Vidéo. Voici la déclaration de Mezouar qui lui a attiré les foudres du gouvernement    La Journée sans voiture laisse un écho favorable chez les casablancais    Tunisie : Kais Saed vainqueur de la Présidentielle    Averses orageuses fortes avec chute de grêle et rafales dans plusieurs provinces du royaume    World Policy Conference 2019 : Ce qu'a dit Mezouar sur l'Algérie…    Salaheddine Mezouar annonce son départ de la CGEM    CGEM : Mezouar annonce sa démission    Le chapitre Mezouar fermé, que se passera-t-il à la CGEM ?    Zagora : clôture du 7ème Festival international du conte et des arts populaires    Emouvantes obsèques à Seddina «Tétouan» d'Abderrahmane Karkich    Agir pour un tourisme créatif!    Transport de marchandises : les professionnels suspendent leur sit-in    Sahara: des pétitionnaires latino-américains mettent en avant l'initiative marocaine    Le roi félicite le Premier ministre éthiopien lauréat du Prix Nobel de la paix    Le groupe Renault se sépare de son Directeur général    Le PDG de Laprophan n'est plus !    Le thyphon Hagibis atteint les côtes du Japon    Les chants désespérés et pathétiques des supporters    Gouvernement : A la recherche de l'efficacité    Arrivée au Maroc du président rwandais Paul Kagame    Fès : Saisie de plus de 2t de chira    Eradication du mariage des mineurs    Epidémiologie cancer du col de l'utérus au Maroc    Marrakech : Trois morts et 22 citoyens écrasés par un conducteur en état d'ébriété    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    WPC 2019: Mezouar voit positivement les mutations que connaît le Maghreb    «La culture est le meilleur moyen d'échange»    Fatima Attif: «Il n'y a pas beaucoup d'écriture pour la femme dans le cinéma marocain»    Faouzi Skali présente la culture soufie devant le Sénat français    L'édition 2020 du Symposium business et santé en Afrique (AHBS) aura lieu au Maroc !    Maroc – Libye : « Beaucoup de travail reste à faire », dixit Halilhodzic    Casablanca ne sera pas privé d'électricité le 20 octobre (ONEE)    Le secrétaire général des Nations unies épingle le Polisario    Les distributeurs africains des produits pharmaceutiques fédèrent leurs énergies    La Belgique première qualifiée à l'Euro 2020 : Les Pays-Bas se font peur    Le Sud-Africain Giniel De Villiers remporte le Rallye du Maroc 2019    Divers    Divers sportifs    La Banque mondiale prévoit une accélération de la croissance de l'économie marocaine    Le jour où Elton John a vu la reine Elizabeth II perdre son sang-froid    Les Tunisiens élisent leur président après un mois riche en rebondissements    Angelina Jolie : Je ne me suis jamais cantonnée dans un confort physique ou émotionnel    Beyoncé de nouveau enceinte    Bentalha victime d'une escroquerie    Institut français du Maroc. Que la saison commence !    Maroc-Lybie : Tout ce qu'il faut savoir sur cette rencontre    Wydad et Raja dans des groupes plus ou moins difficiles    Vahid Halilhodžić n'a pas encore trouvé l'équipe type    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pierre Moscovici, ministre français de l'Economie et des Finances:
«Il n'y aura pas de rapatriement en France d'emplois industriels installés au Maroc»
Publié dans L'opinion le 30 - 07 - 2012

En pleine polémique sur le rapatriement des activités des centres d'appels français établis à l'étranger, le ministre français de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici a assuré vendredi qu'»il n'y aura pas de relocalisation» en France d'emplois industriels délocalisés au Maroc.
«On comprendra que nous soyons en France attachés à développer l'emploi, mais il n'y aura pas de relocalisation d'emplois industriels aujourd'hui situés au Maroc ou en Tunisie», a déclaré M. Moscovici à l'issue d'un entretien avec le ministre délégué aux Affaires étrangères et à la coopération Youssef Amrani.
«Nous avons une relation économiquement saine et forte et nous ne voulons pas rentrer dans une quelconque guerre économique qui n'aura pas de sens», a-t-il souligné.
