Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Un cas du nouveau variant découvert en Afrique du Sud détecté en Belgique    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Ciments du Maroc améliore son CA de 6,9% à fin septembre    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Education financière : Plus de 1.000 petits agriculteurs encadrés par Crédit Agricole du Maroc    Le colloque digital «Talents Africains» de retour    Nadia Fettah Alaoui livre sa vision pour le marché des capitaux    Boris Johnson appelle la France à reprendre tous les migrants qui traversent la manche    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Migrants à Calais : la lettre de Johnson «indigente» et «déplacée», tonne le gouvernement français    Spéculations autour de l'éventualité d'une offensive militaire russe en Ukraine    Un lieu de culte et un joyau architectural de la ville «européenne» de Rabat    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    Paris et Londres affichent leur volonté de coopérer    Signature d'un Mémorandum d'Entente dans le domaine de la défense    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Covid-19 : Le Portugal adopte de nouvelles mesures restrictives    Lancement de la campagne nationale de vaccination contre la grippe saisonnière    Meknès : 3 ans de prison ferme pour avoir abusé d'un adolescent, malade mental !    Les réformes engagées par SM le Roi ont permis des réalisations « remarquables » en matière des droits de l'Homme    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib à l'Espace Rivages    L'OMS et la FIFA s'associent contre les violences domestiques    OMS : Plus d'un demi-million de vies sauvées par les vaccins contre le Covid-19 en Europe    Feuille de route bilatérale, intérêts communs, commission mixite : l'essentiel de la rencontre entre Nasser Bourita et son homologue sierraléonais    3ème édition du Trophée Tilila: La cérémonie de remise des prix en images (Reportage)    Kia désormais représentée à Dakhla    Moncef Marzouki : « J'ai tenté une médiation entre le Maroc et l'Algérie dans le cadre de l'autonomie qui est la solution au conflit autour du Sahara »    Météo/Maroc: Pluies et chutes de neige ce vendredi 26 novembre    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mbarka Bouaida élue présidente de l'Association des régions du Maroc    Réseau. Renault Commerce Maroc inaugure sa nouvelle succursale à Zenata    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    Football : Zlatan Ibrahimovic sort un nouveau livre en décembre    L'équipe nationale U23 en stage de préparation du 29 novembre au 5 décembre à Maâmoura    Botola Pro D1 / FUS-DHJ ( 2-2) : C'était surtout une affaire de corners décisifs    Football pour amputés: L'équipe nationale participe à la Coupe d'Afrique des Nations    Présidentielle libyenne : La commission électorale écarte 25 candidats dont Saïf Kadhafi    El Jadida : L'épave devenue « œuvre d'art »...    Détenus du Hirak du Rif : Le serment de Abdellatif Ouahbi    L'essentiel du programme d'action du ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    «Zanka Contact» : Une histoire d'amour où se mêlent arts et espoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Interview avec Mustapha Meloui « Le digital sera une priorité de ce gouvernement »
Publié dans L'opinion le 21 - 10 - 2021

Pour atteindre une souveraineté numérique, les membres de l'Observatoire Marocain de la Souveraineté Numérique (OMSN) estiment qu'il est temps d'agir. Eclairage et réponses
- Samedi dernier, l'Observatoire Marocain de la Souveraineté Numérique (OMSN), premier thinktank marocain dédié à la souveraineté numérique, a vu le jour : est-ce l'émergence de nouveaux concepts de travail qui vous a encouragé à le lancer ?
- L'idée a émergé en pleine crise sanitaire, qui a chamboulé notre pratique du digital. On était obligés d'adopter de nouveaux modes de travail, notamment le télétravail, les cours à distance, et la dématérialisation des services publics pour éviter les rapprochements physiques.
Selon de nombreux experts, grâce au Covid, les sociétés ont pu gagner de 5 à 10 ans de transformation numérique. En étant un groupe d'experts du digital et des nouvelles technologies, nous avons estimé qu'il est temps d'ouvrir une réflexion et un débat national sur la souveraineté numérique.
Nous avons pensé à créer un think-thank, un groupe de réflexion et non pas une association classique qui soit là juste pour sensibiliser, en vue de mener des études, publier des rapports de tendance, promouvoir la pratique digitale au Maroc, sur le plan régional, continental et international. Dans ce cadre, l'OMSN a vu le jour. Son principal objectif est de vulgariser le concept de la souveraineté numérique.
