Peine de mort. Le tueur de Adnane sera-t-il exécuté ?    A travers « Souss Launchpad » : Enactus accompagne 800 jeunes dans le Souss Massa    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    Sahara marocain : Le Bundestag rejette la discussion d'une motion hostile au Maroc    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, vendredi 15 janvier    La Mercedes Classe E s'offre un lifting    Jeux video. « 3ich l'game », saison 2    Renaulution. Nouveau plan stratégique de Renault    Covid-19 : L'infection procure une immunité naturelle de 5 à 8 mois    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Maroc: L'essentiel du Budget économique prévisionnel 2021 du HCP    Une édition pas comme les autres : Le Maroc à l'assaut du CHAN    Les équipes à suivre de très près    Développement territorial et résilience : La Banque mondiale appuie la gestion durable du littoral marocain    Un webinaire pour débattre sur l'Afrique post-Covid    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué son ami    Selouane : Démantèlement d'une bande de cambrioleurs    Casablanca : Remise d'équipements de projets générateurs de revenus au profit d'ex-détenus    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Maroc-USA: Un mémorandum d'entente pour la préservation du patrimoine culturel marocain signé    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Casablanca : Le contrat de Lydec en ligne de mire    ONP : Digitalisation de la criée    Perspectives après l'annonce du vaccin Covid19 : Les Marocains ont le moral    Al Omrane et le ministère de la solidarité signent une convention-cadre de partenariat    Banque de sang : Des stocks mal exploités, périmés puis détruits !    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    Donald Trump mis en accusation Un deuxième "impeachment" historique    La production industrielle en hausse de 2,5% dans la zone euro à fin novembre dernier    Une présence de taille de la question amazighe sur la scène culturelle malgré la pandémie    Evolution du coronavirus au Maroc : 1279 nouveaux cas, 456.334 au total, jeudi 14 janvier 2021 à 18 heures    Le PSG s ' adjuge le Trophée des champions    Mondial de handball : le Maroc débute contre l'Algérie    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Tennis : L'ATP Cup...version 2021    Premier League : Aston Villa covidé, son match de dimanche reporté    Début d'un confinement strict    Poutine réunit les protagonistes du conflit du Haut-Karabakh    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    Le confinement a stimulé l'envie de lire, surtout chez les plus jeunes    La beauté intérieure et l'amour des belles lettres    Les ventes totalisent 34 MDH / Artcurial Maroc : Un grand succès pour la session «Un Hiver marocain» à Marrakech    Zuckerberg vs Trump. Facebook plonge en bourse    Bientôt un musée à Laayoune    Législation des pétitions : la balle dans le camp du chef de gouvernement    Migration : la justice espagnole approuve les aides accordées au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gestion des écosystème forestiers: Une nouvelle stratégie pour préserver ce patrimoine
Publié dans MAP le 20 - 03 - 2010

Conscients du rôle que joue le patrimoine forestier dans le développement durable et la protection de l'environnement, le Maroc, qui célèbre ce mardi 21 mars, à l'instar des autres pays du globe, la Journée mondiale de la Forêt, a opté pour une nouvelle stratégie ambitieuse pour la préservation du patrimoine forestier.
- Par Khalid El harrak-
Ainsi, dans le but de protéger la forêt marocaine et de préserver la diversité de son écosystème, le Haut Commissariat aux Eaux et Forêt et à la lutte contre la Désertification a mis en place une stratégie intégrée qui s'articule autour de trois piliers: la sécurisation foncière du domaine foncier et la protection des forêts, la réhabilitation des écosystèmes forestiers et la mise à niveau de l'environnement du secteur.
Le haut commissariat a également mis en Œuvre un plan décennal (2005-2014) qui fixe les actions de terrain visant la réhabilitation du couvert forestier national.
Ce plan prévoit la régénération d'ici 2014 de 20.000 ha du chêne-liège à la forêt Maâmoura.
Cette armada de mesures est suivie par d'autres opérations, dont des actions de communication et de sensibilisation axées sur la responsabilisation des divers acteurs concernés (collectivités locales, communautés traditionnelles et ayant-droits), ainsi que l'organisation des usagers à travers l'émergence des coopératives et le regroupement d'usagers en associations pastorales, selon le Haut commissariat.
Outre son rôle environnemental de conservation de la biodiversité, des eaux et de la productivité des terres, le patrimoine forestier génère aussi une valeur annuelle directe de plus de 7 milliards de dirhams et engendre 8 à 10 millions de jours de travail en forêt.

-UN PLAN DE PREVENTION POUR UN SECTEUR VULNERABLE-

Or, ce patrimoine, met en garde le Haut Commissariat, reste toutefois extrêmement vulnérable pour plusieurs raisons, dont la croissance démographique, la pression exercée sur les ressources naturelles, l'usage disproportionné du droit de jouissance ainsi que les incendies responsables de la destruction de 3.024 ha par an (0,05 pc de la superficie totale de la forêt), un taux qui reste faible en comparaison avec celui enregistré au Portugal (2,6 pc ) ou en Espagne (1,4 pc).
C'est dans ce cadre que le haut commissariat a mis en place un Plan directeur de prévention et de lutte contre les incendies de forêts pour la maîtrise de ce fléau à travers notamment l'élaboration d'outils de prédiction permettant d'évaluer le danger et d'anticiper sur le risque d'incendie au moyen de mesures préventives et dissuasives adéquates et d'un programme annuel d'action de prévention et de lutte contre les incendies de forêts.
Espace riche et diversifié, le domaine forestier marocain s'étend sur une superficie de 9 millions d'hectares, dont 5,8 millions boisés.
Le couvert forestier correspond à 8 pc de la superficie globale du Royaume (3,2 pc dans le Sud et 42 pc dans le Rif).
Selon le haut commissariat, la forêt de l'arganier revêt un caractère spécial, le droit de jouissance y afférent étant très large, plus que dans n'importe quelle autre forêt, car les ayant-droits peuvent y cultiver et bénéficier des récoltes.
L'arganier, qui s'étend sur une superficie de 871.000 ha est l'une des quatre composantes de la famille forestière marocaine, les autres étant le thuya (566.000 ha), le chêne-liège (350.000 ha) et la cédraie (133.000 ha).
La forêt marocaine se caractérise aussi par sa diversité biologique. Sa faune et sa flore variées la qualifie pour occuper la deuxième position après la Turquie, en terme de diversité dans la région méditerranéenne.
La gestion du patrimoine forestier consiste en la délimitation, l'homologation et l'immatriculation de l'ensemble du domaine forestier à l'horizon 2014 et la gestion rationnelle du droit d'usager et de propriété.
Les réalisations du haut commissariat dans ce sens entre 2005-2009 ont atteint l'immatriculation de 824.000 ha l'homologation de 1.178.000 ha ainsi que la réalisation des études techniques pour 2.650.000 ha.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.