Immigration clandestine: L'UE alloue 500 millions d'euros pour soutenir le Maroc    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Marhaba 2022 : Le port de Ceuta se prépare au pic de la phase retour    L'Arabie saoudite autorise tous les détenteurs de visa à accomplir la Omra    Jeux de la solidarité islamique : Deux médailles d'argent pour les judokas marocains    M'diq : Arrestation de quatre individus soupçonnés d'avoir délibérément déclenché un incendie en forêt    Revue de presse quotidienne de ce mardi 16 août 2022    Le jury du Prix international Booker 2023 présidé par la Franco-marocaine Leïla Slimani    Tagzzayt : Un film documentaire d'Hussein Hanin qui déchiffre les symboles des tatouages Amazighs    Kitesurf : La 7ème édition de «Dakhla Downwind Challenge» se poursuit jusqu'au 20 août    Ligue des champions d'Europe: Le PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers, le Benfica à Kiev    CAN Maroc U23 : Le Tirage au sort des éliminatoires jeudi au Caire    Botola Pro D1 – D2 : Le tirage au sort prévu le 19 août    Le CRI Béni Mellal-Khénifra lance une série de webinaires    Soutien public complémentaire aux partis politiques    Les tatouages amazighes au coeur du film documentaire « tagzzayt »    Casablanca : 2 ans de prison ferme pour un escroc récidiviste    Yessef appelle en Tanzanie au renforcement de la coopération entre les oulémas africains    Dette intérieure : Un encours de 666,1 milliards de dirhams à fin juillet    Dounia Batma répond avec subtilité aux excuses de son mari (VIDEO)    Zina Daoudia exalte son milliard de vues    1er Festival «Phénomène des groupes musicaux» à Hay Mohammadi    «La femme au colt 45» de Nabyl Lahlou au Théâtre national Mohammed V de Rabat    HCP. 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes    L'agresseur de Rushdie métamorphosé après un voyage au Liban, selon sa mère    Découvrez le Galaxy Z Flip4 et le Galaxy Z Fold4, les smartphones révolutionnaires de Samsung    Feux : quatre suspects accusés d'être des pyromanes arrêtés au nord du Maroc    Visas refusés : quand Hélène Le Gal tombe dans son propre piège    Un tribunal condamne une militante à deux ans de prison pour insulte à l'islam    Incendie de forêt à Mdiq: Trois membres de la Protection civile morts    Incendies à Cabo Negro : trois pompiers décédés    Cours des devises du mardi 16 août 2022    Le Maroc félicité par l'Union Africaine    Afrique du Sud: Jacob Zuma bataille contre son renvoi en prison    Job    Météo: les prévisions du mardi 16 août    Le Celtic pense toujours a Ryan Mmae    Incendie d'une église au Caire : le Souverain présente ses condoléances au président égyptien    Hommage à Fatima Boubekdi à Ifrane    CAN Maroc-2023 (U23) : Le tirage au sort des éliminatoires prévu le jeudi au Caire    William Ruto élu président du Kenya    Des parlementaires américains à Taïwan, la Chine relance ses manoeuvres    Maroc-UE: 500 millions d'euros pour faire barrage aux harragas    "Dakhla Downwind Challenge" : Coup d'envoi de la 7ème édition    Le dessin de presse orphelin : Jean-Jacques Sempé tire son dernier trait [Par Belaïd Bouimid]    Le Maroc félicité par le CPS pour la réussite de la formation destiné aux observateurs électoraux de l'UA    La récupération d'Oued Eddahab, une étape riche en nobles valeurs de patriotisme    Tanzanie : La Fondation Mohammed VI des Ouléma remet les prix de la 3e édition du concours coranique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le conseil des sages est-ce la solution 
Les vrais partenaires de la grande crise de l'IRT
Publié dans L'opinion le 18 - 01 - 2010

L'état de « santé » de l'IRT se détériore. L'équipe qui inquiète, est menacée non seulement de relégation chez les amateurs avec les petits clubs du « bled », mais de disparition. Il paraît que personne n'en veut à Tanger vu les milliers et les millions de dirhams qu'elle a engloutie ces dernières années sans aucun résultat positif.
Ni la montée en première division, ni la formation de nouveaux joueurs, les deux grands objectifs footballistiques, n'ont été atteints. Dix sept entraîneurs en cinq saisons sans toutefois compter les vingt encadreurs des catégories inférieures, un triste bilan qui prouve bien qu'il existe une instabilité technique à tous les niveaux. En outre, l'école de football, qui était l'espoir de la ville, est un fiasco sur plusieurs plans. Parallèlement au domaine technique, le domaine financier mérite la réflexion et les deux milliards de centimes dépensés en cinq années sont là pour témoigner. Le problème est sans aucun doute une question de mauvaise gestion. Actuellement, gérer un club, c'est gérer une grande entreprise.
