Guergarate : Fanfaronnades algéro-polisariennes, saison II    Algérie. Ça sent encore la naphtaline soviétique    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Baromètre des risques 2021 pour les entreprises : La Covid-19 en tête de liste    De nouvelles normes marocaines d'application obligatoire à partir de mars    Meilleurs employeurs au Maroc 2021 : Les inscriptions sont ouvertes    Confinement en France. Les patrons se rebiffent    Air Arabia : La ligne Casablanca-Guelmim lancée    Gilles Devendeville : « Le Maroc n'a à souffrir de la comparaison avec aucun pays sur le plan du commerce »    Air Arabia : nouvelle liaison internationale à partir de Nador    Dialogue interlibyen : La Ligue arabe salue les nouvelles avancées réalisées au Maroc    Turquie-Grèce. Erdogan met de l'eau dans son vin    Sahara. L'Afrique du Sud toujours aussi hostile au Maroc    Maroc-Israël : un accord signé pour le lancement de vols directs entre les deux pays    Le Maroc au Chan : vaincre et convaincre    La 30è édition du Rallye Aïcha des Gazelles reportée    Manchester United en huitièmes, Arsenal éliminé    Handball / Chili-Maroc (28-17) : Défaite inattendue ! A qui la faute ?    Dr Tayeb Hamdi : «les laboratoires privés ne peuvent pas détecter la nouvelle souche du coronavirus»    Casablanca: Début de la distribution du vaccin anti-coronavirus sur les régions    L'UNESCO pour le Maghreb célèbre l'éducation    Maroc: la campagne de vaccination peut (enfin) démarrer    Vaccin AstraZeneca… ce qu'il faut savoir    Cyclisme: La FRMC organise un stage de préparation à Benslimane    CAN U20: Les Lionceaux de l'Atlas visent le podium    Manifs anti-couvre-feu : La Hollande s'enflamme (vidéos)    L'Espagne doit privilégier la raison pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain    Le gouvernement Netanyahou approuve l'accord de reprise des relations Maroc-Israël    Demi Lovato reviendra sur son overdose    Shakira vend son catalogue à un fonds d'investissement    Officiel : Biden soutient la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Deux points de perdus et piètre prestation de l'EN face aux modestes Rwandais    Projection virtuelle du documentaire "Dans tes yeux, je vois mon pays "    Le Real reprend confiance    Nasser Bourita : Le Maroc accompagnera les parties libyennes jusqu 'à résolution de la crise    Maroc-Grande Bretagne: une amitié séculaire    Maroc: une diplomate met à nu les allégations mensongères de certaines voix dissonantes sur les réseaux sociaux    Le Maroc reçoit une première livraison du vaccin anti-Covid 19    Vaccins Vs Nouveaux variants    Accord pour la formation des équipes de travail pour prendre des mesures pratiques    Réseau FCA Morocco : La Continentale tisse sa toile à El Jadida    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Calligraphe: Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen    L'icône du jazz sud-africain Jonas Gwangwa n'est plus    La M.N.A entre vents et marées!    Guerguarate – Sources autorisées : Situation calme et normale malgré de nouvelles vaines provocations du Polisario    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Junior Entreprise face à des difficultés: Manque de confiance des entreprises et absence d'un statut juridique
Publié dans L'opinion le 07 - 11 - 2016

« La Junior Entreprise : Une solution efficace pour une intégration efficiente des jeunes dans le développement socio-économique du Maroc », tel est le thème de la conférence de presse organisée fraîchement à Casablanca par l'EHTP (Ecole Hassania des Travaux Publics).
La définition qu'on donne souvent à une Junior Entreprise est que celle-ci est une association à vocation économique et pédagogique, à but non lucratif. Implantée au sein d'une école ou université, elle permet aux étudiants de mettre en pratique l'enseignement théorique dont ils bénéficient, en réalisant des études correspondant aux domaines de compétences de leur école, pour des clients très variés.
A cette occasion, Abbad Andaloussi, stimulateur du fameux projet « Injaz », et grand militant dans l'implication des jeunes dans le tissu de l'entreprenariat, soulignait, après avoir la problématique du chômage des jeunes et de manque d'esprit d'entreprise..., il a donné l'exemple de la Junior Achievement (créée en 1919 aux USA) dont la vocation est de stimuler et développer les compétences entrepreneuriales des jeunes de l'Ecole publique. « En Europe, la plupart des jeunes adhérent au projet, et créent leur propre entreprise dès 25 ans.
Au Maroc, le projet pilote « Injaz Maroc », qui d'ailleurs est fortement félicité par le ministre de l'Education nationale M. Rachid Belmokhtar et la présidente de la CGEM, Mme Miriam Bensaleh, a formé plus de 75000 de jeunes entrepreneurs », soulignait-il
M. Andaloussi n'a pas manqué, lors de cette conférence, de fairepart de ses secrets de succès : Agissez. Osez. Innovez. Focus. Soyez à l'écoute du marché. Persévérez. Ne craignez pas l'échec. Soyez passionné. Croyiez en vous .Soyez ambitieux. llyass Ouardan, président de la Hassania Junior Entreprise (HJE), quant à lui, a donné un bref aperçu sur la création du concept de la junior entreprise qui exploite le potentiel des étudiants pour réaliser des projets conjointement avec d'autres entreprises.« La HJE se focalise sur la formation technique des élèves ingénieurs tout en leur inculquant l'esprit de l'entreprenariat. Elle effectue chaque année des formations à caractère pluridisciplinaire », indiquait-il. M. Ouardan s'est finalement penché sur la question de savoir pourquoi la junior entreprise est un vecteur important dans l'intégration socio-économique des jeunes. En effet, selon M. Ouardan, travailler en cette entreprise permettrait de rester en contact avec les entreprises pour élargir son réseau de connaissances professionnelles, de murir son sens de réflexion à différents embarras, et de venir avec des idées innovatrices lors du traitement des problématiques. Au cours de cette rencontre, les participants s'accordaient à dire que le manque de confiance des entreprises et l'absence d'un statut juridique sont les deux grandes difficultés auxquelles font face les jeunes qui s'engagent dans un projet de Junior Entreprise au Maroc.
Pour faire face à ces difficultés, M. Ouardan estimait que, même si des conférences pareilles peuvent sensibiliser les entreprises quant au potentiel des jeunes et leur capacité à réaliser de grands projets, des efforts doivent être menés, notamment juridique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.