Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pass sanitaire : Le débat sur sa légalité partage la société
Publié dans L'opinion le 24 - 10 - 2021

Au moment où le pass vaccinal suscite les plus vives oppositions au sein du débat public, plusieurs questions se posent sur l'urgence de cette mesure qui n'est pas préconisée par l'OMS. Le Maroc s'y attache souverainement face au risque d'un nouveau variant. Le Comité scientifique nous en explique les raisons.
Quelques jours après sa mise en place, le pass vaccinal peine à se faire appliquer dans les lieux publics comme décrété par le gouvernement. Pour cause, l'incompréhension d'une partie importante des citoyens, dont les non vaccinés, qui ne s'adaptent pas aisément à la décision prise par l'Exécutif. Pourtant, c'est une décision pressentie et préparée depuis longtemps.
Au moment où les voix s'élèvent pour dénoncer une mesure liberticide, la question fait son entrée à la Chambre des Représentants. Le groupe istiqlalien « Pour l'Unité et l'Egalitarisme » s'apprête à interroger le ministre de la Santé et de la Protection sociale sur les mesures prises pour accompagner la gestion de la crise sanitaire.
Le pass vaccinal au coeur de l'Hémicycle
Evidemment que le pass vaccinal sera au coeur des discussions, et Khalid Ait Taleb sera dans l'obligation de donner des raisons convaincantes et bien argumenter la décision de l'Exécutif afin de rassurer l'opinion publique. C'est d'autant plus vital que les parlementaires sont tout aussi divisés que la société civile sur l'obligation du passeport vaccinal, surtout après que la Chambre des Représentants ait avisé ses membres de l'obligation de présenter le pass pour entrer à l'Hémicycle.
Le camp du refus a d'ores et déjà maugréé : c'est le cas du groupe parlementaire du PJD qui s'est opposé frontalement au passeport controversé, alléguant, dans un communiqué, des arguments constitutionnels tel que le droit à la libre circulation garanti par l'article 24 ; idem pour la députée du PSU Nabila Mounib qui a fait état d'une mesure qui outrepasse les limites de la Constitution, tout en faisant part de sa volonté de saisir la Cour Constitutionnelle. Loin d'être une bisbille, cet avis est partagé par plusieurs citoyens qui remettent en question l'obligation du pass au moment où le pays a vacciné plus de 65% de sa population.
Les experts appellent à la pédagogie
Au-delà de l'agora législative, le pass vaccinal suscite des commentaires au sein de la communauté scientifique. Jaâfar Heikel, épidémiologiste et expert en économie de la santé, se déclare ardemment pour la vaccination, à condition de donner aux gens réticents le temps d'être convaincus.
Pour l'expert, il est fondamental de faire de la pédagogie sur les vertus de la vaccination, proposant une mise en place progressive du pass vaccinal allant de 6 à 8 semaines. Ceci est possible, selon M. Heikel, surtout « qu'il n'y a pas d'urgence épidémiologique ».
Cet avis est partagé par Tayeb Hamdi, expert en politiques et systèmes de santé, qui, bien qu'en faveur du pass vaccinal comme mesure incitative à la vaccination, préconise une approche plus pédagogique de la part de l'Exécutif qui aurait dû, selon lui, annoncer une date préalable de l'entrée en vigueur du pass vaccinal au lieu de le décréter immédiatement.
Pourquoi le pass vaccinal ? La réponse est simple aux yeux de M. Hamdi : les cinq millions de personnes non vaccinées jusqu'à présent représentent toujours une menace épidémique, d'autant plus que le risque de l'apparition d'un nouveau variant est à prendre au sérieux.
Que faire dans ce cas des réticents, qui se mobilisent déjà sur les réseaux sociaux en lançant des pétitions ? Tayeb Hamdi appelle à dissocier les anti-vax des personnes qui ont des craintes qu'il considère tout à fait légitimes, ces dernières doivent avoir toutes les assurances pour qu'elles soient convaincues de se faire vacciner volontairement avec toutes les facilités imaginables. « Les personnes hésitantes peuvent désormais se faire vacciner dans les hôpitaux et mises sous surveillance médicale », a-t-il indiqué, ajoutant que les personnes souffrant d'allergies de type choc anaphylactique ou oedème de Quincke ont la possibilité d'avoir un certificat de contre-indication.
Le Comité scientifique rassuré plus que jamais
Au sein du Comité scientifique, on considère que le pass vaccinal est une nécessité évidente, d'autant plus qu'une récente étude française publiée dans le Journal international de médecine, prouve l'efficacité de la vaccination : 93% de diminution du risque des cas graves, 85% de celui de la mortalité et 70% de réduction de la contamination. Ces chiffres varient, d'une infime proportion, selon les vaccins utilisés.
Donc, quoique l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ne préconise pas le pass vaccinal, le Maroc s'y attache souverainement au moment où le nouveau sous-variant apparu au Royaume-Uni inquiète. Saïd Moutaouakil nous explique la vision du Comité scientifique du pass vaccinal à la lumière de tout ce qui précède.
Anass MACHLOUKH
3 questions à Saïd Moutaouakil
« Il faut un travail de pédagogie pour convaincre les gens, loin du catastrophisme et du discours d'angoisse »