«On comprendra qu'à l'avenir, nous essayerons de maintenir les emplois en France, mais il n'y a pas de débat sur la relocalisation des activités, tant que nos relations sont extrêmement fortes avec le Maroc», a encore rassuré le ministre français.
«Ce sont des relations politiques, culturelles, humaines et affectives et enfin économiques et nous voulons continuer à les développer», a-t-il poursuivi, évoquant la prochaine Rencontre de Haut Niveau maroco-française, qui se tiendra d'ici à décembre au Maroc.
Le ministre français a fait part de son «immense plaisir» de pouvoir se rendre au Maroc avant cet événement pour le préparer et «établir un agenda économique solide et partagé», précisant que «les contacts sont établis et les rencontres ministérielles se multiplient» dans cette perspective.
M. Moscovici a affirmé que la relation politique entre les deux pays est «tellement forte» que SM le Roi Mohammed VI a été le premier Chef d'Etat reçu à l'Elysée et qu'il y a déjà eu au Maroc trois visites ministérielles en deux semaines, celles de Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur (12-13 juillet), de Pascal Canfin, ministre chargé du développement (18-20 juillet), et enfin de Manuel Valls, ministre de l'Intérieur (25-26 juillet).
«Nous voulons approfondir la relation France-Maroc», a-t-il réaffirmé, assurant avoir bien noté «l'attention personnelle que SM le Roi portait à cette relation et celle aussi du gouvernement». Il a rappelé avoir eu l'occasion de rencontrer le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Saad Dine El Otmani, alors que François Hollande était à peine élu et pas encore président et «nous allons continuer dans ce sens là».
Au cours de l'entretien, qui s'est déroulé en présence du chargé d'affaires du Maroc en France, Redouane Adghoughi, les deux parties se sont félicités de «la dynamique ascendante» des relations entre la France et le Maroc et la «densité» et la «qualité» du partenariat bilatéral, a, pour sa part, indiqué M. Amrani.
«Cette dynamique est appelée à se renforcer davantage, eu égard à la volonté politique des deux pays et à l'importance accordée à cette relation stratégique par SM le Roi et le président Hollande», a-t-il ajouté à la MAP.
Le ministre délégué a insisté sur la nécessité d'inclure dans cette dynamique de «nouveaux acteurs», notamment les parlementaires et les entreprises, eu égard aux «intérêts stratégiques» que partagent les deux pays.
Il a mis l'accent sur «le rôle de premier plan que jouent les entreprises des deux côtés pour créer des convergences intelligentes, agissant comme de véritables leviers de croissance».
Selon lui, la prochaine réunion de Haut niveau sera l'occasion de faire le bilan de la coopération bilatérale et d'»apporter une valeur ajoutée stratégique à cette forte relation».
M. Amrani a fait état, à cet égard, de la disposition du Maroc à «continuer à apporter une contribution positive et décisive aux perspectives de raffermissement des relations bilatérales».
Par ailleurs, les deux parties ont également abordé les perspectives offertes par la politique européenne de voisinage, le statut avancé dont jouit le Maroc auprès de l'UE, et l'Union pour la Méditerranée, pour «conduire ensemble pour une nouvelle gouvernance en Méditerranée».
M. Amrani a entamé vendredi une visite de travail de quatre jours en France, la première d'un ministre marocain depuis l'avènement du gouvernement socialiste du président François Hollande.
Au cours de son séjour à Paris, il sera reçu également par plusieurs responsables français dont le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et le ministre délégué en charge des Affaires européennes, Bernard Cazeneuve.
L'entretien avec M. Fabius s'inscrit dans «une série de visites bilatérales dont la densité illustre la qualité des liens entre la France et le Maroc», a souligné le porte-parole du Quai d'Orsay, Bernard Valero, vendredi lors d'un point de presse.
M. Amrani présidera lundi soir la cérémonie organisée par l'ambassade du Maroc en France à l'occasion de la Fête du Trône, à laquelle le Quai d'Orsay sera représenté par le ministre en charge du développement, Pascal Canfin, et la ministre chargée des Français de l'étranger, Hèlène Conway-Mouret, a indiqué M. Valero.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.