaz butane, le sucre et la farine: ce qu'il en est vraiment    Finale de la Coupe du Trône de basketball (2020-2021) : Le FUS Rabat remporte le titre face au Kawkab Marrakech    Au sujet des paris sportifs... L'ITIA et la FRMT suspendent à vie Mohamed Hirs et 35 000 $ d'amende !    Conjoncture économique: les prévisions du HCP pour 2021 et 2022    Fête du trône : les vœux de Justin Trudeau    En Algérie, le scandale de faux comptes de désinformation liés au régime    Al Haouz: Fermeture d'un établissement hôtelier pour violation des mesures sanitaires    Covid-19 : Les objectifs de vaccination sont loin d'être atteints (OMS)    Maroc/Météo:Temps chaud, ce samedi 31 juillet    Pays-Bas : découverte d'un grand laboratoire de drogues de synthèse    Covid-19 au Maroc. Port du masque: les autorités serrent la vis    Le Maroc s'inscrit, conformément à ses priorités, dans une perspective diplomatique multilatérale (ambassadeur)    La sélection nationale de Breakdance se prépare à Ifrane au Championnat du monde    Tunisie : le président Kaïs Saïed confie le portefeuille de l'intérieur à Ridha Gharsallaoui    Tunisie : L'hôpital de campagne marocain à Manouba opérationnel    ONCF. De bonnes performances et une nouvelle feuille de route à l'horizon    JO 2020. Les Marocains El Bakkali et Tindouft qualifiés pour la finale du 3 000 m steeple    Slalom Kayak aux J.O de Tokyo : Le Marocain Mathis Saoudi perd en demi-finale    Basket-ball : La finale féminine de la Coupe du Trône reportée à cause de la Covid-19    "Allayla Sahratena": Une soirée spéciale fête du Trône, samedi à 21h45    Yassine Saibi, la musique dans la peau    Pegasus, médiatus, propagus    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Maroc-Nigeria: Le projet de gazoduc sur les «starting blocks»
Publié dans L'opinion le 16 - 06 - 2021

Après des années de négociations et de préparatifs, Abuja s'apprête à construire le gazoduc reliant le Nigeria au Maroc.
D'une longueur de 5660 km, avec la capacité de desservir pas moins de 16 pays, le projet de gazoduc Nigeria-Maroc (NMGP), qui auparavant était qualifié d'«inimaginable» par l'Algérie, est en dernière ligne droite avant le début effectif des constructions. L'Exécutif nigérian a mis au point les plans de concrétisation de ce projet d'envergure, a annoncé Yusuf Usman, Directeur Général de la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC) dans une interview, accordée la semaine dernière, au quotidien «Nigerian News Direct».
En rappelant que la réalisation de ce grand projet a été concrétisée avec la signature d'un accord entre le Maroc et le Nigeria lors d'une cérémonie sous la présidence de SM le Roi Mohammed VI et du Président nigérian Muhammadu Buhari, Usman a noté que ce projet empruntera le tracé du gazoduc ouest-africain et bénéficiera à plusieurs pays du continent. Certains de ces pays disposent de gisements de gaz dont la production sera injectée dans le pipeline, tandis que les autres pays non producteurs de gaz en tireront profit à des fins de développement, explique l'interviewé, soulignant que «s'ils ne peuvent pas payer le gaz, ils peuvent obtenir de l'électricité ». Dans ce sens, il a noté que le projet entre dans le cadre d'une nouvelle vision de développement, «nécessaire pour l'Afrique ».
Par ailleurs, le Directeur Général de la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC) a indiqué que l'étude de faisabilité du Gazoduc est « achevée », ajoutant que la décision finale de financement est en cours de validation. Toujours dans le cadre du calendrier de réalisation du projet, l'Exécutif nigérian lancera dans la foulée le plan directeur de la décennie du gaz pour consolider la viabilité de ce grand projet, précise-t-on.
Une décision qui va de soi
Cela dit, l'annonce du début des constructions doit être ressentie comme un cinglant coup de claque pour les détracteurs du Royaume, particulièrement l'Algérie dont le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, est allé voir, au mois de novembre dernier, son homologue nigérian, Geoffrey Onyeama, avec l'ambition de relancer le projet suranné du gazoduc Nigeria-Algérie via le Niger, qui date de plus de quatre décennies, et par ricochet torpiller la proposition marocaine auprès de la CEDEAO. Une initiative qui a très vite fait pschitt, puisqu'en décembre les membre de la Communauté ont exprimé à Ouagadougou, au Burkina Faso, leur soutien au déploiement du projet d'extension du gazoduc de l'Afrique de l'Ouest.
Néanmoins, le choix du projet de gazoduc Nigeria-Maroc relève de l'évidence, du fait que son tracé et celui du Projet d'extension du réseau de gazoduc de l'Afrique de l'Ouest (WAGPEP), concourent à des objectifs communs qui sont la valorisation des ressources gazières de la région et l'approvisionnement des pays en énergies propres, y compris les Etats membres de la CEDEAO, sachant qu'une partie du projet WAGPEP est déjà finalisée. Une perception partagée par les experts de la Communauté africaine, qui n'ont pas manqué de souligner que la réalisation d'un gazoduc unique reliant l'ensemble des Etats membres de la CEDEAO est une réelle opportunité pour la région, et ce du fait que le projet maroco-nigérian va relier plusieurs pays non seulement des producteurs et consommateurs de gaz, mais également des pays qui rejoindront les producteurs africains dans les quelques années à venir, notamment la Mauritanie et le Sénégal, dont les découvertes récentes de gaz sont colossales et situées beaucoup plus près du Maroc, qu'un autre pays. Ainsi, il est de notoriété publique que ce gazoduc favorisera l'intégration africaine, contribuera à la stabilité, au développement économique et à la création d'emplois, dans plus de 13 pays. Ce n'est donc pas seulement un projet d'infrastructures mais un axe structurant économiquement pour toute l'Afrique de l'Ouest, qui aujourd'hui, plus que jamais, ont besoin d'un projet fiable à forte valeur ajoutée.
La «Safety» avant tout
L'aspect sécuritaire constitue un énième argument incitatif pour l'adoption du Gazoduc Nigeria-Maroc, du fait qu'il soit tracé offshore et onshore, échappant ainsi à la menace des groupes terroristes qui sèment le désordre dans la région. Rappelons, dans ce sillage, que le mémorandum d'entente signé en 2001 entre l'Algérie et le Nigeria pour la construction d'un gazoduc transsaharien d'une capacité de 20 à 30 milliards de m3 (qui allait être bénéfique pour très peu de pays) n'a jamais eu de suites du fait de la présence des groupes Boko Haram et d'Aqmi dans le Nord du Nigeria et au Sahel. Une menace qui a fait fuir les investisseurs. Pour un projet aussi important, la fiabilité et la rentabilité jouent un rôle crucial, surtout que le Nigeria et le Maroc ont initié ce chantier en vue de valoriser les importantes réserves de gaz naturel du Nigeria et de répondre aux besoins croissants de la région et de l'Europe en gaz naturel. D'ailleurs, lors d'un entretien téléphonique, tenu en janvier, avec SM le Roi Mohammed VI, le Président de la République Fédérale du Nigeria, Muhammadu Buhari, s'est félicité de l'appui solidaire du Royaume dans la lutte contre le terrorisme. Un échange qui a également permis aux deux chefs de marquer leur détermination commune à poursuivre et concrétiser, dans les meilleurs délais, les projets stratégiques entre les deux pays, particulièrement le Gazoduc Nigeria-Maroc et la création d'une usine de production d'engrais au Nigeria.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.