Saïd Moutaouakil, Professeur de réanimation, Directeur de la Clinique Oum Al Banine à Casablanca, a répondu à nos questions sur le débat actuel sur le pass vaccinal et les raisons qui justifient son application.
- L'imposition du pass vaccinal dans l'espace public provoque un vif débat dans la société civile, s'agit-il d'une mesure vraiment urgente, surtout au moment où la campagne de vaccination avance ?
- En effet, le pass vaccinal est de plus en plus utilisé dans le monde et suscite beaucoup de débats entre ceux qui voient cette mesure comme liberticide, et ceux qui y voient une mesure barrière rentrant dans le cadre des lois de l'urgence sanitaire comme la loi 2-20-292 au Maroc.
Le débat est presque idéologique, voire religieux. En appliquant le pass vaccinal, les autorités tâchent d'encourager les citoyens à se faire vacciner en masse pour pouvoir contrôler dans des délais raisonnables la pandémie et reprendre une vie presque normale. Il va sans dire que la vaccination reste le meilleur remède pour la prévention des formes graves et du décès par la Covid-19.
- Des personnes réticentes disent que le pass vaccinal n'est pas recommandé par l'OMS, que répondez-vous à cet argument ?
- Il est vrai que L'OMS ne le recommande pas pour l'instant, mais les recommandations de l'OMS ne sont pas contraignantes pour les pays. Chaque pays, au nom de sa souveraineté, peut décider pour lui-même. Concernant les personnes hésitantes, il faut les sensibiliser par un discours clair et honnête accessible à tout le monde. Ce discours doit éviter le catastrophisme et la culture de l'angoisse.
Albert Camus disait à propos de la peste : « Il n'y avait pour cela qu'un seul moyen qui était de combattre la peste. Cette vérité n'était pas admirable, mais elle n'était que conséquente ». J'ajouterai à ce point les arguments scientifiques mis en avant par une étude française qui montre que les personnes vaccinées ont plus de 90% de chance de ne pas présenter une forme grave de la maladie et de ne pas en mourir par rapport aux personnes non vaccinées.
- Nous sommes à presque 24 millions de personnes vaccinées, dont 21 millions ont eu les deux doses : se rapproche-t-on de l'immunité collective, selon les critères du Comité scientifique ?
- Je tiens à souligner que le Maroc a vacciné jusqu'à ce jour plus de 77% pour la première dose et de plus de 70% pour la deuxième. Nous nous approchons du 80%, gage d'une immunité collective. Ce but sera atteint dans les semaines à venir.

Recueillis par A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.