Mohamed Joudar élu nouveau Secrétaire général de l'UC    Pêche : Le Maroc et la Mauritanie signent un programme exécutif 2023-2024    SM le Roi félicite le Prince héritier d'Arabie Saoudite suite à sa nomination président du Conseil des ministres    L'équipe du Maroc remporte le titre du All Africa Golf Championship 2022 en Egypte    Championnats du monde de judo: La sélection marocaine y prend part    Tanger: Un Colombien interpellé par la DGSN    Annulation des vols de la RAM vers et depuis Ouagadougou du 1er au 2 octobre    L'Boulvart souhaite l'ouverture d'une enquête sur les témoignages de viols lors du concert    La Galerie Banque Populaire inaugure sa rentrée culturelle    Casablanca: La première soirée de L'Boulevard vire au chaos    La RAM annule ses vols de Casablanca vers une destination    Tunisie : La conseillère du chef du Polisario rencontre le chef d'un parti, proche de Saïed    فيروس كورونا: تسجيل 16 إصابة جديدة في 24 ساعة الأخيرة    Scandale. Des contrebandiers du Polisario coincés révèlent les noms de leurs complices hauts gradés de l'armée algérienne    L'Association Nationale des Eleveurs Ovins et Caprins tient son AG à Meknès    Burkina: déploiement de militaires à Ouagadougou après de nouveaux tirs    Urbanisme : Le CESE plaide pour un aménagement durable du littoral    Elections au Québec: Le chef d'un parti exclut deux candidats pour des propos antimusulmans    Vingt individus interpellés pour liens présumés avec un réseau d'immigration illégale    Covid-19/Maroc : 3.087 PCR réalisés en 24H    Plus de six tonnes de chira incinérées à Dakhla    Le Maroc présentera sa candidature pour l'organisation de la CAN-2025 de football    Victoire historique de nos Lions équipe Amputé!    Diaspo #258 : Fattah Abbou enseigne la musique amazighe aux Américains    Institut Choiseul. Qui sont ces 12 Marocains dans le top 100 meilleurs Africa 2022    Rabat, Kénitra, Meknès, Ifrane...les dernières hauteurs de pluie au Maroc    Carburant. Baisse des prix à la pompe, dès ce samedi 1er octobre    Opération non-notifiées : le Conseil de la Concurrence durcit le ton et enchaine les sanctions    Délais de paiement : Détails du nouveau projet de loi adopté par le gouvernement    Botola Pro D1 "Inwi" (4è journée): Résultats et classement    CAF - CAN 2025 : L'organisation retirée à la Guinée, le Maroc serait parmi les candidats    Nouakchott: Sadiki reçu par le Premier ministre mauritanien    Aérien: levée des restrictions sanitaires à l'entrée du territoire marocain    Les Lionnes de l'Atlas participent à un tournoi en Espagne    Burkina Faso: les tirs ont repris dans la zone résidentielle de la présidence    Les camps de Tindouf sont totalement abandonnés par l'Algérie « dans des conditions scandaleuses »    Gasoil/essence: le gouvernement travaille sur les recommandations du Conseil de la concurrence    Message de félicitations du roi Mohammed VI à l'émir du Koweït    Nord Stream : les fuites sur les gazoducs dues à des explosions menées avec «des centaines de kilos» de TNT    Symphonyat 2022. « L'art n'a pas de religion »    Conseil de gouvernement : Le mandat des membres du CNP prorogé de six mois    Juan Vivas appelle au maintien de l'obligation de visa pour tous les Marocains se rendant à Ceuta    Amine Harit : "Mettre du rythme" face à Boufal, Ounahi et Salama    Festival du court métrage de Marrakech : «Ultimate Ink» de Yazid El Kadiri primé    Jazz au Chellah : Un concert d'ouverture inédit avec Arifa, Soukaina Fahsi et Aziz Ouzous    L'Institut français de Tanger expose ses priorités    Exposition de l'artiste-peintre Aziz Arbaoui du 1er au 15 octobre à Béni Mellal    Armement/CAATSA : 27 députés américains demandent des sanctions économiques contre l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Invasion en Méditerranée : Les algues brunes à l'assaut des plages marocaines !
Publié dans L'opinion le 07 - 08 - 2022

