Le ministère de l'Intérieur fait une annonce importante    Automobile : Le Maroc importe 1,1% de voitures espagnoles en 2021    Risques climatiques: la Banque mondiale soutient le Maroc    Energie renouvelable: Des Israéliens à l'assaut du marché marocain    Immobilier : l'offre et la demande sur les appartements se dynamisent    Tunisie: la nouvelle constitution adoptée à près de 95% des voix    Transfert de Ziyech: Man United fait une offre à Chelsea mais...    Universités marocaines : Grandes absentes du Classement de Shanghai    Incendie de forêt près de M'diq: les précisions du procureur du roi    Météo Maroc: temps assez chaud et rafales de vent ce mercredi    Pour la fête nationale, les Gabonais choisissent Laâyoune, une première    La police de proximité au centre du nouveau numéro de la revue de la Gendarmerie royale    «La Marocanité du Sahara, une vérité incontestable, le plan d'autonomie, un choix stratégique»    Au moins 50 morts depuis juin au Nigeria    L'armée se retire du Mali après plus de neuf ans d'intervention    Dossier Spécial: Fête du Trône 2022    Géopolitique, l'humanité en « stand by », comment réinventer l'ordre mondial ?    La tribu Ouled Dlim réitère son engagement au processus de développement régional    Liverpool cale encore contre Crystal Palace    En attendant fin novembre prochain...    Programme PRIM : 5 projets en matière de migration sélectionnés dans l'Oriental    Covid-19 au Maroc : 100 nouvelles infections et aucun décès ce mardi    Un film brésilien remporte le Léopard d'Or    La pièce « Al Majdoubia » de Sami Saâdallah remporte le Grand Prix    Le Maroc prépare son dossier de candidature    Abdallah Bouhamidi: Quand le vélo devient un moyen de mesure du degré de la civilisation    Le Maroc, un pays très dépendant du cash, selon une étude    Criminalité: opération coup de poing du pôle DGSN-DGST à Fès    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 16 Aout 2022    Jerada: trois morts par asphyxie au dioxyde de carbone dans un puits d'extraction de charbon    Casablanca / Film éducatif : « La dernière vague » décroche le Grand Prix    Khadija El Bidaouia rassure ses fans et garde espoir (VIDEO)    La Turquie annonce le départ de 5 navires supplémentaires de céréales ukrainiennes    20e édition de L'Boulevard : Le Tremplin du 23 au 25 septembre au R.U.C Casablanca    Lions de l'Atlas. Adil Ramzi: «Je contacterai Ziyech, une fois nommé adjoint de Regragui»    Ligue des champions de la CAF (Dames) : L'AS FAR exemptée des éliminatoires zonales en cours (Agadir)    Crise sino-américaine : Mise en garde US contre les manœuvres chinoises "irresponsables"    Football : le tirage au sort de la Botola Pro D1 et D2 le 19 août    Tournoi feu Ahmed Ntifi : L'Oriental accueille la 34ème édition    Revue de presse quotidienne de ce mardi 16 août 2022    Immigration clandestine: L'UE alloue 500 millions d'euros pour soutenir le Maroc    Le jury du Prix international Booker 2023 présidé par la Franco-marocaine Leïla Slimani    Festival des Marocains du Monde d'Imilchil : Forte participation de la diaspora marocaine    Kitesurf : La 7ème édition de «Dakhla Downwind Challenge» se poursuit jusqu'au 20 août    Dette intérieure : Un encours de 666,1 milliards de dirhams à fin juillet    HCP. 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes    Afrique du Sud: Jacob Zuma bataille contre son renvoi en prison    Le Celtic pense toujours a Ryan Mmae    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pauvreté des apprentissages : 70 % des enfants de 10 ans sont incapables de lire et comprendre un texte simple
Publié dans Maroc Diplomatique le 26 - 06 - 2022

La COVID-19 aggrave la crise mondiale des apprentissages, avec un risque de pertes de revenus tout au long de la vie estimé à 21 000 milliards de dollars.
À la suite du choc sans précédent qui a frappé l'éducation, la pauvreté des apprentissages a augmenté d'un tiers dans les pays à revenu faible et intermédiaire : 70 % des enfants de 10 ans seraient incapables de comprendre un texte simple à l'écrit, selon un nouveau rapport publié aujourd'hui par la Banque mondiale, l'UNESCO, l'UNICEF, le bureau des Affaires étrangères, du Commonwealth et du Développement du Royaume-Uni (FCDO), l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID) et la Fondation Bill & Melinda Gates. Ce taux s'élevait déjà à 57 % avant la pandémie, et celle-ci n'a fait qu'aggraver la crise des apprentissages. Cette génération d'élèves risque désormais de perdre 21 000 milliards de dollars de revenus tout au long de la vie en valeur actuelle, soit l'équivalent de 17 % du PIB mondial, contre les 17 000 milliards de dollars de pertes estimés en 2021.
