Plus de 1,3 tonne de cocaïne saisie à Tanger Med    La CGEM décline son software    V.E Maroc publie son évaluation sur les risques de durabilité en 2021    Deux startups marocaines participent pour la première fois    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    La montagne qui a accouché d'une souris    L'union européenne est-elle soumise à un gouvernement des juges?    Appel à promouvoir la médecine d'urgence au Maroc    Le ministère public présente le guide de la « Kafala » des enfants abandonnés    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    «J'utilise le fantastique pour raconter, pour voir la réalité avec un autre angle»    Penser le visage avec Emmanuel Levinas    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Le PLF2022 table sur un taux de croissance de 3,2 pc et un déficit budgétaire de 5,9 pc du PIB    Coiffe saoudienne... à l'anglaise    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Le PLF-2022 table sur un taux de croissance de 3,2 % et un déficit budgétaire de 5,9 %    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    L'Opinion : Du sécuritaire à l'humanitaire    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 octobre 2021 à 16H00    Espagne : les séparatistes basques reconnaissent la «douleur» subie par les victimes de l'ETA    Relations entre la Russie et l'OTAN : Moscou suspend sa mission et celle de l'Alliance    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Para-basket : L'OCS accède à la première division du Championnat national    Casablanca : Interpellation d'un individu impliqué dans l'agression d'un mineur à l'aide d'un chien féroce    Feuille de route de l'exécutif : ambitions démesurées, petits moyens ?    Transmission du Covid-19: le Maroc passe au « niveau faible »    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    Pegasus : avant son procès le 25 octobre, Rosa Moussaoui fait une crise de panique    Ligue des champions /2ème tour « aller » : Le Wydad risque de se faire balancer vers la Coupe de la CAF !    Le taux de fécondité chez les femmes marocaines en forte baisse    Dr Saïd Afif: « L'obligation du pass vaccinal permettrait le retour à la vie normale »    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    Maroc: ce qui va changer dans le secteur de la Santé    Unité flottante de stockage du gaz au Maroc : les dernières infos du ministère    Cameroun : neuf morts dans un accident provoqué par des vents forts    Laâyoune-Sakia El Hamra : Avortement de trois tentatives d'immigration clandestine    France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Chronique: Sommet de l'OTAN ça passe ou ça casse !
Publié dans L'opinion le 08 - 09 - 2014

Les Chefs d'Etat membres de l'alliance nord atlantique (OTAN) se sont réunis au Royaume Uni pour une conférence dont les enjeux seront déterminants pour les équilibres mondiaux. La réunion a été, en effet, dédiée à la volonté de contrer les élans belliqueux du président russe Vladimir Poutine en Ukraine. Certes, depuis la fin de la guerre froide, les relations entre l'héritière de l'ex-URSS et l'Alliance ont toujours été sensibles, mais avec la crise ukrainienne, la situation en devient de plus en plus délicate dans une région où se confrontent les aires d'influences occidentales et Russe.
À ce titre, l'OTAN entend rassurer ses partenaires d'Europe de l'Est, notamment les pays baltes ainsi que la Pologne. D'où l'annonce, vendredi dernier, d'un plan de réactivité (Readiness Action Plan) destiné à accélérer un éventuel déploiement militaire. Dans le cadre d'une force de réaction rapide, déjà constituée et qui compte 5000 hommes, l'OTAN serait désormais en mesure de projeter «plusieurs milliers d'hommes» dans un délai de 48 à 72 heures. Cette réactivité a été possible grâce au prépositionnement de matériels, au développement logistique et aux moyens aéroportuaires accrus.
La tension a atteint son paroxysme avec la suspension par la France de la livraison du premier navire de guerre, «Le Mistral», à la Russie. Une source diplomatique française a précisé que le contrat était «suspendu jusqu'à novembre», soit un mois après la date prévue de livraison. «C'est à cette date que l'on verra s'il y a des conséquences financières», a précisé cette source, ajoutant que celles-ci pourraient atteindre «un milliard d'euros».
Si la crise ukrainienne domine les discussions qui animent le sommet de l'OTAN, la situation en Irak et en Syrie préoccupe aussi au plus haut point les Alliés. L'alliance atlantique a unanimement condamné «les actes barbares» de l'Etat islamique (EI), que les Etats-Unis entendent combattre en formant la base d'une coalition. La lutte contre l'EI, organisation qui a proclamé un califat islamique à cheval sur la Syrie et l'Irak et multiplie les exactions dans ces deux pays, a été l'une des dominantes de la deuxième journée du sommet de l'Otan. Et le sujet était au centre du dîner des chefs d'Etat jeudi soir.
Menace grandissante, l'Etat Islamique représente un danger sécuritaire majeur pour tous les pays de la région, y compris pour le Maroc dont 2600 de ses citoyens ont rejoint les rangs de l'EI. La question est, à ce titre, centrale pour notre pays qui aspire à devenir un acteur majeur au niveau régional et continental. Le Maroc devra, en effet, se positionner de manière à garantir ses intérêts stratégiques tout en s'assurant de la sauvegarde de sa zone d'influence en construction, au niveaux sécuritaire, économique et social.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.