Conseil des ministres: Examen des Orientations générales du Projet de Loi de Finances 2022 ainsi que des nominations aux fonctions supérieures    Conseil des ministres: Les Orientations générales du projet de loi de finances pour l'année 2022    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Mohamed Benchaâboun nommé ambassadeur du Maroc en France    Ligue des champions : Le Raja au vert, le Wydad au rouge    Pétrole et gaz : Une compagnie israélienne s'apprête à explorer au large de Dakhla    Egalité de genre : La participation des femmes à la vie politique progresse, les inégalités persistent    Hydrocarbures : Une OPEP du gaz siérait bien à Moscou    Massacre des Algériens : la France commémore les 60 ans    L'Opinion : Le défi malien    Compteur coronavirus : 269 nouveaux cas positifs, 7 décès enregistrés en 24H    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 octobre 2021 à 16H00    Alphabétisation dans les mosquées : Vers plus de bénéficiaires    Kénitra : un individu interpellé pour trafic de comprimés psychotropes    Meknès : Un patrimoine architectural et urbanistique à préserver    Le concours « Ana Maghribi.a » revient pour sa 8ème édition    Quatre migrants morts et 13 autres interceptés au large de l'Algérie    OVH réussit son entrée à la Bourse de Paris    Eqdom: AGR reste à l'achat avec un cours objectif relevé    Les Emirats Arabes Unis ouvrent la possibilité d'un visa de 5 ans pour les Marocains    Le CNDH discute des recommandations à présenter au gouvernement    L'ADFM appelle à une réforme du code de la famille    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    Un responsable UE salue «l'engagement fort» de la société civile marocaine    La BM et le FMI célébrent le «Success story» de Tanger Med    Fathallah Sijilmassi en devient le premier Directeur Général    Des experts africains appellent à l'expulsion de la «rasd» de l'UA    La RS Berkane bat l'US Ben Guerdane et met un pied en phase de poules    Le Comité international olympique inquiet    17 octobre 1961 : Valérie Pécresse évoque 22 policiers tués par le FLN, nœud de l'actuel régime algérien    Journalistes et youtubeurs analysent les extériorisations anti-marocaines de l'Algérie    Championnat d'Afrique de natation : Le Maroc récolte 10 médailles et finit 3ème    Une ode à la grâce et à l'élégance    Clôture du FICAM 2021: une édition professionnelle qui a tenu toutes ses promesses!    Immobilier: une assurance pour les loyers impayés, pourquoi pas ?    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Créer au pont de Saint-Ange    Contraception masculine : La pilule existe, mais elle a du mal à passer    Interview avec Sébastien Vaumoron : Télétravail, un mode alternatif à double face    Michel Barnier : élu, je ne «donnerais pas dans la repentance» sur les questions mémorielles avec l'Algérie    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    DHJ-JSS (3-2) : Les Jdidis caracolent en tête de tableau !    Migrants: au moins 8 victimes et 17 disparus au large de l'Espagne    Covid-19: le Maroc vaccine à toute allure, et appelle les réticents à se manifester    Bruits de bottes    FRMB : Abdeljaouad Belhaj réélu président pour un nouveau mandat    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La société française « Finetis » saisit le CIRDI contre le Maroc
Publié dans L'opinion le 23 - 09 - 2021

Le groupe français Finetis a déposé une requête d'arbitrage au Centre international de règlement des différents relatifs aux investissements (CIRDI), contre le Maroc, alléguant une violation du traité signé en 1996 entre Rabat et Paris. Les causes du litige sont encore inconnues. Détails.
Le Maroc devra faire face à une nouvelle affaire d'arbitrage au sein du Centre international de règlement des différents relatifs aux investissements (CIRDI). Le groupe français Finetis a déposé un recours auprès du Centre, rattaché à la Banque mondiale, le 20 septembre 2021, alléguant une violation du traité d'investissement signé en 1996 entre le Royaume du Maroc et la République française. Cet accord porte sur l'encouragement et la protection des investissements et prévoit le recours au CIRDI en cas de différents liés à l'interprétation des clauses et de litiges liés aux investissements. Le traité met en avant trois principes à savoir « le traitement aussi favorable que celui des investisseurs nationaux », « l'indemnité prompte et adéquate » et le principe de « la liberté des transferts ».
La procédure vient d'être enclenchée, le Secrétaire général du CIRDI, a enregistré la demande d'introduction d'une procédure d'arbitrage, comme on peut lire sur le site internet du Centr e basé à Washington. Le groupe français a fait appel aux services du Cabinet d'Avocats « Medici », spécialisé en arbitrage et contentieux des affaires.
Par ailleurs, comme le recours vise les institutions du Royaume, les parties concernées sont le Chef du Gouvernement, le Ministre de la Justice, l'Agent Judiciaire du Royaume et le Directeur général de la Société Nationale des Autoroutes du Maroc. Ces derniers sont, selon les détails procédure, les parties qui doivent dépondre formellement à la demande d'arbitrage.
Jusqu'à présent, les causes du litige ne sont pas mentionnées, la requête d'arbitrage se borne à évoquer « le réseau de communication », un domaine où opère le groupe français. En principe, ce genre de recours se fait si l'entreprise s'estime lésée par une mesure prise par un Etat dans lequel elle investit, et qui est lié à son Etat d'origine par un traité d'investissement qui prévoit le recours au CIRDI en cas de litige. Toutefois le recours au CIRDI intervient généralement après l'échec des procédures de règlement à l'amiable, comme c'est le cas des contentieux commerciaux à l'OMC.
Rappelons que le traité de 1996 stipule que lorsque le différend n'a pu être réglé à l'amiable dans un délai de 6 mois, l'investisseur peut demander à ce qu'il soit soumis soit à la juridiction compétente de la partie impliquée, soit au CIRDI, le choix de l'une ou l'autre procédure devenant définitif dès la saisine de l'organisme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.