Aujourd'hui, on en parle à l'échelle mondiale. Selon plusieurs experts européens du digital, 80% des données européennes sont stockées et gérées hors Europe, par des entreprises chinoises ou américaines. La question de la souveraineté numérique n'est pas une question nationale ou régionale, mais plutôt mondiale. C'est toute la souveraineté des Etats qui est mise en jeu. Dans ce sillage, nous souhaitons créer un modèle marocain de la souveraineté numérique qu'on peut exporter avec fierté dans les prochaines années. Notre vocation est de rendre le Maroc comme étant une référence et un hub régional en termes de souveraineté numérique.
- L'OMSN est une initiative émanant d'une prise de conscience de l'importance d'encourager l'indépendance technologique et numérique du Royaume. Où en est-on actuellement ?
- Dans le cadre de l'Observatoire, nous lancerons un baromètre de souveraineté numérique de notre pays, en mettant sous analyse le degré de maturité digitale, l'appropriation digitale par les différents secteurs d'activité...
Tout cela fera l'objet d'une étude pour répondre avec plus de détails à votre question. Pour vous donner un écho rapide par rapport à là où on est aujourd'hui sur le plan de l'indépendance numérique, c'est tout le cauchemar de tous les Etats, pas uniquement du Maroc, qui dépendent de structures américaines et chinoises qui définissent des paramètres, changent des algorithmes à tout moment, suppriment des contenus... sans se fier aux règles des Etats. On n'est pas de même taille que ces structures là pour pouvoir arrêter l'usage de ces plateformes. On demande à ce qu'il y ait un usage réfléchi.

Notre vocation est de rendre le Maroc une référence et un hub régional en termes de souveraineté numérique
- Concrètement, de quels atouts le Maroc dispose pour un vrai décollage numérique ?
- Le Maroc en a beaucoup. Sur le plan institutionnel, le Maroc est plus que prêt et a tout ce qu'il faut, en disposant de l'Agence de Développement du Digital (ADD) et de la Commission nationale de contrôle de la protection des données à caractère personnel (CNDP).
La création d'un département du numérique, qui faisait partie du ministère de l'Industrie, et qui est désormais rattaché au chef du gouvernement, dans le cadre d'un ministère délégué, est un bon signe.
Ce qui est pour nous un signal très positif que le digital sera une priorité stratégique de ce gouvernement. Sur le plan académique, il y a beaucoup de chercheurs qui travaillent sur la thématique de la transformation digitale et la gestion des données. Il y a également un Data Center à l'Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) de Benguérir.
En termes d'outillage numérique, je pense que le Maroc a fait beaucoup de progrès en facilitant l'accès aux nouvelles technologies. Tous ces atouts font qu'on peut faire un décollage numérique.
- La création du ministère chargé de la Transition numérique et de la Réforme administrative est-elle un vent d'optimisme sur la souveraineté numérique du Maroc ?
- Effectivement, c'est un bon signe, dans la mesure où c'est rattaché au chef du gouvernement. Donc c'est un portefeuille qui sera en interdépendance avec l'ensemble des secteurs d'activité. A mon sens, le fait de le rattacher au chef du gouvernement est le signe que c'est un département qui va travailler en permanente interaction avec l'ensemble des secteurs d'activité : économique, social, culturel, sportif...
- Donc, tous les éléments et ingrédients sont là, y compris la volonté politique. Quel est le déclic qui manque pour décoller ?
- Effectivement, la volonté politique n'est plus une entrave. Or, ce qui manque aujourd'hui est la création d'une synergie avec l'ensemble de l'écosystème digital et numérique au Maroc en essayant de déterminer qui fait quoi pour éviter le chevauchement des fonctions et créer une certaine harmonie.
Au sein de l'Observatoire, nous serons dans une démarche collaborative avec l'ensemble des acteurs de l'écosystème pour que l'on puisse sortir avec une feuille de route de stratégie nationale concertée, pour qu'on puisse optimiser en termes d'efforts et réussir ensemble ce décollage numérique. Pour moi, c'est une question de synergie et de trouver le maestro qu'il faut pour harmoniser ce « concert digital ».
- Par ailleurs, dans le rapport du Nouveau Modèle de Développement (NMD), s'il y a un volet moins débattu que les autres, c'est bien le numérique. Quelle lecture en faites-vous ?
- Je ne suis pas d'accord sur le fait que le NMD n'avait pas débattu suffisamment du numérique. Il y a déjà beaucoup d'acquis en termes de développement digital au Maroc. La Commission a évoqué le numérique pour dire que c'est un vecteur stratégique. Je pense que la meilleure traduction de la consigne de la Commission est le fait d'avoir aujourd'hui un ministère chargé du numérique. La consigne a été bien prise en considération.
Propos recueillis par
Safaa KSAANI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.