Selon l'Etat de la pauvreté des apprentissages dans le monde en 2022 , c'est dans la région Amérique latine et Caraïbes que les apprentissages ont le plus pâti de la fermeture prolongée des écoles, de l'inefficacité des mesures prises pour y remédier et des baisses de revenus chez les ménages : 80 % des enfants en fin de cycle primaire seraient désormais incapables de lire et comprendre un texte simple, contre environ 50 % avant la pandémie. La deuxième plus forte augmentation concerne l'Asie du Sud, où les simulations évaluent à 78 % la proportion d'enfants qui ne possèdent pas une maîtrise minimale de la lecture, contre 60 % avant la COVID-19. Les premières données disponibles sur les niveaux d'apprentissage réels des enfants après la réouverture des systèmes scolaires à travers le monde viennent corroborer les prévisions faisant état de pertes d'apprentissage considérables. En Afrique subsaharienne, l'aggravation de la situation a été relativement moins marquée, les fermetures d'écoles n'ayant en général duré que quelques mois dans cette région, mais le taux de pauvreté des apprentissages atteint le niveau extrêmement élevé de 89 %. Dans toutes les autres régions, les simulations indiquent une hausse de la pauvreté des apprentissages.
Le rapport montre également que, même avant la pandémie, la crise mondiale des apprentissages était plus profonde qu'on ne le pensait. Des données mises à jour et révisées révèlent en effet que la proportion mondiale moyenne d'enfants de 10 ans incapables de lire et comprendre un texte simple dans les pays à revenu faible et intermédiaire ressortait à 57 % avant la COVID, contre un taux de pauvreté des apprentissages estimé précédemment à 53 % en 2015. Dans des régions comme l'Amérique latine-Caraïbes et l'Afrique subsaharienne, pour lesquelles on dispose de données comparables dans le temps, le rapport met en évidence des taux de pauvreté des apprentissages en stagnation au cours de cette période. Il ne suffira donc pas de retrouver les niveaux d'avant la COVID pour offrir des perspectives d'avenir à tous les enfants du monde : il faudra agir vigoureusement pour restaurer et accélérer les apprentissages.
La fermeture prolongée des écoles et l'hétérogénéité des mesures prises pour y remédier ont creusé les inégalités chez les élèves. On dispose de plus en plus d'éléments montrant que les enfants issus de milieux socioéconomiques pauvres et d'autres groupes défavorisés présentent des pertes d'apprentissage plus importantes. Ce sont les enfants dont la maîtrise des compétences fondamentales en lecture était déjà la plus fragile avant les fermetures qui risquent d'avoir subi les retards d'apprentissage les plus importants. Or, sans un socle solide d'aptitudes de base, les enfants auront du mal à acquérir les compétences techniques et plus sophistiquées nécessaires pour réussir sur des marchés du travail de plus en plus exigeants et dans des sociétés plus complexes.
La nécessité d'un engagement soutenu à tous les niveaux de la société
Pour parvenir à restaurer et accélérer les apprentissages, le rapport met l'accent sur la nécessité d'un engagement national soutenu, depuis les plus hauts échelons politiques jusqu'à la société tout entière. Et de préconiser, pour enrayer la crise profonde des apprentissages, la formation de coalitions nationales qui fédèrent les familles, les éducateurs, la société civile, le monde de l'entreprise et d'autres ministères au-delà de celui de l'éducation. Cet engagement doit se traduire davantage par des actions concrètes aux niveaux national et infranational, à savoir une meilleure évaluation des acquis et une plus grande disponibilité de données afin de combler de vastes lacunes statistiques, des objectifs de progrès clairement définis et des plans de restauration et d'accélération des apprentissages reposant sur des éléments probants.
Compte tenu de l'ampleur des difficultés et de la rareté des ressources, les pays doivent concentrer leurs efforts sur les stratégies d'un meilleur coût-efficacité pour s'attaquer à la pauvreté des apprentissages.
Le cadre RAPID propose à l'intention des systèmes éducatifs une palette d'interventions éprouvées pour remédier aux pertes d'acquis chez les enfants et pour accélérer, à plus long terme, les progrès dans l'apprentissage des compétences fondamentales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.