Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Elections européennes: Et c'est parti…    Elections générales sud-africaines 2019: Quel impact sur le Maroc?    Le GAM dévoile sa vision 2022    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Episode 10 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie, mère de Jésus, dans le Coran    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Les 5 marques africaines les plus appréciées, selon African Business Magazine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    Le WAC cherche à plier la finale à Rabat    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    Les déficiences du football national!    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    2004: Les Lions en finale, meilleure performance après le sacre de 1976    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Lahoucine Aboudrar, le débonnaire!    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Conseil national de l'entreprise de la CGEM, focus sur la concurrence    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les frères Quaissi
CINE STAR
Publié dans L'opinion le 16 - 06 - 2012

Ce sont deux frères au parcours similaire. L'aîné Abdelkrim (52 ans) et le cadet Mohamed (50 ans) sont deux frères marocains originaires d'Oujda qui avaient décidé de suivre le même chemin, en embrassant une carrière sportive puis devenir acteurs. Ils sont arrivés à réaliser leurs rêves en devenant des célébrités aussi bien au Maroc qu'ailleurs. Et ils avaient tous les atouts pour le devenir.
Abdelkrim est grand comme un placard, il fait 1,88m, né à Oujda le 20 janvier 1960 mais il a grandi en Belgique. Mohamed est né le 12 septembre 1962 dans la même ville. En 1964, Abdelkrim et Mohamed suivent leurs père dans une banlieue parisienne d'abord, avant de rejoindre la Belgique quelques mois plus tard grâce à leur père qui leur a trouvé un logement et une école à Bruxelles. Ne prenant pas grand goût aux études, Mohamed a été formé en boxe au Centre National Sportif de Bruxelles. Parallèlement, il suit les cours de Karaté de Claude Goetz. C'est là qu'il rencontre, en 1975, Jean-Claude Van Damme qui devient son ami intime qui suivait la même discipline que lui. Leurs chemins vont se croiser pour ne plus se séparer. Ensemble ils se rendent aux Etats-Unis pour tenter de faire carrière au cinéma.
Abdelkrim choisit le dimininutif d'Abdel est engagé comme chasseur monstrueux dans "Attila au coeur de lion" (1990) et dès ce moment peut jouer loin de Van Damme après avoir servi de faire-valoir à ce dernier dans de nombreux films. Souvent dans des rôles de méchant, Abdel est le dernier vaincu face aux héros imbattables sous les allures de Van Damme ou même Roger Moore. Il joue ainsi dans "Shadow boxing", "The guest","The order" puis "Larme d'argent", des films mettant en valeur son physique nettement bien développé et surtout son habileté en arts martiaux.
Mohamed n'est pas tellement différent de son frère. Grand et pesant, il va commencer la boxe à l'âge de sept ans. Lui aussi va devenir l'ami de Van Damme, ami déjà de son frère. Sous le nom de Michel, il suit ce dernier en 1982 à Hollywood pour débuter une carrière d'acteur. Ils entament tous les deux leurs carrières dans "Break street" en 1984. Après une rencontre avec le producteur israélien Menahem Golan de Cannon Films Group, ils obtiennent un rôle dans le grand succès "Bloodsport".
Pour "Kickboxer" (1989), Michel Quaissi est d'abord chorégraphe. Il propose à la production d'engager de nombreux acteurs de type oriental et se propose comme combattant Muay Thai. La production accepte car Michel quaissi avait étudié le Muay Thai en Thailande bien avant cette date. Il enchaîne aux cotés de Jean-Claude Van Damme dans "Full contact" (1990) dans lequel il joue un légionnaire devant ramener Van Damme à la base militaire. On va le retrouver dans "Kickboxer 2" avnt de devenir réalisateur, monteur et cascadeur de "Terminator Woman" (1993).
Les frères Quaissi ont joué également dans des films réalisés par des cinéastes marocains même si à de rares occasions dans des rôles qui ne sortent pas du registre habituel notamment dans "Bouksas Boutfonaste", "Vengeance", "Road to Kabul", Un Marocain à Paris". Mais cette participation est loin de traduire leur prestance sur l'échiquier international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.