Mohamed Benchaaboun s'entretient avec Federica Mogherini    Grève en Tunisie: RAM a annulé les quatre vols Casablanca-Tunis de ce jeudi    BAD : La croissance économique de l'Afrique se situera à 4 % en 2019    Brexit: Theresa May entame une série de pourparlers avec l'opposition    Urgent – Rivaldo rejoint le staff du Chabab Mohammedia    Réforme de l'enseignement. Le bilan d'étape    Actions Maroc Telecom : Attijari Global Research conseille l'achat    Comment combattre les inégalités ?    Quand la Perruche se pose à Casablanca!    Tunisie : Une grève générale paralyse le pays    Tennis : Matchs truqués, une quarantaine de joueurs ciblés    4ème Rencontre internationale des artistes de Fès    Mise en œuvre d'une convention de financement de projets de sauvegarde du patrimoine archéologique    Exposition «Figural» de Hamid Douieb à Rabat    Oléiculture dans l'Oriental : Un accroissement important en termes de superficie    Diapo : Infantino chausse les crampons pour un match à Marrakech    En hommage à cette figure de proue du football national : Une avenue de Fès rebaptisée au nom de Feu Hamid El Hazzaz    Le Zamalek s'accroche au Marocain Hamid Ahaddad    ONCF : Mise en place d'un plan "Spécial Vacances"    UNE MAJORITE BIEN FRAGILE    L'accord agricole, une nouvelle étape dans les relations Maroc-UE    Driouch : Une secousse tellurique de 3,7 degrés a été enregistrée    Fisc, douane et commerçants trouvent un consensus    Omar Sy? « Bof! »    VIDEO - Lyon : Explosions et incendie sur un campus du Domaine scientifique    Lancement du programme Taqaddam : L'automobile grande bénéficiaire    Le groupe scolaire Jacques Chirac voit le jour à Rabat    Partis : Qui êtes-vous ?    La Fondation ‘‘Triple A'' voit le jour    Le Canada prévoit d'accueillir plus d'un million d'immigrants d'ici 2021    La CPI suspend la remise en liberté de Laurent Gbagbo    Casablanca : Un inspecteur de police use de son arme pour arrêter trois malfrats    Enseignement, un bilan et des milliards!    Le Parlement européen adopte l'accord agricole avec le Maroc    Edito : La conduite du changement    Insolite : Invasion de phoques    Election du juge marocain Mustapha El Baaj à un mécanisme du Conseil de sécurité    CAN 2025 : La piste de la co-organisation mise en avant    Les internautes plus âgés partagent davantage d'infox    Signature d'une convention de partenariat entre l'AREF et le Groupe l'Etudiant marocain    Dakhla fin prête pour le challenge sportif et solidaire "Sahraouiya"    Divers sportifs    La Coalition contre la peine de mort tient son assemblée générale à Rabat    Inauguration d'un espace dédié à la mémoire de la résistance et de la libération    Les Palestiniens, en quête d'un statut d'Etat membre de l'ONU, prennent la tête du G77    French Montana s'attire les foudres des Américains    Le rappeur MHD en garde à vue pour une affaire de meurtre    Alicia Keys présentera la cérémonie des Grammy Awards    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Goulmima : Carnaval d'Achoura ou la nuit la plus festive
Publié dans L'opinion le 30 - 12 - 2009

La fête d'Achoura revêt un goût particulier à Goulmima (66 km au sud d'Errachidia) avec son carnaval qui a fait revivre, ce weekend, la ville aux rythmes et aux déguisement de cette tradition symbolique de portée culturelle et significative. La population persiste ainsi à célébrer et à pérenniser une tradition judéo-berbère séculaire.
Chacun y va de son potentiel créatif : la majorité des masques est confectionnée sur place à base de peau de moutons et de chèvres. Les préparatifs ont lieu quelques jours avant le carnaval.
La troupe d'Addi, artiste sculpteur habitant le Ksar de Goulmima, prend cette année le devant de la scène. Ses membres s'entraînent intensément au Mellah, lieu chargé d'histoire abritant depuis le 18-ème siècle des familles judéo-berbères.
«Notre objectif n'est autre que de pérenniser cette coutume ancestrale et semer la joie parmi les Iguelmimen, en attendant que les festivités du carnaval soient prises en compte par les instances compétentes», lance Addi, dans un joli code-switching alternant le français, l'amazigh et le dialecte marocain.
Portant une trempette bronzée, ce quadragénaire ajoute qu'»il est important d'ériger cette festivité en un rendez-vous phare, afin de promouvoir le tourisme dans la région». Inondée dès le début de la soirée par une foule en liesse, «Inourir», la place centrale du Ksar, a été investie par les habitants parés de masques sont difficilement reconnaissables.
L'on s'habille de costumes de toutes les couleurs, et l'on porte des «objets» plus ou moins bizarres. Une véritable parade au devant la porte du Ksar dont une grande partie vient d'être retapée. Dans cette ambiance bon enfant qui dure jusqu'à une heure tardive, le spectacle est varié.
Des «one man shows» ainsi que des parodies collectives sont jouées sans organisation aucune, sinon spontanée. La liberté du ton est grandement tolérée. Chacun s'exprime sur les sujets qui lui tiennent à coeur. Quelques exagérations sont possibles, mais c'est juste l'exception qui confirme la règle. Le public de tous les âges se mêle aux protagonistes. Certains essayent de reconnaître les leurs, grâce à leur voix, leur taille ou un signe quelconque. Rares ceux qui réussissent, tellement le déguisement est quasi-parfait.
Les principaux protagonistes célébrés lors de l'Achoura sont Moshé, «Moise» chez les juifs, symbolisant le pouvoir d'un côté et «Biha», femme signe de beauté et de richesse. Un seul refrain revient dans tous les chants : «Oh eaux d'Iguelmimen coulez assez fort, et permettez aux jeunes d'abreuver leurs poulaines».
Le troisième personnage est «Ahezzan» chargé de faire rire la foule, c'est en quelque sorte le clown de la cérémonie. Le Carnaval attire aussi les habitants des douars voisins, plusieurs visiteurs nationaux et même internationaux. Parmi eux des fidèles, tel ce fils du terroir, Ali Karach, programmant toujours son congé en cette période d'Achoura. «Je viens de Belgique pour participer au carnaval, et je n'ai bien évidemment pas oublié mon masque préféré, les autres accessoires sont disponibles sur place», dit ce quinquagénaire, déguisé en vieil homme bossu.
Outre le carnaval, les fêtes d'Achoura offrent aux enfants une place de choix. Après avoir reçus le «taklout», sorte de panier en palmes contenant du couscous, un oeuf dur et un morceau de viande séchée, garçons et filles font le tour des étroites ruelles d'un ksar abritant près de quatre cent familles, demandant la baraka d'Achoura. Les gens de Goulmima préservent aussi le traditionnel couscous en viande séchée préparé pour le dîner.
«D'emblée, les étrangers sont avertis que tous les foyers servent très tôt le dîner, pour se vaquer aux festivités», fait préciser Rabha, l'une des femmes qui aiment également se déguiser, contrairement à la coutume. Certes, la tradition veut également que la fête d'Achoura comprenne également des jours de mensonge toléré, de R'ba (abstinence d'approcher les stocks et d'asperger les autres) et de la Baraka (aumône, dons). Mais, c'est, bel et bien, la nuit du carnaval qui reste la plus vivante, la plus festive et la plus longue.(MAP).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.