Météo: le temps qu'il fera ce mercredi au Maroc    Vie privée: Un outil de veille pour mars prochain    FMI: «Pour être riche, il faut investir dans les gens»    Fès: Le stade Hassan II rouvre ses portes, mais…    Droit d'accès à l'information: Attention au délai du 12 mars 2020    Cinéma: Les maux du pays auscultés dans un hôpital    Coronavirus: l'Algérie enregistre son premier cas (VIDEO)    Cap sur la production décarbonée    Lydec affiche une baisse de 17% de son résultat net    Divers    Un Américain meurt en voulant prouver que la Terre est plate    Maintenir ou non le carnaval en Haïti    Vers l'institutionnalisation des relations entre la Chambre des représentants et le Conseil saoudien de la Choura    Eden Hazard Fissure de la cheville et gouffre d'inquiétudes    Garrido, nouvel entraîneur du Wydad    Botola Pro D2 : Aucune visibilité avant le dernier tiers de l'exercice    DGSN: la police de Safi s'attaque aux fumigènes    Rencontre sur la réforme du système judiciaire    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    Insolite : Pour sauver sa main    Psychose de par le monde Le Coronavirus tend vers la pandémie    Une très grosse menace pèse sur l'Afrique    Le Crédit Agricole du Maroc booste son soutien aux TPE et aux petites entreprises    Les groupes "Meriem & Band" et "Khmissa" en concert à Casablanca et Rabat    Philippe Garrel revient à ses premières amours    Saad Lamjarred et Fnaire ont-ils plagié une chanson de Hamid Zaher ? (VIDEO)    SUEZ remporte deux contrats dans le secteur automobile au Maroc    Habib El Malki recadre certains politiciens d'Europe    Modèle de développement: Le forum des jeunes d'Al Akhawayn formule une série de recommandations    Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    HCP : les secteurs « des services » et « de l'agriculture, des forêts et de la pêche » demeurent les premiers pourvoyeurs d'emploi    L'ancien président égyptien Hosni Moubarak n'est plus    Quand la fédération cautionne le hooliganisme!    3e édition de l'Afrique du Rire    Charles Berling lit Nuit d'épine de Christine Toubira    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    Enseignement supérieur : clôture du projet de jumelage institutionnel Maroc-UE    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    En Allemagne, une voiture fonce dans la foule d'un carnaval à Volkmarsen, et blesse une trentaine de personnes    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Pétitions, le Parlement fait le point    Le Wydad remercie Desabre et trouve son remplaçant (PHOTO)    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Eliminatoires africaines de para-taekwondo: Rajaa Akermach et Soukaina Sebbar qualifiés aux Jeux de 2020    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Transition démographique au Maroc: Vieillissement de la population
Publié dans L'opinion le 25 - 12 - 2015

Avec une population où les personnes de moins de 40 ans représentent plus de 62 % et celles de moins de 30 ans plus de 54 %, le Maroc bénéficie de l'aubaine d'une transition démographique particulièrement avancée. C'est ce que souligne, en tout cas, le Haut Commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi Alami, dans le préambule du rapport national sur la réalisation par le Maroc des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et les perspectives des Objectifs du Développement Durable (ODD), dont le contenu est basé sur les plus récentes données du Recensement Général de la Population et de l'Habitat de 2014, de l'Enquête Nationale sur les Revenus et Dépenses des Ménages de 2006-2007 et des enquêtes et travaux sur la pauvreté et les inégalités sociales réalisés par le HCP au cours des trois dernières années.
Sous l'effet de la baisse de la mortalité et de la fécondité, la forte diminution du poids relatif de la population âgée de moins de 15 ans, passant de 31,2 % en 2004 à 28 % en 2014 pour atteindre 20,9 % prévu en 2030, est une des sources de cette aubaine, explique M. Lahlimi. L'autre source procède, toujours selon le Haut Commissaire au Plan, de l'accroissement continu, jusqu'en 2030, de la population active âgée de 15 à 59 ans qui, par ailleurs, s'accompagne d'une baisse des effectifs âgés de 15 à 29 ans qui en constituent la matrice de reproduction.
