CMC: La campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    Météo/Maroc: temps généralement stable ce jeudi 13 mai    M'diq-Fnideq: Madaëf soutient les porteurs de projets touristiques    Botola: Remontada de l'AS FAR face au MAS    Botola: le Raja accroché (1-1) par le FUS (Vidéo)    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    Baccalauréat 2021: Le MEN publie les cadres de référence actualisés des examens certifiants    Agadir: la veille de l'Aid, les autorités mobilisées pour le respect des mesures préventives (Photo)    Aïd Al-Fitr au Maroc: un virologue craint un « remake » du scénario de l'Aïd Al-Adha    Lions de l'Atlas : Le Maroc affrontera le Ghana et le Burkina Faso en amical    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    Streaming musical: Spotify améliore les options de partage pour les réseaux sociaux    Ramadan : Thomas Pesquet souhaite bonne fête aux Musulmans avec une photo de la Mecque vue de l'espace    Liga : Youssef En-Nesyri s'offre son 18ème but face au FC Valence    Le Maroc place la question palestinienne au même rang que sa cause nationale (El Otmani)    Aïd Al Fitr: Grâce royale au profit de 810 personnes    Officiel : Grâce Royale au profit de certains détenus du Hirak du Rif    Le Barça trébuche à Levante, le faux-pas de trop ?    Oualid El Hajjam vise un retour en sélection !    Mme Bouayach: Le travail de mémoire pierre angulaire dans les politiques de garantie de non-répétition    Manchester City tient son titre, la C1 dans le viseur    «Aywad»: un hymne à la vie    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 12 mai 2021 à 16H00    Covid-19: maintien du couvre-feu de 20h à 6h durant les jours de l'aid el fitr    Aziz Rabbah : Le Maroc dépassera 52% de son mix énergétique en 2030    Le PPS condamne l'agression contre la Palestine    Conseil de Gouvernement : Approbation de projets de décrets fixant les dates des échéances électorales    Journée internationale des musées : ouverture exceptionnelle et gratuite des musées affiliés à la FNM    Amrani: Modeste jusqu'au bout du pinceau    Messagerie : WhatsApp largement en tête au Maroc    Affaire Brahim Ghali : un appel urgent exhorte la justice espagnole à mettre fin à l'impunité    Marché des changes (3-7 mai): l'écart de liquidité à son plus bas historique    D'un patrimoine immatériel à un écosystème générateur d'emplois et de richesse    Aid El Fitr 2021: voici la date de la fin du Ramadan au Maroc    CMC : la campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    UEFA: enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Tan-Tan : saisie de 6,5 tonnes de chira, cinq individus interpellés (photos)    M. Bourita s'entretient avec son homologue ivoirienne    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il tue à coups de couteau le présumé violeur
Un adolescent se fait justice en vengeant son frère de 8 ans violé
Publié dans L'opinion le 16 - 12 - 2009

Un crime a été commis vendredi soir 11 décembre à Ain Chok. Un adolescent de 15 ans environ tue à coup de couteau un homme âgé de trente ans environ. Ce dernier, handicapé d'une jambe, était accusé d'avoir violé le frère de l'agresseur. L'homme de trente ans est décédé des suites de ses blessures. L'adolescent a tenu à se faire justice lui-même.
En effet à la suite de la plainte pour viol de l'enfant M.Kh. âgé de 8 ans né le 25-11-2002, le mis en cause a été relaxé par la chambre 2 d'instruction près la cour d'appel de Casablanca et aucune audience n'a été désignée pour ce dossier.
Ce dernier était pourtant renforcé par un certificat médico-légal de l'hôpital Ain Chok Mohamed Sekkat datée du 6 octobre 2009, soit au lendemain de l'agression survenue le 5 octobre et qui constate à l'examen proctologique des « fissurations anales, traumatisme faciale et stresse post-traumatique... » et donne 25 jours d'ITT. Un autre certificat médicolégal est donné par l'Institut de médecine légale du Centre hospitalier en date du 8 octobre soit trois jours après les faits donc assez tardif.
L'adolescent tueur a été arrêté ainsi que son père Khaldi Said et une enquête judiciaire a été ouverte.
Dans un article précédent daté du 20 octobre nous nous faisions écho de la plainte du père de l'enfant de 8 ans :
« Je veux que justice soit rendue à mon fils, le coupable a été relaxé par le juge d'instruction » nous disait M. Khaldi Said, gardien dans une banque et père de 4 enfants. Il racontait que son fils a été violé par un homme d'une trentaine d'années dans un terrain vague à Ain Chok et qu'après enquête de la police et présentation devant le parquet de la cour d'appel, le juge d'instruction a remis en liberté le mis en cause.
« Je revenais de mon travail car je ne travaille pas l'après-midi du lundi quand j'ai vu mon fils sortant d'un terrain vague voisin de notre quartier. Je lui ai demandé ce qu'il faisait là et il m'a dit que notre voisin l'a attiré de force dans cet endroit désert et l'a violé » Le même jour de la présentation devant le juge d'instruction, le père de famille a découvert deux autres familles qui vivent la même situation : enfants violés et mis en cause relaxés. Les familles se sont mises en sit-in devant la cour d'appel.
« Touche pas
à Mes enfants » s'insurge
Dans un communiqué l'association « Touche pas à mes enfants » à propos du meurtre de Ain Chok, rappelle qu'elle n'avait cessé de « dénoncer et d'organiser des sit-in de protestation pour l'arrestation et le jugement devant les tribunaux des violeurs d'enfants mais qu'elle ne trouvait pas d'écoute. Elle rappelle aussi que les dénonciations des failles de la machine de justice « n'intervenaient pas tout juste pour de la surenchère mais plutôt pour attirer l'attention de l'opinion publiques et de la Justice en particulier sur les lenteurs des procédures de justice pour dévoiler la vérité, écrouer le mis en cause et le sanctionner selon les dispositions de la loi en vigueur.
« Ce qui est arrivé le vendredi 11 décembre à Ain Chok où un garçon de 15 ans qui tue à coup de couteau un homme de trente ans parce qu'il avait violé son frère âgé de 7 ans, prouve le bienfondé de l'action de l'association », poursuit le même communiqué. Ce dernier revient sur les faits en rappelant que l'enfant Mouad, né en 2002 a été violé avec violence pour la troisième fois par le nommé Khalid. Après la plainte de la famille qui a présenté des certificats médicolégaux prouvant l'agression sexuelle avec fissurations anales, la procédure judiciaire a pris son cours. Mais la famille devait être par la suite surprise par la relaxation de l'accusé. La famille de la victime, accompagnées de trois autres familles qui furent elles-mêmes consternées par la relaxation des mis en cause accusés de viol de leurs enfants, se sont mises en sit-in, de manières spontanée devant la cour d'appel de Casablanca. Les choses sont restées en l'état pendant plus de deux mois jusqu'à la survenue de ce contre quoi l'association Touche pas à mes enfants a toujours lancé ses mises en gardes. C'est-à-dire que les proches des victimes se fassent justice eux-mêmes.
Le même communiqué poursuit que l'association Touches pas à Mes Enfants condamne le viol de l'enfant Mouad, ainsi que la lenteur de la justice dans cette affaire car si la procédure judiciaire avait suivi son cours normale le meurtre aurait été évité. Dans son communiqué l'association demande l'activation des procédures de justice contre les violeurs d'enfants et leur condamnation suivant les dispositions du code pénal et surtout ne pas les remettre en liberté pour les protéger contre des réactions violentes des familles des victimes qui considèrent la mise en liberté des violeurs comme une provocation contre eux et leurs enfants


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.