SM le roi reçoit le président du gouvernement Espagnol Pedro Sanchez    Alger fait le dos rond    Madrid réitère son soutien aux efforts de l'ONU pour une solution politique et durable à la question du Sahara    Un projet royal mis sur les rails    Ghosn Gate. Qu'est-il reproché à l'homme puissant de Renault-Nissan?    Les jeunes golfeur marocains se distinguent lors des 19ème Championnats Panarabes Juniors    Dir iddik Summit, le nouveau rendez-vous incontournable du volontariat par inwi    Rabat : Pedro Sanchez annonce un forum économique maroco-espagnol    Flash hebdomadaire    Comment BAM a bravé la crise    La princesse Lalla Hasnaa reçoit à Tokyo plusieurs femmes japonaises leaders dans différents domaines    FIFM: Hommage à Jillali Ferhati    Migration : L'Espagne veut débloquer le budget européen    Arabie saoudite : Le roi Salmane fait l'éloge de l'appareil judiciaire sans mentionner Khashoggi    Les diplomates de l'UE valident le projet de Brexit    CMC : PLF 2019, un budget aux objectifs potentiellement contradictoires    Vidéo – Casablanca : Une habitation s'effondre (encore) au cœur de la Médina    La Chine tient son propre soleil artificiel    L'acteur Tarik Bakhari en deuil suite au décès de son fils    Conversation téléphonique et commérages, le sketch hilarant de The Tberguig !    Arrivée à Rabat du président du gouvernement espagnol    La France veut augmenter les frais de scolarité pour les non-européens    La Fondation Attijariwafa bank, partenaire de la 12e édition de la caravane AMGE    La HACA présente son bilan 2016-2017    CSEFRS/UNICEF. Comment lutter contre les inégalités éducatives    Point de vue : La jeunesse nous met face à nos responsabilités!    Aide à la production cinématographique : 16 projets subventionnés    CAN-2019 : Première qualification pour la Mauritanie    Le cheval Taymour remporte le Grand Prix de SM le Roi Mohammed VI du pur-sang Arabe    Amazigh. Les parlementaires appelés à rapprocher leurs visions    Financement sportif. Comment rétablir la confiance des investisseurs    La Renaissance de Berkane remporte la coupe du trône, la toute première de son histoire    Sanofi récompense les travaux de recherche sur le diabète au Maroc    Takrim 2018: L'inventeur marocain Rachid Yazami remporte le prix Innovation scientifique et technologique    Les relations maroco-libanaises en débat à la FSJES de Mohammedia    Grâce au PSOE et au PP, le Parlement espagnol n'a pas servi de lieu de propagande séparatiste    Un collectif espagnol dénonce l'instrumentalisation de la question féminine par le Polisario    China Trade Week Morocco 2018 se tiendra à Casablanca    La CDG présente à Rabat son programme international pour l'Afrique    Divers    Michael Gove, l'improbable sauveur de Theresa May    Pourquoi l'équipe de France est passée au travers    Doublement gagnant    News    Le Maroc à la conquête de l'espace    Les manifestations des "Gilets jaunes" ont fait un mort et plus de 400 blessés    Dakhla abrite la 11ème édition du Festival de la mode africaine    Le Liban invité d'honneur au Festival international du cinéma d'auteur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saida Fikri
Publié dans Maghreb Observateur le 25 - 09 - 2010

Saida Fikri auteur, compositeur, guitariste et interprète d'origine marocaine, est connue au Maghreb et en Europe pour l'expression d'une ferveur sociale dans un style inédit.
Les chansons de Saida réunissent les influences de la musique contemporaine du monde : rock, bleues, jazz, folk, pop, country et reggae. Mais dans le mélange de ces divers courants on y décèle invariablement une note «orientale» subtile, des tonalités dont les traces incluent gnawi, rai, et chaabi, ainsi que les chants traditionnels berbers, andalouciens et arabes-classiques. Saida écrit ses paroles en dialecte maghrébin, en français, en arabe classique et en anglais.
La fusion de rythmes cosmopolites a pour résultat un style unique en son genre : à savoir, bien que Saida ait intégré les meilleures d'innombrables traditions musicales, sa musique ne ressemble à aucune autre dans le monde.