Malgré l'amélioration progressive du niveau de formation de cette tranche d'âge, l'offre d'emplois est demeurée plus accessible à la main-d'œuvre de faible et de moyen niveau d'instruction, excluante pour les techniciens supérieurs et les ingénieurs des grandes écoles
et pénalisante pour les formations générales et les diplômes de haut niveau.
C'est ainsi qu'en 2013 le taux de chômage varie de 2,3 % pour les personnes n'ayant jamais été scolarisées à 18,2 % pour celles ayant eu une scolarité de dix à douze ans. Cette situation ne s'améliore relativement qu'au-delà d'une durée de scolarité de dix-sept à dix-neuf ans avec, cependant, un taux de chômage de l'ordre de 16 %.
Un tel niveau de valorisation d'une population active en pleine force de l'âge est d'autant plus préoccupant que de son niveau de productivité dépend la prise en charge du coût d'un vieillissement croissant de la population. L'espérance de vie à la naissance passant de 47 ans en 1960 à près de 75 ans en 2010, l'effectif des personnes âgées de 60 ans et plus devrait passer de près de 3,3 millions en 2014 à 6 millions en 2030 et à 10 millions en 2050.
En donnant aux personnes âgées de 60 ans et plus un poids croissant dans la structure de la population, le phénomène du vieillissement prend dans une société jeune et peu salariée la dimension croissante d'un défi de nature économique et sociétal.
L'effectivité de l'aubaine potentielle portée par la transition démographique en dividende effectif au profit du développement économique et humain est, ainsi, largement liée à la capacité du pays à réformer le système d'enseignement et de formation pour en résorber les déficits quantitatifs perdurant, en améliorer l'efficience interne et en habiliter les bénéficiaires à s'adapter à une demande de plus en plus exigeante du marché du travail.
Néanmoins, pour M. Lahlimi, la réforme de l'enseignement, quelque nécessaire et urgente qu'elle soit, demeurerait insuffisante sans une offre nationale créatrice d'une valeur ajoutée croissante et pourvoyeuse d'emplois de qualité en mesure de valoriser les compétences acquises par une main-d'œuvre mieux formée. Aussi doit-elle s'inscrire dans le processus amorcé de la nécessaire restructuration des sources sectorielles et technologiques d'une compétitivité plus forte et durable de son économie.
Le Haut Commissaire au Plan tient à noter, dans le même sillage, que l'éducation est un facteur déterminant de l'amélioration des revenus des individus et de lutte contre les inégalités. Ce qui n'est, malheureusement pas le cas actuellement puisque qu'au plan de l'insertion professionnelle, le nombre d'années de scolarité a aujourd'hui tendance à s'accompagner d'une hausse du chômage et de sa durée, notamment parmi la main-d'œuvre diplômée. Dans les domaines scientifiques et techniques, le taux de chômage augmente jusqu'à la 9 e année d'études pour atteindre 24,6 %. Au-delà de ce niveau, le taux de chômage baisse à mesure que le nombre d'années d'études augmente pour s'établir à 10 % à plus de 16 années d'études. Ce paradoxe trouve, comme susmentionné, son origine structurelle dans la faible diversification des secteurs à forte valeur ajoutée et pourvoyeurs d'emplois de qualité et de bonne rémunération en mesure de valoriser les compétences acquises par les ressources humaines disponibles.
Le Maroc est ainsi appelé à réussir la promotion projetée d'un système d'enseignement et de formation performant anticipant les besoins d'une économie en voie de restructuration et réalisant par un haut niveau de rendement interne et externe la nécessaire adaptation de l'offre et de la demande de l'emploi en tant que facteur de durabilité de la croissance, de productivité et de renforcement de la cohésion sociale, estime le Haut Commissaire au Plan.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.