Le 8ème congrès national de la JS reporté à la mi-septembre    Benabdallah: Elire une nouvelle direction capable de dépasser les dysfonctionnements    La Gendarmerie royale et la Guardia Civil se réunissent à Agadir    Maroc Telecom: les détails de l'OPV    Objectif Downing Street : Qui face à Boris Johnson ?    Un panneau publicitaire blesse grièvement un homme à Casablanca…    Conférence nationale sur le financement de la santé    Le marché de l'art sur la voie de la digitalisation    Remise des prix aux lauréats Marocains du concours national de la langue russe    Le Meeting International Mohammed VI d'athlétisme tient ses promesses    Accréditation : London Academy Casablanca homologuée    Couverture sanitaire universelle : Un droit fondamental    L'équipe du Maroc s'incline pour la seconde fois    Zahira Tigtate: Sa conception exemplaire d'art et de créativité    Promotion du 8e Prix Sultan Qabous depuis Rabat    Hilale: Pas de solution à la question du Sahara en dehors de la souveraineté du Maroc    Une cellule liée à EI démantelée à Tétouan    Brésil: Bolsonaro face à la grogne populaire…    Voiture électrique. La ministre El Ouafi donne l'exemple    Production. L'industrie en convalescence    Finances publiques. Les recettes grimpent et dépenses stagnent    Port de Casablanca. Des nouvelles mesures pour renforcer le contrôle    Lancement à Tanger d'un grand roadshow destiné aux TMPE    Le Maroc prend part aux Journées MENA-OCDE à Tunis    Pour l'amour du ballon rond ?    Boxe. La sélection nationale s'échauffe à Cuba    Forte participation marocaine au Salon international de l'aéronautique du Bourget    Les schémas de guerre    Le musée de la publicité inauguré à Rabat    Sublime Marcel Khalifé !    Edito : Inquiétant !    Prisme tactique : Le milieu de terrain, symbole de tous les maux    Insolite : Taper sur Trump ?    Présidentielle en Mauritanie : De joyeuses soirées sous la tente rythment la campagne    News    Le Maroc et le Portugal souhaitent consolider davantage la coopération énergétique bilatérale    Rapport final de la XXVIIème Assemblée régionale Afrique de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie    Les lipides laitiers contribueraient à réduire le risque cardiovasculaire    Au menu, 5 grammes de plastique par semaine    Formation à Laâyoune sur l'intégration de la dimension handicap dans les programmes régionaux de développement    Driss Lachguar s'entretient avec Vo Van Thuong, membre dirigeant du Parti communiste vietnamien    Les MRE invités à s'impliquer davantage dans la relance du secteur de l'immobilier    Journée de sensibilisation à Marrakech sur les avantages du pompage solaire dans l'agriculture    "Sarriverderci" Chelsea, Sarri à la Juventus    Patrice Bommel : Préserver d'abord le groupe    Réforme de l'administration publique : Le droit et le "new public management"    Ces tournages qui ont tourné au drame    La richesse du patrimoine culturel sahraoui au cœur du carnaval de Tan Tan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le polisario, dos au mur après la chute du régime Kadhafi (Gazette du Congrès US)
Publié dans MAP le 28 - 01 - 2012

La fin du régime Kadhafi laisse le polisario dos au mur et pose avec acuité l'impérieuse nécessité de l'unité maghrébine, "qui a trop longtemps pâti du refus systématique des séparatistes de s'engager sérieusement dans des négociations sous l'égide de l'ONU" en vue d'un règlement de la question du Sahara, souligne lundi la Gazette du Congrès américain (The Hill).
"A cause de l'intransigeance et du refus systématique du polisario à négocier sérieusement, sous l'égide des Nations Unies, le conflit du Sahara se trouve empêtré dans une impasse depuis plus de trois décennies", déplore la publication américaine, dans un article intitulé: "Paix ou +poudrière+ en Afrique du Nord".
Cette impasse, note l'auteur de l'éditorial, Edouard M. Gabriel, ancien ambassadeur US, "a eu pour conséquence d'exacerber les conditions de vie des séquestrés dans les camps de Tindouf et de mettre en péril la stabilité dans la région du Maghreb".
L'ancien diplomate US a estimé, à cet égard, que la fin du régime Kadhafi, soutien de la première heure des séparatistes, "ouvre la voie à une plus grande intégration dans cette région, élément essentiel pour générer la croissance économique, ainsi que les conditions d'une meilleure coopération pour ce qui est des questions de sécurité".
Tous ces facteurs réunis son incontournables pour assurer, à leur tour, le succès des réformes démocratiques, a-t-il dit.
Conscient de cet impératif, "le nouveau leadership libyen n'a pas tardé à déclarer son soutien à la proposition d'autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine", a relevé Edouard Gabriel, notant que la nouvelle constitution marocaine, qui a fait l'objet d'une "très forte adhésion" des populations sahraouies, "constitue un exemple de réformes démocratiques pacifiques".
De même source on rappelle que le Département d'Etat américain avait récemment souligné, dans un rapport, que le conflit du Sahara "constitue une entrave à une plus grande coopération antiterroriste" entre l'Algérie et le Maroc, "une faiblesse qu'AQMI ne manquera pas d'exploiter".
The Hill rappelle, par ailleurs, que des centaines de militants du polisario avaient été recrutés par le régime Kadhafi dans le but de "faire plier la rébellion libyenne" et prendre les armes contre les forces de l'OTAN, ajoutant que des membres des séparatistes avaient également été liés à Al-Qaeda dans le Maghreb Islamique et aux trafiquants de drogues dans la région du Sahel.
"A cause de six mois de guerre civile et de chaos en Libye, la région du Sahel est plus que jamais en danger", met en garde la publication américaine, en expliquant que des quantités innombrables d'armes de l'ancien régime libyen sont actuellement en libre circulation dans la région, y compris des missiles sol-air, "actuellement entre les mains d'AQMI, selon les autorités mauritaniennes".
Le chef de l'Africom, le général US Carter Ham, avait à ce propos comparé la région à une "poudrière", en soulignant que la présence d'AQMI au Sahel constitue "un danger pour les Etats Unis et pour d'autres pays occidentaux".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.