HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    Le projet solaire Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF Renouvelables    Une troisième recrue pour le Raja    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    BAM: l'immobilier en berne    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    Divers sportifs    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers    En Libye, la guerre est aussi économique    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pierre Moscovici, ministre français de l'Economie et des Finances:
«Il n'y aura pas de rapatriement en France d'emplois industriels installés au Maroc»
Publié dans L'opinion le 30 - 07 - 2012

En pleine polémique sur le rapatriement des activités des centres d'appels français établis à l'étranger, le ministre français de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici a assuré vendredi qu'»il n'y aura pas de relocalisation» en France d'emplois industriels délocalisés au Maroc.
«On comprendra que nous soyons en France attachés à développer l'emploi, mais il n'y aura pas de relocalisation d'emplois industriels aujourd'hui situés au Maroc ou en Tunisie», a déclaré M. Moscovici à l'issue d'un entretien avec le ministre délégué aux Affaires étrangères et à la coopération Youssef Amrani.
«Nous avons une relation économiquement saine et forte et nous ne voulons pas rentrer dans une quelconque guerre économique qui n'aura pas de sens», a-t-il souligné.
«On comprendra qu'à l'avenir, nous essayerons de maintenir les emplois en France, mais il n'y a pas de débat sur la relocalisation des activités, tant que nos relations sont extrêmement fortes avec le Maroc», a encore rassuré le ministre français.
«Ce sont des relations politiques, culturelles, humaines et affectives et enfin économiques et nous voulons continuer à les développer», a-t-il poursuivi, évoquant la prochaine Rencontre de Haut Niveau maroco-française, qui se tiendra d'ici à décembre au Maroc.
Le ministre français a fait part de son «immense plaisir» de pouvoir se rendre au Maroc avant cet événement pour le préparer et «établir un agenda économique solide et partagé», précisant que «les contacts sont établis et les rencontres ministérielles se multiplient» dans cette perspective.
M. Moscovici a affirmé que la relation politique entre les deux pays est «tellement forte» que SM le Roi Mohammed VI a été le premier Chef d'Etat reçu à l'Elysée et qu'il y a déjà eu au Maroc trois visites ministérielles en deux semaines, celles de Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur (12-13 juillet), de Pascal Canfin, ministre chargé du développement (18-20 juillet), et enfin de Manuel Valls, ministre de l'Intérieur (25-26 juillet).
«Nous voulons approfondir la relation France-Maroc», a-t-il réaffirmé, assurant avoir bien noté «l'attention personnelle que SM le Roi portait à cette relation et celle aussi du gouvernement». Il a rappelé avoir eu l'occasion de rencontrer le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Saad Dine El Otmani, alors que François Hollande était à peine élu et pas encore président et «nous allons continuer dans ce sens là».
Au cours de l'entretien, qui s'est déroulé en présence du chargé d'affaires du Maroc en France, Redouane Adghoughi, les deux parties se sont félicités de «la dynamique ascendante» des relations entre la France et le Maroc et la «densité» et la «qualité» du partenariat bilatéral, a, pour sa part, indiqué M. Amrani.
«Cette dynamique est appelée à se renforcer davantage, eu égard à la volonté politique des deux pays et à l'importance accordée à cette relation stratégique par SM le Roi et le président Hollande», a-t-il ajouté à la MAP.
Le ministre délégué a insisté sur la nécessité d'inclure dans cette dynamique de «nouveaux acteurs», notamment les parlementaires et les entreprises, eu égard aux «intérêts stratégiques» que partagent les deux pays.
Il a mis l'accent sur «le rôle de premier plan que jouent les entreprises des deux côtés pour créer des convergences intelligentes, agissant comme de véritables leviers de croissance».
Selon lui, la prochaine réunion de Haut niveau sera l'occasion de faire le bilan de la coopération bilatérale et d'»apporter une valeur ajoutée stratégique à cette forte relation».
M. Amrani a fait état, à cet égard, de la disposition du Maroc à «continuer à apporter une contribution positive et décisive aux perspectives de raffermissement des relations bilatérales».
Par ailleurs, les deux parties ont également abordé les perspectives offertes par la politique européenne de voisinage, le statut avancé dont jouit le Maroc auprès de l'UE, et l'Union pour la Méditerranée, pour «conduire ensemble pour une nouvelle gouvernance en Méditerranée».
M. Amrani a entamé vendredi une visite de travail de quatre jours en France, la première d'un ministre marocain depuis l'avènement du gouvernement socialiste du président François Hollande.
Au cours de son séjour à Paris, il sera reçu également par plusieurs responsables français dont le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et le ministre délégué en charge des Affaires européennes, Bernard Cazeneuve.
L'entretien avec M. Fabius s'inscrit dans «une série de visites bilatérales dont la densité illustre la qualité des liens entre la France et le Maroc», a souligné le porte-parole du Quai d'Orsay, Bernard Valero, vendredi lors d'un point de presse.
M. Amrani présidera lundi soir la cérémonie organisée par l'ambassade du Maroc en France à l'occasion de la Fête du Trône, à laquelle le Quai d'Orsay sera représenté par le ministre en charge du développement, Pascal Canfin, et la ministre chargée des Français de l'étranger, Hèlène Conway-Mouret, a indiqué M. Valero.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.