Jeux de la solidarité islamique/Taekwondo: Abdelbasset Wasfi décroche la médaille d'or, Safia Salih et Nezha El Assal en bronze    Le Real Madrid remporte la Supercoupe de l'UEFA contre l'Eintracht Francfort    Bancarisation : l'offre de BCP pour les 12-17 ans    فيروس كورونا: 148 إصابة جديدة وحالتي وفاة خلال ال24 ساعة الماضية    La Bourse de Casablanca clôture en légère hausse ce mercredi    Transport routier : c'est parti pour les primes à la casse    Donald Trump suggère que le FBI pourrait avoir «placé» des preuves lors de la perquisition    Le Maroc organise des colonies de vacances au profit des enfants d'Al-Qods à partir du vendredi    Rabat: Hammouchi reçoit son homologue espagnol    PLF 2023: le gouvernement veut réduire les disparités territoriales    La CAF lance la Super League    Vahid Halilhodzic va quitter les Lions de l'Atlas (L'Équipe)    Covid. 148 nouveaux cas et 2 décès enregistrés au Maroc (Bilan quotidien)    Vague de chaleur vendredi et samedi dans plusieurs provinces du Royaume    Oscars 2023: Appel à candidatures pour sélectionner le long-métrage qui représentera le Maroc    CAF: la Super Ligue africaine dès août 2023    Relever le nez du guidon !    L'UE présente le « texte final » visant la réactivation de l'accord de Vienne    L'hépatite C trop peu soignée à causes de « barrières » dans l'accès aux traitements    Le tableau se précise sur les symptômes et la transmission    La Jeunesse Socialiste dénonce le terrorisme de l'entité sioniste    Une vie et demie pour la profession et la patrie    Un point de connexion pour se réunir et vivre une nouvelle expérience    Un autre coup cinglant au patrimoine de la ville    « Surveiller » ! Le Maroc et la peu reluisante vocation des Apparatchiks d'Alger    Contre vents et marrées, Biden engrange des succès    Algérie: Deux anciens ministres condamnés pour corruption    Education: le PLF2023 décline les grandes lignes de la réforme    Bejaad : Festival du cinéma et des arts plastiques    El Jadida : Entre les Doukkalis et le cheval, un lien particulier    Cinéma junior : Et de 5 pour le Festival éducatif de Soura    Le Guatemala est un « allié fiable » du Maroc en Amérique centrale (ministre des relations extérieures)    Vaccins contre le Covid: L'UE et Moderna anticipent les livraisons    Célébration de la « Journée du migrant » : Entre acquis et défis des temps futurs    Espagne : près d'un million de demandes de résidence et de travail en 2021, un record !    KFC ouvre un nouveau restaurant à Derb Ghallef    La 6ème édition du forum international de la TPE à Dakhla    Gravement malade, Brahim Ghali aurait été évacué à l'étranger    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule « dans de bonnes conditions », un pic attendu fin août    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    La Zaouia Habria Derquaouia tient son 120ème moussem    Météo: les prévisions du mercredi 10 août    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.210 blessés en une semaine    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Magazine : Soyons fous, aimons l'art
Publié dans L'opinion le 26 - 06 - 2022

Maintenant que la saison chez les galeristes s'achemine vers l'arrêt d'activité et que le Maroc organisait le 22 juin la Nuit des musées et des espaces culturels, faisons un tour d'horizon de quelques coups de coeur de l'année. Plusieurs expressions s'y mêlent. Le choix, lui, est consciencieusement subjectif.
Les constellations de Saïd Afifi
L'artiste quitte la Terre pour la scruter en plongée. Il frictionne sa tête d'étoiles et envoie de curieuses ondes à la planète qui le contient depuis près de quatre décennies. Il se rue sur Google Earth pour s'ouvrir un boulevard aérien sur le monde. Des vues qu'il transforme en caresses administrées avec la délicatesse d'une femme désappointée. Il redessine et peint ce que la nature laisse comme espace pour la création.
En intitulant cet agrégat d'oeuvres «Les constellations de la Terre», Saïd Afifi renvoie à la science sa copie, lui signifiant que cette Terre constelle bel et bien lorsqu'on sait la lire... S'armant des avancées technologiques, il remet les pendules à leurre. Tel un pays qui déclassifie des dossiers sensibles restés longtemps secrets, Afifi s'engage à démystifier des prises de vues livrées comme réalités réelles en les triturant sans retenue, avec art. Et puis, nous ne savons pas trop ce qui nous emballe ou intrigue dans la particularité de cette approche. C'est, profondément, tout son intérêt.