Le répertoire de Saida peut se diviser en deux rubriques sur le plan d'instrumentation. D'une part les «grandes» chansons telles que «Zmane Naga» et «Ait Mankhabbi» sont éxécutées avec de nombreux instruments et chœurs. Leurs cadences «rapides» et passionnantes incitent inévitablement le public à se balancer au rythme, à la danse joyeuse.
D'une autre part, Saida maîtrise également le chant «doux» dans le style de Joan Baez ou de Joni Mitchell, ce qui est réalisé en solo à la guitare, ou en duo accompangé d'un autre instrument acoustique. La chanson "«Misiria» en est le parfait exemple", indique Mohamed Lotfi, journaliste de Radio-Canada. "Une voix, une guitare et des mots qui tracent sans détour le portrait universel d'une société où règnent encore injustices, inégalités et le patriarcal abus de pouvoir".
Donc Saida, c'est une artiste engagée dont les principes sont la justice, la vérité et l'honneteté. Son art, chargé d'émotions complexes et de messages sociaux, fait preuve d'un profond souci pour la détresse et la souffrance du peuple du Maroc. Elle a chanté la misère, l'exploitation, l'exclusion, l'injustice contre la femme, la douleur de l'expatriation et la nostalgie de la patrie qui demeure dans le cœur de l'expatrié. Elle a même attaqué directement l'indifférence et l'hypcrisie de fonctionnaires. En réponse à la question "que Saida chante-t-elle ?", un jeune de 18 ans présent à Rabat pour une soirée de Saida a prononcé : "Elle chante nos problèmes".
Saida Fikri est de plus un pionnier social dans le monde arabe. Normalement, une chanteuse arabe interprète les paroles écrites pour elle par des hommes. Mais Saida est l'artisane totale de son œuvre : non seulement elle chante, mais elle écrit aussi ses propres paroles, compose ses propres mélodies, et contribue à la mise-en-scène de sa propre création en tant que guitariste. En fait elle était la première chanteuse marocaine à jouer de la guitare en public.
Cette frondeuse, originaire de Casablanca, a grandi en écoutant Joan Baez, Dolly Parton et Bob Dylan. Elle a commencé à jouer de la guitare à l'age de 8 ans et a composé sa première chanson à 12. Peu après elle se retrouve étudiante de musique au Conservatoire de Casablanca. Sa carrière d'aborder les thèmes les plus tabous de la société marocaine a démarré dès la sortie de son premier album «Nadmana» en 1994, bien avant l'ouverture politique du roi actuel, à l'époque où la liberté d'expression était limitée. Maintenant Saida compte plus de huit albums.
Sa musique connaissant une réussite commerciale immédiate, Saida s'est mise à tourner partout au Maroc et en Europe. Le gouvernement belge l'a invitée à se produire, en tant que représentante de la femme maghrébine moderne, devant des dizaines de millers à la Grande Place de Bruxelles. Saida a aussi paru sur scène au club Paradiso à Amsterdam, une salle prestigieuse consacrée aux grandes stars mondiales.
En avril 2008, Saida et son groupe de 5 musiciens ont effectué une tournée artistique aux Etats-Unis et au Canada, notamment à New York, à Boston, à Washington DC et à Montréal. Au sujet du concert dans la capitale des Etats-Unis, tenu à Rosslyn Spectrum Theatre, Saida a "étonné son public lui offrant un grand moment de chaleur et de flègme", a remarqué Ayoub Akil de Libération (Maroc), et d'après la Maghreb Arab Presse, "ses fans..., vivant dans la région de Washington, lui ont réservé un accueil enthousiaste....Tout au long de ce concert, le public a battu la mesure au rythme des mélodies et a joint sa voix à celle de l'artiste pour fredonner des refrains de son riche répertoire..." La soirée de Washington était diffusée sur la chaîne marocaine Maghribia le 16 mai 2008.
Au concert tenu à Rabat le 20 mai 2008 sous le patronage du Festival Mawazine, Saida était accueillie par de vives acclamations de 30.000 fans qui récitaient ses paroles mot par mot.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.