Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les frères Quaissi
CINE STAR
Publié dans L'opinion le 16 - 06 - 2012

Ce sont deux frères au parcours similaire. L'aîné Abdelkrim (52 ans) et le cadet Mohamed (50 ans) sont deux frères marocains originaires d'Oujda qui avaient décidé de suivre le même chemin, en embrassant une carrière sportive puis devenir acteurs. Ils sont arrivés à réaliser leurs rêves en devenant des célébrités aussi bien au Maroc qu'ailleurs. Et ils avaient tous les atouts pour le devenir.
Abdelkrim est grand comme un placard, il fait 1,88m, né à Oujda le 20 janvier 1960 mais il a grandi en Belgique. Mohamed est né le 12 septembre 1962 dans la même ville. En 1964, Abdelkrim et Mohamed suivent leurs père dans une banlieue parisienne d'abord, avant de rejoindre la Belgique quelques mois plus tard grâce à leur père qui leur a trouvé un logement et une école à Bruxelles. Ne prenant pas grand goût aux études, Mohamed a été formé en boxe au Centre National Sportif de Bruxelles. Parallèlement, il suit les cours de Karaté de Claude Goetz. C'est là qu'il rencontre, en 1975, Jean-Claude Van Damme qui devient son ami intime qui suivait la même discipline que lui. Leurs chemins vont se croiser pour ne plus se séparer. Ensemble ils se rendent aux Etats-Unis pour tenter de faire carrière au cinéma.
Abdelkrim choisit le dimininutif d'Abdel est engagé comme chasseur monstrueux dans "Attila au coeur de lion" (1990) et dès ce moment peut jouer loin de Van Damme après avoir servi de faire-valoir à ce dernier dans de nombreux films. Souvent dans des rôles de méchant, Abdel est le dernier vaincu face aux héros imbattables sous les allures de Van Damme ou même Roger Moore. Il joue ainsi dans "Shadow boxing", "The guest","The order" puis "Larme d'argent", des films mettant en valeur son physique nettement bien développé et surtout son habileté en arts martiaux.
Mohamed n'est pas tellement différent de son frère. Grand et pesant, il va commencer la boxe à l'âge de sept ans. Lui aussi va devenir l'ami de Van Damme, ami déjà de son frère. Sous le nom de Michel, il suit ce dernier en 1982 à Hollywood pour débuter une carrière d'acteur. Ils entament tous les deux leurs carrières dans "Break street" en 1984. Après une rencontre avec le producteur israélien Menahem Golan de Cannon Films Group, ils obtiennent un rôle dans le grand succès "Bloodsport".
Pour "Kickboxer" (1989), Michel Quaissi est d'abord chorégraphe. Il propose à la production d'engager de nombreux acteurs de type oriental et se propose comme combattant Muay Thai. La production accepte car Michel quaissi avait étudié le Muay Thai en Thailande bien avant cette date. Il enchaîne aux cotés de Jean-Claude Van Damme dans "Full contact" (1990) dans lequel il joue un légionnaire devant ramener Van Damme à la base militaire. On va le retrouver dans "Kickboxer 2" avnt de devenir réalisateur, monteur et cascadeur de "Terminator Woman" (1993).
Les frères Quaissi ont joué également dans des films réalisés par des cinéastes marocains même si à de rares occasions dans des rôles qui ne sortent pas du registre habituel notamment dans "Bouksas Boutfonaste", "Vengeance", "Road to Kabul", Un Marocain à Paris". Mais cette participation est loin de traduire leur prestance sur l'échiquier international.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.