Le dream de Benbouchta et Selfati
Quelle rupture configurent ces deux artistes ! Rupture avec eux-mêmes, rupture avec le conventionnel, rupture avec l'art tel édicté, rupture avec l'émotion aplatie jusqu'à la béatitude. Un duo-couple où la malice créative fait sourdement du bruit. Une fusion que l'apriori ne semble pas leur donner raison, à elle comme à lui. Mais voilà, ils séduisent comme humains, troublent comme agitateurs. L'une à côté de l'autre, l'une sur l'autre, l'une dans l'autre et l'oeuvre globale s'exprime à voix haute, à résonnance inédite.
L'aimant repoussant du départ se traduit par un rapprochement insoupçonné, celui de la recherche de l'entente qui traverse de longs moments de tâtonnements. Deux univers que seule l'ouverture vers l'autre est capable de marier. Deux univers aussi distincts que communs. La force de dire ou de suggérer est quasiment identique, l'un dans sa redoutable forêt, l'autre dans une douce violence. A partir de cette fragilité partagée, on peut décliner et enfanter, créer et «déranger». Amina Benbouchta et Ilias Selfati, une aventure à futurs rebonds...

« Horiezontalisme » d'un Collectif
Un manifeste autour de l'art est toujours un évènement. D'autant que nous y sommes conviés que rarement. Les années passent et les préoccupations évoluent. Ici, à travers «Horiezontalisme», nous sommes «confrontés» à une autre lecture de l'art entre peinture et vidéo. L'art contemporain dans ses différentes dimensions. Une exposition d'oeuvres inédites peintes ou filmées.
Sept artistes s'y déploient, les uns ironisant, les autres évoquant des situations qui frôlent la dramaturgie. Parmi ces empêcheurs de tourner en rond, Amina Benbouchta, Mohamed El Baz, Simohammed Fettaka, Youssef Ouchra et le maître de cérémonie YounessAtbane. Laissons à présent parler le manifeste, texte cogité par le plasticien-chorégraphe Atbane et le chimiste-metteur en scène Henri Jules Julien.

« Informe » d'Ibn El Farouk
C'est à partir de la lumière qu'on s'aventure à tamiser ce qui éblouit. Et c'est le jaillissement sans forme aucune qui prend forme. Du coup, on s'évertue à regarder entre les lignes. Le travail d'Ibn El Farouk serait-il une menace de mort adressée à la photographie ambiante, à cette même photographie « classique » qui subit depuis bail de troublantes destructions techniques ? C'est à en rire, puisque quand on décide d'exécuter une cible, on ne l'informe pas du forfait, on le réalise. Ibn El Farouk choisit d'exécuter des transformations avec de stupéfiantes intrigues. « Informe » est structurellement difforme, subtilement difforme. Et c'est ce qui rend l'artiste-photographe bouleversement fébrile lorsqu'il est invité à phraser sur ses oeuvres.
Deux techniques, deux approches et c'est parti avant qu'il ne tousse pour ensuite repartir. Oui, il est passionné, oui il l'exprime avec forte exubérance. Et pour cela, il a de quoi plaider. Il déshabille le cliché pour plus tard le draper de multiples abstractions. Il est certainement le seul à pouvoir flirter avec la raison, la pure sienne.

L'« Ici et maintenant » de Mohamed Hamidi
Il y a un bel étourdissement et on ne sait à quel sein se vouer. Cette assertion serait-elle vierge d'arrières pensées ? Voire... Mohamed Hamidi demeure une belle brèche dans notre quotidien tumultueusement repli sur le ça et le moi. Ce tumulte s'inscrit dans le conservatisme démoli, dans le non-dit rageusement déconstruit. Hamidi est là pour tout nous dévoiler, d'une main de maître, d'une approche composite, d'un bouillonnement mêlé. Aucune inadvertance ne s'en dégage. Il est ce résistant qui agit sans jamais se subvertir. Et cela dure depuis une soixantaine d'années. Sans véritable discontinuité. Lorsqu'il «écrit» une oeuvre, les esprits se lèvent. C'est, finalement, à une idée de l'art qu'il nous invite à croire.
Quoique pour l'actuel accrochage, fruit d'une résidence à la Galerie 38, des panneaux découpés investissent une «ruelle» de l'espace prenant l'allure d'un boudoir, la scénographie les empêchant de se faufiler entre fresques et sculptures, les léguant à leur propre sort. Ainsi va «Ici, et maintenant», la couleur trônant avec majesté. Mohamed Hamidi ne cesse de flirter avec cet érotisme à l'esthétique caressant nonchalamment l'âme. Une poésie désarmante se dégage d'oeuvres méticuleusement suggestives. Elle vous tient pour ne plus vous lâcher. Ca versifie, ça prose, ça ankylose.
Anis HAJJAM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.