«Positions et Propositions», nouveau recueil d'Abdeslam Seddiki    Le cri maghrébin!    Semaine dans le vert pour la bourse de Casablanca    Surveillance routière dans les zones à trafic intense : 139 agents assurent le contrôle routier à travers tout le Maroc    La sécurisation des voies ferrées est en marche    Contrôle et détection automatique : 552 nouveaux radars sur nos routes    Un levier important du nouveau modèle de développement escompté    Euromoney Awards 2019 : AWB « meilleure banque au Maroc » pour la 9è fois    L'heure de vérité pour l'Allemande von der Leyen au Parlement européen    Yemen : l'Arabie Saoudite isolée    Indonésie. Un fort séisme de magnitude 7,3 frappe les Moluques    Raid près de Tripoli : Rapatriement des dépouilles des victimes marocaines    Amende de 5 milliards de dollars pour Facebook    Avec des «si»    CAN 2019. Romain Saïss évoque un sentiment de "honte" après l'échec du Maroc    Les Fennecs prennent leur envol    Sport et politique : un mauvais mariage    Meeting de Monaco. Soufiane El Bakkali remporte l'épreuve du 3000 m steeple    Gares routières, ports, centres commerciaux : Le CNPAC prévoit une vaste opération de sensibilisation    Violence psychologique. Ce mal invivable des couples marocains    Baccalauréat 2019 : Plus de 253.000 candidats admis au total    Lancement de la plateforme nationale « Maroc Université Numérique » à Rabat    #CodeWahed : Plus de 10.000 automobilistes sensibilisés par Vivo Energy Maroc    David Elmoznino : une nostalgie joyeuse    Rapport du CESE: Défaut de Lecture au Maroc    Yahya Boudlal: le fils prodigue du théâtre national n'est plus    Firo 2019 : Hamid Bouchnak, Cheb Younes, Cheb Nasro et les autres    Procès Imlil : la défense demande une expertise psychologique    Livraison de missiles russes S-400 à la Turquie en dépit des mises en garde américaines    Importante participation marocaine au Sommet Pact for Impact    Création de l'Agence nationale d'évaluation et de garantie de la qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique    Communication et modernisation de l'administration publique    Journée d'étude sur les terres soulaliyate et collectives    Du mental au physique, le tondeur de mouton se prépare comme de grands sportifs    Les stars qui vivent avec une maladie mentale : Kid Cudi    Appui financier de la Banque mondiale à l'éducation préscolaire au Maroc    La défense demande une expertise psychologique des accusés et la mère de l'une des victimes d'Imlil réclame la peine de mort    Sans l'Egypte, la fête est plus ouverte    La FIFA annonce des amendements majeurs à son code disciplinaire    Karim Adyel, premier juriste marocain nommé arbitre au TAS    Sylvie Pullès, l'accordéoniste qui règne sur le folklore et le musette    Bristol, tatouée Banksy    "Anna" Un thriller au féminin    Transfert d'un budget Santé pour un festival à Rabat. Balafrej questionne le chef de gouvernement    Bourita: nécessité d'un changement de paradigme fondé sur l'égalité    Les rythmes sénégalais et le jazz marocain enchantent le public    Le changement de croyance religieuse au cœur du nouvel ouvrage de Ayad Ablal    Enseignement: Les amendements de la loi-cadre bientôt votés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nota Bene
Pourparlers de Genève : Le fourbe reprend du service
Publié dans L'opinion le 22 - 03 - 2019

Au moment où des contestations monstres sont prévues aujourd'hui en Algérie, Ramtane Lamamra, ministre des Affaires étrangères et vice-Premier ministre algérien, viscéralement anti-marocain, conduit à Genève la délégation de son pays pour prendre part au deuxième round des pourparlers préliminaires sur le Sahara, organisés sous l'égide des Nations Unies conformément à la Résolution 2440 du Conseil de Sécurité.
Ce cacique du pouvoir, fidèle parmi les fidèles de Bouteflika, appelé tout récemment à la rescousse d'une oligarchie présidentielle en prise avec la révolte en cours du peuple algérien contre le régime en place, succède dans cette mission à un autre adepte de l'anti-marocanisme primaire, Abdelkader Messahel, un des premiers à avoir fait les frais de la révolte enclenchée le 22 février dernier.
Lamamra qui retrouve le poste de ministre des Affaires étrangères qu'il avait déjà occupé de 2013 à 2017, préfère donc être présent aux pourparlers de Genève sur un dossier dont le peuple algérien n'a que foutre plutôt que de se préoccuper de la situation intérieure très critique de son pays.
Voilà qui devrait interpeller la communauté internationale sur le degré d'implication du régime algérien dans le conflit du Sahara, et le peuple algérien sur le mépris que lui réservent ses dirigeants. La présence de Lamamra à Genève en dit, en tout cas, long sur la place qu'occupe le Sahara dans l'agenda du régime algérien et sur la haine que ce dernier éprouve pour le Maroc.
Et pour cause. Celui qui fut, pendant très longtemps, un habitué des arcanes de l'Union Africaine (UA), avait particulièrement brillé par ses conspirations contre l'intégrité territoriale du Royaume, puis par ses basses et vaines manœuvres orientées contre le retour du Maroc dans le giron de l'instance panafricaine. Partant de là, il est presque certain qu'il usera à Genève du même machiavélisme dont il a toujours fait preuve à chaque fois qu'il s'agissait du Sahara marocain.
L'émissaire spécial des Nations Unies pour le règlement de la question du Sahara, Horst Köhler, aura pour ainsi dire affaire à un rompu de l'avortement des processus de négociations, d'autant plus qu'aujourd'hui l'Algérie prend place autour de la table en qualité de partie au conflit.
Il suffit de rappeler que c'est le même Lamamra qui avait dirigé, en 2007, la délégation algérienne lors des négociations de Manhasset engagées sur la base de l'offre marocaine d'autonomie et que son rôle dans l'échec de ces négociations est de notoriété publique. C'est aussi en réaction à ses manigances que l'ancien médiateur onusien, Peter van Walsum, avait démissionné.
C'est pourquoi sa participation aux pourparlers de Genève ne saurait s'inscrire dans une quelconque volonté algérienne de recherche d'une solution politique négociée au problème du Sahara.
Jamal HAJJAM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.