En cas d'échec de la gestion administrative, c'est toute l'entreprise qui échoue. Conclusion de toute cette réflexion, il y a échec du comité actuel qui a passé un mandat de quatre ans et qui s'apprête à continuer un deuxième mandat de même durée. Après la grève des joueurs, aucune solution n'a été trouvée.
L'équipe évolue toujours avec des juniors et en sept rencontres du championnat, elle n'a gagné qu'un seul tout petit point. Au lieu de remédier à la situation, les dirigeants tangérois engagent un nouvel entraîneur : Fakhreddine qui, à vrai dire, n'a rien à donner à l'IRT et personne ne sait comment il s'est aventuré à accepter le poste dans ces conditions ? La formation qui comptait jouer les premiers rôles de la compétition, vient de dégringoler de la première à la quatorzième place. Maintenant à l'heure de la trêve de la Botola II, laquelle va durer trois semaines, l'IRT cherche une solution à ses problèmes.
Intervention de la wilaya !
Ce que tout le monde attendait, ce que tous les supporters espéraient, est arrivé. Enfin, après une longue attente, il y a certes intervention de la wilaya. Qui dit une juste intervention de la wilaya a dit que l'IRT est un club qui appartient à toute la population tangéroise, un bien public. Le wali, qui est un fervent amateur de football, puisqu'il est un supporter du Raja et un sympathisant du MAS, a convoqué les « géants » de la balle ronde à Tanger. Les anciens présidents de l'IRT : Abdeslam Arbaïne, Mohamed Bouhriz, Larbi Bouras, Brahim Dahbi, Mohamed Khmosi (un oublié de marque l'ex-président Amine Lakhssassi !) ont constitué le conseil des sages, une sorte de commission de sauvetage. Tous veulent sauver ce qui peut être sauvé : Le maintien de l'IRT à Al Botola II et la préparation de la prochaine saison. Une cellule de réflexion qui va permettre à chacun des ex-présidents de rédiger un rapport sur les perspectives d'avenir de l'équipe. Mais en attendant leur travail, il faut impérativement sauver le présent : la formation ne peut terminer la saison en évoluant seulement avec les juniors.
Les faux adhérents
Le fond du problème IRT n'est autre que l'existence de « faux » adhérents. Pour appliquer les règlements de la FRMF, l'on se fait facilement des adhérents « entre amis ». La question qui se pose dans les milieux sportifs est la suivante : « L'IRT a-t-il vraiment des adhérents ? ». S'ils avaient existé, ils auraient évité toute cette dernière crise. L'on se demande pourquoi ils ne manifestent pas d'autant plus que dans toutes les assemblées générales, ils n'avaient que des paroles d'éloges envers le comité et rien que les applaudissements. La politique de « cirer les bottes » ne mène à nulle part et la conséquence est l'éventuelle disparition de l'IRT de la géographie footballistique du Royaume.
Le silence de la presse
sportive tangéroise
La presse sportive tangéroise était considérée comme l'une des meilleures du pays sur le plan objectivité.
Malheureusement, ces dernières années, elle a perdu sa crédibilité surtout avec le comité actuel. C'est la remarque qui vient d'être relevée dans une multitude de lettres des supporters de l'IRT, arrivées au secrétariat de l'association Tanger-Presse Sportive. En toute sincérité, ils ont tous raison. A vrai dire, mes collègues les journalistes et moi, nous avons failli à notre mission en évitant de dénoncer à temps le mal qui rongeait l'IRT. Peut-être avons-nous trop sympathisé avec les dirigeants ?
Peut-être aussi le « j'en ai ras le bol » de toute la presse sportive tangéroise en est-il la cause vis-à-vis d'un club avec beaucoup de problèmes ?
Le contrat du joueur
Les clauses du nouveau contrat imposé par la FMRF sont claires. Pour une période déterminée, le comité et le joueur s'engagent à les respecter avec deux points importants : Versement mensuel régulier des salaires et interdiction de grève ou absence au travail non justifiée.
Alors, selon la situation actuelle de l'IRT, ni l'un, ni l'autre n'ont respecté les consignes fédérales.
La FRMF et le ministère
de tutelle
Un autre silence nous vient de la FRMF et du ministère de tutelle. Aucune réaction des deux côtés en dépit des lettres envoyées aussi bien du comité que des joueurs de l'IRT. L'on se demande pourquoi le club évolue sous l'égide d'une Fédération qui est capable de prendre des décisions au moins pour le non-respect du contrat. Pourtant le football marocain se prépare au professionnalisme. Mais comment peut-on parler de professionnalisme si le football marocain n'est pas protégé ?
La responsabilité partagée
Cette réflexion sur la situation de l'IRT confirme bien que la responsabilité de la crise actuelle est partagée avec des partenaires de marque :
- le comité pour sa mauvaise gestion
- les joueurs pour leur grève
- les adhérents pour leur non intervention
- la presse sportive locale pour son silence
- la wilaya pour intervention tardive
- la FRMF et le ministère de tutelle pour le manque de protection du club.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.