Immobilier: Les prix en hausse de 0,4% au T2    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 17 août 2022    Biden signe la loi sur la réduction de l'inflation    Selim Amallah décline une offre de l'Olympiakos    Mdiq-Fnideq: les efforts se poursuivent pour circonscrire l'incendie de la forêt "Kodiat Tifour"    Egalement influenceuse et actrice: Safia Tazi chante «Ghandirha»    «Al Majdoubia» remporte le Grand Prix du Festival Al Fida National de théâtre    Chtouka Aït Baha à l'heure du salon provincial de l'artisanat    Algérie-Espagne : Les relations commerciales toujours suspendues    Le SG de l'ONU jeudi en Ukraine pour une rencontre avec Zelensky et Erdogan    Cours des devises du mercredi 17 août 2022    Jeux de la solidarité islamique : Cinq médailles de bronze pour le Maroc    La bonne gouvernance s'étend à la société civile    Accidents de la circulation: 20 personnes décédées et 2.244 autres blessées    Forêt    Casablanca : Kidnapping, séquestration et viol : 10 ans de prison ferme pour un jeune voyou    Saisie de cocaïne à Rabat et d'ecstasy à Meknès    Jerada: trois morts par asphyxie au dioxyde de carbone dans un puits d'extraction de charbon    Découverte macabre à Fkih Ben Salah    A l'initiative du CRI : Souss-Massa se mobilise pour «Ouled Leblad»    Jerada : Trois personnes mortes asphyxiées dans un puits de charbon    Intérieur: vaste mouvement des agents d'autorité touchant 43% de l'effectif    Tunisie: la nouvelle constitution adoptée à près de 95% des voix    Universités marocaines : Grandes absentes du Classement de Shanghai    Mouvement de mutation dans les rangs des agents d'autorité, 1.819 agents concernés    Automobile : Le Maroc importe 1,1% de voitures espagnoles en 2021    Programme PRIM : 5 projets en matière de migration sélectionnés dans l'Oriental    «La Marocanité du Sahara, une vérité incontestable, le plan d'autonomie, un choix stratégique»    La tribu Ouled Dlim réitère son engagement au processus de développement régional    En attendant fin novembre prochain...    Au moins 50 morts depuis juin au Nigeria    L'armée se retire du Mali après plus de neuf ans d'intervention    Un film brésilien remporte le Léopard d'Or    La pièce « Al Majdoubia » de Sami Saâdallah remporte le Grand Prix    Casablanca / Film éducatif : « La dernière vague » décroche le Grand Prix    Khadija El Bidaouia rassure ses fans et garde espoir (VIDEO)    La Turquie annonce le départ de 5 navires supplémentaires de céréales ukrainiennes    20e édition de L'Boulevard : Le Tremplin du 23 au 25 septembre au R.U.C Casablanca    Crise sino-américaine : Mise en garde US contre les manœuvres chinoises "irresponsables"    Football : le tirage au sort de la Botola Pro D1 et D2 le 19 août    Tournoi feu Ahmed Ntifi : L'Oriental accueille la 34ème édition    Lions de l'Atlas. Adil Ramzi: «Je contacterai Ziyech, une fois nommé adjoint de Regragui»    Ligue des champions de la CAF (Dames) : L'AS FAR exemptée des éliminatoires zonales en cours (Agadir)    Immigration clandestine: L'UE alloue 500 millions d'euros pour soutenir le Maroc    Le jury du Prix international Booker 2023 présidé par la Franco-marocaine Leïla Slimani    Hakim Ziyech toujours une priorité d'Erik ten Hag    Kitesurf : La 7ème édition de «Dakhla Downwind Challenge» se poursuit jusqu'au 20 août    Afrique du Sud: Jacob Zuma bataille contre son renvoi en prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ecriture et infini : La mystique en littérature pour l'amour de soi et de l'autre
Publié dans L'opinion le 29 - 06 - 2022

