Le Mali se retire du G5 Sahel    Liban: faible affluence aux premières législatives depuis le début de la crise    Maroc: les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Trafic aérien: L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% en 2022    Somalie: Hassan Cheikh Mohamoud élu président    Botola Pro D2 : L'Union Touarga accompagne le MAT en première division    DGSN: 66 ans d'engagement renouvelé au service du Royaume    Youssef En-Nesyri assure la qualification de Séville pour la Ligue des champions (VIDEO)    Avant le derby, le Raja ne se rassure pas face à Oued Zem (VIDEO)    Maroc : L'ONDA table sur un taux de récupération de 75% du trafic aérien    Maroc : Abdeljaouad Belhaj élu membre du conseil d'administration de l'IBA    Coupe Mohammed VI de karaté : Le Marocain Abdelaali Jina remporte la médaille d'or    Coupe de la CAF : La Renaissance Berkane qualifiée pour la finale    Décès du président des Emirats : Moulay Rachid représente le roi à la présentation des condoléances    Le PIB agricole devrait baisser de 14% en 2022    Terrorisme : 6 morts dont 3 enfants dans un attentat-suicide au Pakistan    Al Hoceima / Communes : Remise de 18 bus scolaires et 7 ambulances    Sidi Kacem / CRM : La création d'un centre de formation requise    Maroc : la demande de sécurité et de l'ordre social en des mains sûres, grâce à la DGSN    Villa des Arts / Rabat : Amateurs et pros célèbrent le théâtre d'impro !    Le Prince Moulay Rachid représente le Roi à la présentation des condoléances suite au décès de Cheikh Khalifa Ben Zayed Al Nahyane    Message de condoléances et de compassion de SM le Roi à SA Cheikh Mohammed Ben Zayed Al Nahyane    «La voix de la Palestine», enterrée à Jérusalem    SM le Roi félicite le Président du Paraguay à l'occasion de la fête nationale de son pays    Réélection de Mohamed Khalidi à la tête du parti de la Renaissance et de la Vertu    Hilale mouche l'ambassadeur algérien pour sa schizophrénie au sujet de l'autodétermination    Policy Center for the new south: La plus grande flambée des prix en 50 ans    Coronavirus au Maroc: 89 contaminations et zéro décès ce dimanche    DGSN: 66 ans de sacrifices et d'engagement renouvelé au service du citoyen et de la patrie    Températures prévues pour lundi    Voyages au Maroc. Levée de la double exigence « test PCR » plus « pass vaccinal » avant l'opération Marhaba 2022    Amina Bouayach: «L'accès aux droits sociaux et économiques reste un vœu pieux pour de nombreuses couches sociales»    Marathon de Marrakech : L'Ethiopien Dida et la Marocaine Gardadi remportent la 32ème édition    Le dirham se déprécie de 0,61% face à l'euro du 5 au 11 mai    SM le Roi adresse un ordre du jour aux Forces Armées Royales    France. Zouhair Bennani, « le prince du supermarché marocain » qui inquiète    Coupe de la CAF : La RSB veut rééditer son exploit de 2020    «Ne me donnez pas de trophées, donnez-moi de l'argent!»    Au CRSC, Kamelia Zarkani tisse des liens entre le Maroc et la Russie    DGSN: 66 ans de sacrifices infinis au service du citoyen et de la patrie    Commémoration : Allal El Fassi, le leader à la pensée plurielle    Magazine : Amine Naji, pour le meilleur et pour l'avenir    Hommage : Abderrahim Samadi n'avait pas tout dit    Paris: Rencontre sur les perspectives des écosystèmes économiques au Maroc    Nizar Baraka souligne la contribution remarquable des Marocains de l'étranger à l'économie nationale    Décès de Fred Ward, l'acteur de « Tremors »    Explosion créative pour les 13 ans de la Fondation Ali Zaoua    25.000 festivaliers et 5.000 écoliers à la 20ème édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rapport mondial du World Economic Forum sur la compétitivité Le Maroc, classé 70ème, trébuche sur l'enseignement et l'innovation
Publié dans L'opinion le 03 - 10 - 2016