Introduites accidentellement, des algues brunes nauséabondes et invasives colonisent progressivement les plages méditerranéennes marocaines, espagnoles et portugaises.
Les plages dorées de la région portugaise de l'Algarve ont depuis quelques jours été complètement envahies par des tonnes d'algues brunes qui indisposent les estivants. Classée par l'Union Européenne comme « espèce exotique envahissante », cette algue non-indigène (Nom scientifique : Rugulopteryxokamurae) a été signalée en 2015 sur les côtes andalouses espagnoles. Certaines sources décrivent une prolifération qui aurait d'abord débuté dans les plages de Sebta avant de se propager et de gagner les plages de Tarifa, Malaga et Grenade.
Ainsi, selon le média espagnol El Pais, plus de 5.000 tonnes de ces algues brunes ont été ramassées dans la plage de Sebta dès 2015. Du fait de sa ressemblance avec d'autres espèces méditerranéennes, les scientifiques estiment que l'apparition et la prolifération de cette espèce invasive auraient pu se dérouler pendant plusieurs mois sans pour autant être signalées. Pourtant, les impacts négatifs de cette algue sont potentiellement graves.
Faune locale en danger
À ce stade, les biologistes assurent que l'espèce n'est pas toxique pour l'Homme. Ses conséquences sur la faune aquatique locale sont en revanche très inquiétantes. Une étude menée dans la zone marine protégée de Jbel Moussa entre 2015 et 2019 a, par exemple, pu établir que ces algues brunes se sont développées rapidement au détriment de l'habitat coralligène dont la structure a été altérée à cause de la régression d'autres espèces locales.
« Ces espèces sont sensibles à l'augmentation de la température de l'eau et subissaient déjà une régression progressive en raison des perturbations anthropogéniques (dues aux activités humaines, NDLR) et des invasions biologiques précédentes. Tous ces facteurs ont pu réduire la concurrence de niche dans la zone et favoriser les impacts causés par Rugulopteryxokamurae dans la zone », soulignent ainsi les auteurs de l'étude qui pointent par ailleurs « la nécessité d'une réponse administrative rapide pour augmenter les efforts d'atténuation sur cet habitat protégé ».
Impacts sur la pêche
Face à la récente apparition des algues brunes sur leurs côtes, les pêcheurs portugais n'ont pas manqué d'exprimer leur inquiétude. « Les algues peuvent s'infiltrer dans les filets et faire en sorte que ces derniers n'attrapent pas de poissons », a expliqué au micro d'Euronews Fábio Matos, de l'Association des pêcheurs de Barlavento au Portugal.
En raison de sa texture, cette algue brune n'est pas consommée par les poissons et sa prolifération n'est donc pas contrôlée. Ainsi, aux autres espèces invasives qui ont déjà altéré les équilibres de la mer Méditerranée, s'ajoutent également ces algues qui gâchent le plaisir des baigneurs et des promeneurs. Selon les spécialistes, l'algue serait arrivée en Méditerranée en s'accrochant aux coques des navires ou dans les eaux de ballast (utilisées à bord des bateaux pour les stabiliser avant d'être déversées à leur arrivée dans un port). Son apparition au niveau des côtes du Détroit de Gibraltar n'est de ce fait pas anodine au vu du fort trafic maritime que connaît la zone.
Mesures urgentes
« L'état actuel de prolifération de cette espèce exotique envahissante au niveau des côtes et plages méditerranéennes marocaines n'est pas encore établi avec précision. Au vu de son impact négatif sur la faune et la flore aquatiques au niveau des aires protégées marines, mais également sur le tourisme et les activités de pêche, il serait judicieux de mettre en place une cartographie précise pour faire le suivi de la prolifération », estime pour sa part Houcine Nibani, biologiste et président de l'Association de Gestion Intégrée des Ressources (AGIR).
« Au vu également de la croissance du trafic et des introductions accidentelles d'espèces exotiques, il est vital de multiplier les dispositifs de prévention en renforçant notamment les mesures de contrôle du déballastage des navires. Autrement, en tenant compte de la taille et des spécificités de la mer méditerranéenne, il reste difficile de lutter contre l'apparition d'espèces invasives sans mettre en place un effort collectif et coordonné qui implique un maximum de pays riverains », conclut la même source.
Oussama ABAOUSS
Repères
Poissons-intrus
Les algues exotiques en provenance d'autres contrées marines ne sont pas les seules à envahir la Méditerranée. Plusieurs espèces de poissons sont également de plus en plus signalées, principalement en provenance de la Méditerranée orientale en raison de la connectivité avec la mer Rouge à travers le canal de Suez. Les scientifiques évoquent le nombre de 900 espèces exotiques différentes, qui ont commencé à coloniser les côtes de la Méditerranée orientale, dont certaines sont extrêmement toxiques pour l'Homme.

