«La digitalisation, un défi majeur pour les petits agriculteurs»    Réunion à Rabat du Comité central de pilotage    Fondation Attijariwafa bank: Intelligence Artificielle, les algorithmes ont-ils toujours raison ?    Venezuela: Maduro juge « illégales » les sanctions américaines contre la Banque centrale    Les Etats-Unis suspendus à la publication du rapport final de l'enquête russe    En Libye, les combats font rage aussi sur les réseaux sociaux    Profession infirmière: Les enjeux de la spécialisation    Grève des enseignants. Le CNDH relance sa médiation    Couverture santé Universelle: Un défi que le Maroc relèvera    L'allaitement maternel, «un premier pas pour la prévention de l'obésité»    Culture: « Le Maroc à Abu Dhabi »    Notre-Dame : Cinq choses à savoir sur la numérisation des monuments    Indonésie: L'islam au cœur de la campagne électorale…    Haj 1440 : 750 encadrants pour les pèlerins marocains    SIAM2019. Le GCAM et l'AFD actent une ligne de crédit axée sur l'agriculture durable    SIAM 2019, une édition bilan de 10 années de révolution agricole    Les enseignants des académies prolongent leur grève jusqu'au 25 avril    L'identité plurielle assumée    SIAM 2019, opportunité en or pour la coopération agricole intra-Afrique    Dur des portugaises!    La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire à Nador    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    Ambiances Soul et Disco-Funk à la 14e édition de Jazzablanca    Edito : Notre-Dame la Médina    Taxation des Gafa: Le combat continue    Les camps de Tindouf, à nu    Rude épreuve soussie pour le Wydad    Braquages en série : Les banques visées par des bandits en herbe et d'autres professionnels    Crise des opioïdes : La prescription en chirurgie pointée du doigt    CAN U17 : L'EN acculée à franchir le cap camerounais    Nasser Bourita s'entretient à Moscou avec Serguei Lavrov    La Nasa révèle une étude capitale pour de futurs voyages interplanétaires    Le Pays basque, locomotive industrielle d'une Espagne fragile    Un Ajax seigneurial et un Barça impérial au dernier carré de la Ligue des champions    Stars de la même famille : Les Coppola    Le Festival des Alizés, un rendez-vous exceptionnel à Essaouira    Marrakech célèbre le Mois du patrimoine par une multitude d'activités culturelles et artistiques    La 2e Coupe arabe des clubs portera le nom du roi Mohammed VI    Conseil de gouvernement. L'ordre du jour du jeudi    CAN (U17) en Tanzanie: Le Maroc rate la victoire face au Sénégal    Peugeot au tournoi de tennis de Monte-Carlo    Loi-cadre de l'enseignement : Amzazi et Azziman annoncés chez les conseillers    Ligue des champions. Eliminée, la Juventus Turin chute de plus de 20% en Bourse    Bourita : « Le Maroc veut une solution réaliste à la question du Sahara »    Moscou : Bourita rencontre Lavrov    Des scientifiques implantent à des singes un gène du cerveau humain    Message de soutien et de solidarité de S.M le Roi au Président français    Fayez al-Sarraj : Une guerre en Libye pousserait plus de 800.000 migrants en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nota Bene
Pourparlers de Genève : Le fourbe reprend du service
Publié dans L'opinion le 22 - 03 - 2019

Au moment où des contestations monstres sont prévues aujourd'hui en Algérie, Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères et vice-Premier ministre algérien, viscéralement anti-marocain, conduit à Genève la délégation de son pays pour prendre part au deuxième round des pourparlers préliminaires sur le Sahara, organisés sous l'égide des Nations Unies conformément à la Résolution 2440 du Conseil de Sécurité.
Ce cacique du pouvoir, fidèle parmi les fidèles de Bouteflika, appelé tout récemment à la rescousse d'une oligarchie présidentielle en prise avec la révolte en cours du peuple algérien contre le régime en place, succède dans cette mission à un autre adepte de l'anti-marocanisme primaire, Abdelkader Messahel, un des premiers à avoir fait les frais de la révolte enclenchée le 22 février dernier.
Lamamra qui retrouve le poste de ministre des Affaires étrangères qu'il avait déjà occupé de 2013 à 2017, préfère donc être présent aux pourparlers de Genève sur un dossier dont le peuple algérien n'a que foutre plutôt que de se préoccuper de la situation intérieure très critique de son pays.
Voilà qui devrait interpeller la communauté internationale sur le degré d'implication du régime algérien dans le conflit du Sahara, et le peuple algérien sur le mépris que lui réservent ses dirigeants. La présence de Lamamra à Genève en dit, en tout cas, long sur la place qu'occupe le Sahara dans l'agenda du régime algérien et sur la haine que ce dernier éprouve pour le Maroc.
Et pour cause. Celui qui fut, pendant très longtemps, un habitué des arcanes de l'Union Africaine (UA), avait particulièrement brillé par ses conspirations contre l'intégrité territoriale du Royaume, puis par ses basses et vaines manœuvres orientées contre le retour du Maroc dans le giron de l'instance panafricaine. Partant de là, il est presque certain qu'il usera à Genève du même machiavélisme dont il a toujours fait preuve à chaque fois qu'il s'agissait du Sahara marocain.
L'émissaire spécial des Nations Unies pour le règlement de la question du Sahara, Horst Köhler, aura pour ainsi dire affaire à un rompu de l'avortement des processus de négociations, d'autant plus qu'aujourd'hui l'Algérie prend place autour de la table en qualité de partie au conflit.
Il suffit de rappeler que c'est le même Lamamra qui avait dirigé, en 2007, la délégation algérienne lors des négociations de Manhasset engagées sur la base de l'offre marocaine d'autonomie et que son rôle dans l'échec de ces négociations est de notoriété publique. C'est aussi en réaction à ses manigances que l'ancien médiateur onusien, Peter van Walsum, avait démissionné.
C'est pourquoi sa participation aux pourparlers de Genève ne saurait s'inscrire dans une quelconque volonté algérienne de recherche d'une solution politique négociée au problème du Sahara.
Jamal HAJJAM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.