Le Maroc est classé à la 70ème place dans l'indice mondial de compétitivité GCI, du tout récent « Global Competitiveness Report 2016-2017 », publication phare du World Economic Forum, avec un score de 4,20 (sur une échelle de 1 à 7 et sur 138 pays). Le Maroc se situait au 72éme rang en 2015, avec un score de 4,6 (sur une échelle de 1 à 7 et sur 140 pays). Le Maroc s'est classé à la même 72ème place en 2014 (score 4,2, sur 144 pays), 77ème en 2013 (score 4,1, sur 148 pays) et 70ème en 2012 (score 4,1, sur 144 pays). Les indices composant le GIC sont regroupés en 12 catégories, dénommées piliers de la compétitivité. Le Maroc a réalisé les meilleurs scores dans le troisième pilier « Environnement macroéconomique », en se situant à la 49ème place, avec un score de 5,1, le premier pilier « Institutions » (environnement institutionnel) en se plaçant au 50ème rang avec un score de 4,2, le deuxième pilier « Infrastructure», où il est 58ème avec un score de 4,3 et dabs le 6ème pilier « Efficacité des marchés des produits et services » (Goods market efficiency), à la 64ème place avec un score de 4,4.
Le Maroc a trébuché dans les huit piliers restants, en particulier dans le 7ème pilier relatif à l' »Efficacité du marché du travail où il est relégué à la 134ème place avec un score de 3,6, le 5ème pilier relatif à l « Enseignement supérieur et Formation » où il est classé 104ème avec un score de 3,6, le pilier « Innovation » où il occupe la 96ème place avec un score de 3,1, le 8ème pilier « Développement du marché financier » dans le 83ème rang avec un score de 3,8, le 9ème pilier relatif à la « Préparation technologique » où occupant le 81ème rang avec un score de 3,7, le 4ème pilier « Santé et enseignement primaire » où il est 77ème avec un score de 5,6, et le 11ème pilier « Sophistication des affaires » où il se place 76ème en réalisant un score de 3,8.
Notons que le Maroc occupe la première place dans le sous-indice « taux de l'inflation » compris dans le 3ème pilier relatif à l' « environnement macroéconomique », réalisant un score de 1,6. Il est également 1er dans le sous-indice « Taux de prévalence de l'IHV-Sida ».
Dans sa région Moyen-Orient et Afrique du Nord, la Maroc est classé 9ème sur 14 pays. Il y est devancé parles Emirats Arabes Unis, Qatar, l'Arabie Saoudite le Koweit, Bahrein et Oman, classés respectivement 16ème, 18ème, 29ème, 38ème, 48ème et 66ème. Le Maroc devance l'Algérie, classée 19 dans cette région, la Tunisie, le Liban, l'Egypte et le Yemen.
Le « Global Competitiveness Report 2016-2017 », très attendu par bon nombre d'acteurs, est publié cette année dans un contexte de croissance lente persistante et une perspective à court terme pleine d'incertitudes, alimentées par l'agitation géopolitique continue, la fragilité des marchés financiers, et soutenues par des niveaux d'endettement élevés sur les marchés émergents, notent les auteurs de ce rapport. Malgré la politique monétaire peu orthodoxe, la croissance du PIB mondial a baissé par rapport aux niveaux de 4,4 pour cent en 2010 à 2,5 pour cent en 2015. Cette baisse de la croissance reflète non seulement le ralentissement de la productivité évoquée dans le rapport de l'année dernière, qui a continué au cours de 2016, mais aussi ce qui semble maintenant comme une tendance à la baisse à long terme des taux d'investissement.
Les perspectives de croissance future sont limitées par les tendances à long terme. De nombreuses économies à travers le monde luttent avec les doubles défis de ralentissement de la croissance de la productivité et l'augmentation des inégalités de revenus, souvent exacerbés par les sociétés vieillissantes rapidement. La stagnation et la croissance des revenus inégalement répartie à son tour, a ouvert la porte à plus de politiques introverties, la montée des pressions protectionnistes, et une remise en cause générale aires de mondialisation dans de nombreuses économies plus visiblement incarnée dans le récent vote Brexit.