Crabe bleu
Le crabe bleu est une espèce qui, depuis quelques années, a fait son apparition au niveau des côtes méditerranéennes marocaines. Ce crustacé est également réputé pour son impact négatif sur la biodiversité autochtone. Détecté pour la première fois sur la côte espagnole en 2012, puis en France en 2014, le crabe bleu est originaire d'Amérique du Nord. À noter que le coût économique des invasions d'espèces exotiques envahissantes dans le bassin méditerranéen est estimé entre 1990 et 2017 à plus de 27,3 milliards de dollars.
L'info...Graphie
Dégâts
Une espèce qui modifie profondément les habitats naturels

Les algues brunes qui sont actuellement en train de coloniser les écosystèmes méditerranéens sont originaires de la mer de Chine méridionale. Leur prolifération s'est également étendue au niveau de l'océan Atlantique puisque leur présence a été signalée dans l'archipel des Açores.
Selon les naturalistes portugais, l'algue brune a « profondément modifié l'habitat côtier des Açores dans les zones où elle s'est déjà établie. En seulement deux ans, elle a réussi à devenir l'espèce dominante sur le littoral ». En plus de ses capacités d'adaptation, l'algue brune a trouvé dans les écosystèmes marins méditerranéens les conditions idéales pour une croissance rapide. Si sa présence sur les plages incommode les baigneurs, sa dégradation peut également être source de nuisances olfactives à cause de l'hydrogène sulfuré qui résulte de sa décomposition.
Selon les médias espagnols, le gouvernement andalou a mis en place un fonds au bénéfice des pêcheurs afin de compenser les pertes occasionnées par l'algue qui envahit les filets et détruit l'habitat d'espèces comme le calamar et l'araignée de mer.

Coopération
Les ports méditerranéens s'allient contre les déballastages sauvages

Financé par l'Union Européenne, le projet ILIAD intègre une composante de contrôle des eaux de ballast à travers des dispositifs innovants qui seront testés au niveau de plusieurs ports méditerranéens.
« Au Maroc, ce projet est coordonné par l'Observatoire Odysséa de l'Association de Gestion Intégrée des Ressources (AGIR). L'implication de plusieurs ports méditerranéens est le seul moyen de mettre en place une lutte coordonnée contre les pratiques de déballastage qui peuvent introduire accidentellement des espèces invasives. Dans sa dynamique de prolifération, une algue exotique invasive, par exemple, ne s'embarrassera pas de considérations frontalières. C'est pour cette raison que le projet ILIAD met à contribution plusieurs infrastructures, notamment les ports de Valence, de Valencia et de Tanger Med », explique Houcine Nibani, président de l'AGIR.
L'objectif vise à terme de généraliser les protocoles et les bonnes pratiques qui permettront d'atténuer les risques d'apparition d'espèces invasives. « Une autre composante de ce projet se penche sur la mise en place d'un travail participatif d'identification et de suivi des espèces invasives déjà présentes », poursuit Houcine Nibani qui espère que le bon esprit de collaboration sera au rendez-vous.
« C'est un chantier vital dont le succès repose sur l'implication d'un nombre élevé de parties prenantes. Au vu de la qualité des institutions nationales, il est certain qu'une dynamique de travail en bonne intelligence se mettra en place, car l'enjeu en question est d'intérêt public », conclut le président de l'AGIR.

3 questions à Houcine Nibani, président de l'AGIR
« Le ramassage systématique de ces algues peut donner de bons résultats pour peu que l'on trouve des moyens de valorisation »

- Existe-t-il des solutions pour éradiquer les algues brunes invasives des côtes méditerranéennes marocaines?
- Comme pour toutes les autres espèces invasives dont la prolifération engendre un impact écologique et économique, il est toujours beaucoup moins coûteux d'investir dans la prévention. Il existe bien évidemment des mesures curatives qui peuvent être mises en place. Le ramassage systématique de ces algues peut donner de bons résultats pour peu que l'on puisse trouver des moyens de valorisation. Pour cela, il faut d'abord commencer par bien étudier la dynamique de prolifération ainsi que les interactions de cette espèce avec l'écosystème marin.
- Comment faire pour mieux contrôler le déballastage des bateaux au vu de l'importance du trafic et des coûts pour mettre en place des stations dédiées ?
- Notre association a déjà entamé un projet qui vise à participer à la mise en place de solutions efficaces et accessibles en partenariat avec d'autres ports, notamment celui de Valencia en Espagne. Il existe actuellement des techniques pour imposer aux navires de faire leur déballastage d'une manière contrôlée et moins coûteuse que les stations et infrastructures qui nécessitent des investissements colossaux. Il existe également des fonds qui sont disposés à participer au financement et la mise en oeuvre de ces solutions, au Maroc notamment.
- Que manque-t-il alors pour renforcer les dispositifs existants avec ces nouvelles solutions ?
- La mise en oeuvre de ce genre de projet est un travail collectif qui doit impliquer une multitude de parties prenantes. Il y a eu une belle dynamique qui avait été entamée il y a quelques années dans ce sens par rapport à ce sujet particulier. Au vu de l'urgence que nous impose la prolifération des algues brunes ainsi que d'autres espèces invasives tout aussi destructrices, j'espère que le travail commun pourra rapidement reprendre et aboutir.
Recueillis par O. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.