Dakhla, capitale de l'intelligentsia africaine?    48es Assises de la presse francophone: Quand «l'empire des émotions» submerge l'information    Crise du PAM: Une réunion décisive cette semaine    Crowdfunding immobilier: Un business model "freemium"    PLF: Le compromis Benchaâboun sur l'article 9    Engie réorganise son activité au Maroc    L'OMC paralysée par Trump    Présidentielle algérienne: La diaspora vote sous tension en France    48es Assises de la presse francophone: Au pays de Roger Milla, de Manu Dibango et de «l'Afrique en miniature»    Nador: Arrestation d'un individu pour implication dans la constitution d'une bande criminelle    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Donald Trump et l'affaire ukrainienne    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Aéronautique: Karim Cheikh réélu président du GIMAS    McLaren confirme le pilote marocain Michael Benyahia pour son programme de développement 2020    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    S.M le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football    Rude épreuve tétouanaise pour le Raja    La Finlandaise Sanna Marin Plus jeune chef de gouvernement de la planète    L'intégration financière, un impératif important pour l'Afrique    Des taux désespérément effarants    "Mains de lumière" fait escale à Tétouan    Coup d'envoi à Agadir du Festival international Cinéma et migrations    Mohamed Benabdelkader : La dématérialisation, un des principaux piliers de la transformation de l'administration judiciaire nationale    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    S.A.R la Princesse Lalla Hasnaa préside le Conseil d'administration de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement    L'université et son importance dans l'épanouissement des personnes autistes    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    L'égalité genre, prélude à l'autonomisation de la femme    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    Accusée d'"irrespect envers le drapeau national", Oum fait une mise au point    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    Le Maroc classé en dessous de la Palestine    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    Aziza Jalal remonte sur les planches    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le polisario, dos au mur après la chute du régime Kadhafi (Gazette du Congrès US)
Publié dans MAP le 28 - 01 - 2012

La fin du régime Kadhafi laisse le polisario dos au mur et pose avec acuité l'impérieuse nécessité de l'unité maghrébine, "qui a trop longtemps pâti du refus systématique des séparatistes de s'engager sérieusement dans des négociations sous l'égide de l'ONU" en vue d'un règlement de la question du Sahara, souligne lundi la Gazette du Congrès américain (The Hill).
"A cause de l'intransigeance et du refus systématique du polisario à négocier sérieusement, sous l'égide des Nations Unies, le conflit du Sahara se trouve empêtré dans une impasse depuis plus de trois décennies", déplore la publication américaine, dans un article intitulé: "Paix ou +poudrière+ en Afrique du Nord".
Cette impasse, note l'auteur de l'éditorial, Edouard M. Gabriel, ancien ambassadeur US, "a eu pour conséquence d'exacerber les conditions de vie des séquestrés dans les camps de Tindouf et de mettre en péril la stabilité dans la région du Maghreb".
L'ancien diplomate US a estimé, à cet égard, que la fin du régime Kadhafi, soutien de la première heure des séparatistes, "ouvre la voie à une plus grande intégration dans cette région, élément essentiel pour générer la croissance économique, ainsi que les conditions d'une meilleure coopération pour ce qui est des questions de sécurité".
Tous ces facteurs réunis son incontournables pour assurer, à leur tour, le succès des réformes démocratiques, a-t-il dit.
Conscient de cet impératif, "le nouveau leadership libyen n'a pas tardé à déclarer son soutien à la proposition d'autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine", a relevé Edouard Gabriel, notant que la nouvelle constitution marocaine, qui a fait l'objet d'une "très forte adhésion" des populations sahraouies, "constitue un exemple de réformes démocratiques pacifiques".
De même source on rappelle que le Département d'Etat américain avait récemment souligné, dans un rapport, que le conflit du Sahara "constitue une entrave à une plus grande coopération antiterroriste" entre l'Algérie et le Maroc, "une faiblesse qu'AQMI ne manquera pas d'exploiter".
The Hill rappelle, par ailleurs, que des centaines de militants du polisario avaient été recrutés par le régime Kadhafi dans le but de "faire plier la rébellion libyenne" et prendre les armes contre les forces de l'OTAN, ajoutant que des membres des séparatistes avaient également été liés à Al-Qaeda dans le Maghreb Islamique et aux trafiquants de drogues dans la région du Sahel.
"A cause de six mois de guerre civile et de chaos en Libye, la région du Sahel est plus que jamais en danger", met en garde la publication américaine, en expliquant que des quantités innombrables d'armes de l'ancien régime libyen sont actuellement en libre circulation dans la région, y compris des missiles sol-air, "actuellement entre les mains d'AQMI, selon les autorités mauritaniennes".
Le chef de l'Africom, le général US Carter Ham, avait à ce propos comparé la région à une "poudrière", en soulignant que la présence d'AQMI au Sahel constitue "un danger pour les Etats Unis et pour d'autres pays occidentaux".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.