Dans le même temps, sur les marchés émergents, la fin du super cycle des matières premières a conduit à un ralentissement brutal de l'économie qui a exposé à la lenteur ou au manque de compétitivité les réformes au cours des dernières années, ce qui pourrait accroître la polarisation et menacer la cohésion sociale.
Sur le côté positif, très prometteuse pour la croissance économique et de progrès de la société apparait la quatrième révolution industrielle. Sur la base de plates-formes numériques, la quatrième révolution industrielle est caractérisée par une convergence des technologies qui brouillent les frontières entre les sphères physiques, numériques et biologiques. Ces percées dans les technologies comme l'intelligence artificielle, la biotechnologie, la robotique, l'internet des objets, et l'impression 3D, pour ne citer que quelques-unes, offriront de nouvelles possibilités de croissance et de développement à l'avenir, mais pourraient également donner lieu à des défis sociaux importants.
Les contraintes politiques et idéologiques placées sur la politique budgétaire dans le sillage de la crise financière laissent la politique monétaire comme la seule option pour les gouvernements des pays avancés pour tenter d'éviter la stagnation « séculaire ». Bien que cette voie pourrait avoir réussi à stabiliser la croissance à court terme, assurer un chemin plus élevé de croissance future nécessitera la compétitivité continue l'amélioration des réformes de l'offre et de l'investissement pour renforcer les secteurs productifs. Et comme la quatrième révolution industrielle prend de la vitesse, il sera de plus en plus important de soutenir l'émergence de nouveaux secteurs d'activité économique à travers des réformes de compétitivité qui favorisent l'innovation.
Pourtant, comme le montre l'indice mondial de compétitivité (GCI), à ce jour, des progrès dans la construction d'un environnement favorable à l'innovation reste à l'avantage de seulement quelques économies. Last but not least, le croissance à venir dépendra aussi de la capacité des économies à sauvegarder les avantages de l'ouverture au commerce et à l'investissement qui a conduit à enregistrer des réductions des taux de pauvreté au cours des dernières décennies. Dans ce contexte, le rapport du WEF est un rappel critique de l'importance de la compétitivité dans la résolution à la fois des défis macro-économiques internationaux et ceux de jeter les bases d'une prospérité future.
Le recouvrement de la croissance dans le contexte de la quatrième révolution industrielle exigera de reconnaitre que les décideurs ont besoin d'une évaluation commune et de la compréhension des futures sources de compétitivité. En réduisant la complexité et en fournissant un outil pour identifier les forces et les faiblesses et de suivre les progrès accomplis, le rapport est un moyen pour informer et aider les décideurs, les entreprises et la société civile dans leur développement d'une vision commune à long terme.
The Global Competitiveness Report définit la compétitivité comme l'ensemble des institutions, des politiques et des facteurs qui déterminent le niveau de productivité d'une économie qui, à son tour, définit le niveau de prospérité que le pays peut atteindre.
Le Global Competitiveness Index (GCI) combine 114 indicateurs regroupés en 12 piliers : institutions, infrastructure, environnement macroéconomique, santé et enseignement primaire, enseignement supérieur et formation, efficacité du marché des biens, efficacité du marché du travail, le développement du marché financier, aptitude technologique, taille du marché, sophistication des affaires, et de l'innovation.
Ces piliers sont à leur tour organisés en trois sous-indices: exigences de base, des activateurs d'efficacité, et les facteurs d'innovation et de sophistication. Les trois sous-indices sont donnés avec différents poids dans le calcul de l'indice global, selon le stade de développement de chaque économie, approximé par son PIB par habitant et la part des exportations représentées par les matières premières.
L'indice comprend également des indicateurs dérivés de l'Executive Opinion Survey du Forum économique mondial qui reflètent les aspects qualitatifs de la compétitivité, ou pour lesquels des données statistiques complètes et comparables ne sont pas disponibles pour un nombre suffisamment important d'économies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.