Tanger: Arrestation d'un ressortissant français d'origine algérienne pour son implication présumée dans le trafic international de drogue    France : Jean Yves Le Drian userait-il de son réseau pour défendre les intérêts de son fils ?    Compteur coronavirus : 424 nouveaux cas et 6 décès en 24H    Election des représentants de magistrats: Taux de participation de 50,42% à midi pour les Cours d'appel    Un chercheur serbe souligne le bien-fondé de l'appel à l'expulsion de la pseudo «rasd » de l'UA    Obligation de pass vaccinal : La CNDP se prononcera prochainement    Cannabis : Signature de quatre conventions pour le renforcement de la recherche scientifique    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici 2060    Covid-19 : Le CHU Ibn Sina dément le décès d'une étudiante à cause du vaccin    L'exercice conjoint bilatéral Pakistan-Maroc 2021 touche à sa fin (Vidéo)    Coronavirus : Le vaccin Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans    Aérien. Le Maroc actualise la liste des pays de la liste B    Sahara marocain: La Jordanie réaffirme son soutien à l'autonomie dans le cadre de l'intégrité territoriale du Maroc    Afghanistan: L'état islamique revendique une attaque à l'origine de la panne de courant à Kaboul    En quoi la décision royale dérange le clan Aziz Akhennouch ?    Football féminin : Rencontre entre le président de la Fédération espagnole et Mme Khadija Ila, présidente de la Ligue nationale    Football : Assemblée générale ordinaire à distance de l'IRT    Meurtre du député britannique David Amess : le suspect sera jugé en mars 2022    Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Faut-il continuer à s'endetter ?    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Chambre des représentants : Séance plénière lundi prochain consacrée aux questions orales    A quoi joue la Russie?    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Istiqlal et le RNI occupent plus de 50% de la présence numérique au Maroc
Publié dans L'opinion le 17 - 09 - 2021

Le digital a significativement boosté les campagnes électorales des partis marocains, permettant à ceux-ci de diffuser leur vision, en dehors des grands rassemblements auxquels on était habitué dans les précédentes élections. C'est du moins ce qui ressort d'une étude menée par l'Observatoire des Opinions Publiques Numériques et qui affirme que l'Istiqlal a la communauté partisane et de sympathisants la plus dynamique aussi bien sur les engagements qu'en viralité.
La campagne électorale, ayant eu lieu du 26 août jusqu'au 7 septembre derniers, s'est déroulée dans des circonstances très particulières imposées par les restrictions et les mesures de sécurité sanitaires, permettant ainsi au digital d'accueillir les partis politiques et leurs programmes électoraux. L'Observatoire des Opinions Publiques Numériques s'est intéressé aux empreintes numériques des deux partis politiques ayant dominé la campagne électorale digitale de cette année : L'Istiqlal et le RNI.
«Les médias numériques auront publié plus de 300 articles par jour pendant la campagne officielle, et touché presque 430 millions de personnes. Sur leurs pages Facebook officielles, le Parti de l'Istiqlal, suivi du RNI auront publié 630 posts en deux semaines (Parti de l'Istiqlal : 400, RNI : 230), augmentant ainsi fortement l'exposition de leur programme électoral», lit-on dans le rapport de l'O2PN.
Statistiquement parlant, 786 millions de personnes ont été touchées lors de cette campagne électorale dont 54,6% grâce aux médias et 42,7% via Facebook. Le RNI est en tête avec 245,3 millions de personnes suivi de l'Istiqlal avec 183,7 millions de personnes. Le PJD est en troisième position avec 166,5 millions de personnes. En moyenne, « chaque Marocain ayant accès à Internet se sera arrêté sur plus de 31,4 publications concernant un parti politique, pendant la campagne officielle », précise l'observatoire.
Cette activité digitale partisane est mesurée, selon l'observatoire, en fonction de deux indicateurs clés. Le premier concerne le dynamisme de la communauté de chaque parti qui se calcule sur la base du « nombre d'internautes ayant, après avoir vu une publication du parti, cliqué, aimé, commenté ou partagé cette publication, et ce sur un échantillon de 1000 personnes ». Quant au deuxième indicateur, il se base sur le taux de viralité desdites publications, c'est-à-dire « la capacité des fans à partager avec leur propre communauté (ami-e-s) des publications du parti, en prenant en compte le % de partages sur l'ensemble des engagements (like, commentaires, et partages) », explique le rapport de l'observatoire.

En se basant sur les deux critères précités, le Parti de l'Istiqlal se classe premier et jouit de la communauté partisane et de sympathisants la plus dynamique aussi bien sur les engagements qu'en viralité. Dans ce contexte, ledit rapport a indiqué que le parti de la Balance « a réussi à plus que doubler sa moyenne d'interactions pour 1000 fans, passant de 323 sur les 6 premiers mois de l'année 2021 à 898 pendant la campagne électorale officielle. Cela montre, la capacité du parti à mobiliser ses partisans et sympathisants, et à en faire un puissant levier de la campagne électorale, y compris sur les réseaux sociaux ».

Certes, l'implication des partis politiques dans une campagne purement digitale cette année a été un élément décisif pour dresser le classement des vainqueurs et le parti de l'Istiqlal en est l'exemple indéniable. Toutefois, d'autres paramètres sont entrés en jeu, notamment l'investissement et les énormes montants qu'a dépensés le RNI pour sa campagne.
La situation sanitaire actuelle et l'état d'urgence instauré depuis l'apparition du Covid-19 représentent des circonstances inappropriées pour mener une campagne électorale traditionnelle ou ''normale'', caractérisée principalement par les grands rassemblements, bannis à l'ère du Corona. Cette campagne, partie intégrante des échéances électorales et indispensable à leur réussite, a été déplacée cette année des quartiers et ruelles vers les supports digitaux, notamment les réseaux sociaux. Saluée par certains et contestée par d'autres, cette alternative est, sans doute, une révolution en matière de digitalisation des élections, voire de la scène politique marocaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.