Atmane Bissani s'est fixé comme objectif de déconstruire les visions folkloriques et simplistes liées aux mystiques. Il s'agit notamment de révéler l'apport de la mystique sur la littérature.
La notion de la « mystique » renvoie à un champ interdisciplinaire : celui des auteurs soufis de la tradition orientale et les poètes spirituels de la tradition occidentale. Il ne s'agit pas ainsi d'un champ réservé à la théologie, d'autant plus qu'il apparaît, comme l'explique Atmane Bissani, comme une langue mystérieuse de l'amour qui parcourt les siècles, les pays et les croyances. C'est surtout une mystique nietzschéenne qui ne se réduit pas à une dimension religieuse comme le montrent les oeuvres soumises à l'analyse d'Abdelwahab Meddeb, de Juan Goytisolo, de Driss Chraïbi, d'Abdelkébir Khatibi et de Zakia Zouanat.
L'auteur opère un dialogue perspectiviste avec un héritage des Renaissances de l'Orient et de l'Occident avec une approche interdisciplinaire ; il est conscient que l'interdisciplinarité peut révéler l'essence d'une « chose ». Dans cette optique, Atmane Bissani rappelle avec justesse qu'il n'y a pas une « connaissance qui puisse se traduire pleinement sans passer par l'expérience du lien, de la relation, du contact ». Une telle vision peut libérer l'imaginaire soufi et mystique de l'orthodoxie religieuse, ce qui l'ouvre aux différents horizons. Les mystiques optent pour le nomadisme en vue d'obtenir un dépassement de soi, c'est-à-dire de l'égocentrisme pour faire régner la tradition du « Xvarnah », soit la lumière divine.
Atmane Bissani montre qu'il y a chez ces auteurs un penchant pour la Weltliteratur, où chaque langue parle les autres et où chaque culture ne réprimande aucune autre puisque il n'y a pas une culture pure et originale. Autrement dit, toute culture est habitée par d'autres cultures. Les Awliyâ Allâh sont en quête de la lumière divine à travers la présence humaine. La contemplation de l'image de la femme à titre d'exemple leur octroie la vision théophanique.
C'est dans cette perspective qu'Abdelwahab Meddeb essaie d'examiner dans son oeuvre, Phantasia - comme présence de la chose en l'absence de sa matière (Al Kindi) - à travers le recours à la figure épiphanique, Aya. Ce roman est tributaire de l'héritage soufi. Le personnage-narrateur établit des rapports avec cette figure épiphanique en vue d'atteindre la lumière divine. Mais aussi une stratégie de rapprochement des cultures à travers le recours à des thématiques du rêve, de l'illusion, de la présence-absence, etc. Le personnage-narrateur est partagé entre plusieurs cultures et il incarne ainsi ce que Meddeb appelle la « double généalogie », une façon de déconstruire la « maison du dogme ».
Barzakh de Juan Goytisolo est le deuxième roman analysé par l'auteur en raison de sa dimension mystique omniprésente. Il souligne dès l'abord que ce roman fait de la mort une expérience mystique dans un style « sépulcral ». En créant une confusion entre l'imagination et la réalité, Goytisolo introduit son personnage dans un monde de transe, lequel lui permet de rencontrer son amie morte et qui lui « fait découvrir les dédales de l'au-delà ». Comme Phantasia, le rêve permet au narrateur de Barzakh de vivre l'expérience de la transe à travers le déchirement de barzakh qui sépare l'ici-bas de l'au-delà. La mystique est au fond une réaction « aimante » vis-à-vis de la haine et de la réduction de la religion au dogme.
C'est dans ce sens qu'Atmane Bissani tente de rappeler l'islam des origines à travers l'analyse abyssale de l'oeuvre de Driss Chraïbi, L'Homme du livre. Pour Atmane Bissani, le roman de Chraïbi est animé par l'appel de la mystique. Il rappelle justement que l' «islam est une tradition mystiquement pensante ». C'est dire que l'islam en tant que tradition spirituelle pourrait faire face au désastre. Pour reprendre la formule de Hölderlin, « Là où le péril croît, grandit ce qui sauve ».
La mystique peut réhabiliter la dimension humaine de l'Homme
Pour Atmane Bissani, l'amitié est profondément une expérience mystique et aimante. Il a analysé manifestement le thème de l'amitié dans l'oeuvre d'Abdelkébir Khatibi, auteur qui a fait de l'aimance un concept phare et une stratégie pour déconstruire l'intolérance. Ayant réhabilité ce concept de la tradition courtoise du Moyen Age, Khatibi fait partie de cette tribu des écrivains mystiques. L'amitié s'avère ainsi un exercice de l'altérité lorsqu'elle se place sous le signe de l'aimance. Celle-ci, comme attachement et détachement vis-à-vis de l'autre, facilite le passage entre l'amour et l'amitié.
La mystique incarne ainsi un visage lumineux de l'islam et des autres traditions religieuses. Chez ces écrivains proposés à l'analyse, les personnages sont souvent prédisposés à l'exil, à l'anéantissement (fanâ) et à l'amour inconditionnel à l'égard de l'Aimé, Dieu ; en bref, toute la littérature soufie est hantée par un registre amoureux. Il s'agit principalement d'une tradition de la reconnaissance et de l'amour. Ibn Arabi dit dans cette perspective : « L'Amour est ma religion et ma foi ».

Abdelouahed HAJJI
Université Sidi Mohamed Ben Abdellah
----
Atmane Bissani : Ecriture et infini. Essais sur la mystique en littérature - Editions Sagacita


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.