Les villes doivent impérativement maintenir des systèmes alimentaires durables, affirme la FAO    Allemagne : des milliers de manifestants réclament à de prendre en charge les réfugiés    Le Raja de Casablanca retrouve la tête du classement de Botola Pro D1    Coronavirus : le Maroc dépasse la barre des 100.000 contaminations    Le Maroc remarquablement élu au Comité des Droits de l'Homme de l'ONU    Liberté économique : le Maroc 78ème mondial    La BVC dans le rouge du 14 au 18 septembre    Algérie: Un milliard de dollars de pertes financières    Mamounia, Royal Mansour, Fours Seasons...ils vont rouvrir leurs portes à Marrakech    Le docteur et académicien Mohamed Talal tire sa révérence    Abu Wael al-Rifi : Le contraste saisissant entre les grands patriotes et les petits maitres des entourloupettes    Mercato: Gareth Bale de retour à Tottenham!    Bundesliga: Le Bayern détruit Schalke!    Liverpool officialise l'arrivée de Thiago Alcantara    Lanceur d'alerte : Révélations en série d'un officier des services secrets du Polisario    Coronavirus: en France, la Haute Autorité de santé tranche sur la fiabilité des tests salivaires    Tanger: la douane découvre une usine clandestine    Marrakech adoptera l'enseignement en alternance    Mohamed Rouicha : sauveur de mémoire    Un parcours culturel très riche et très séduisant    Des artistes marocains appellent à la réouverture des théâtres et des salles de cinéma!    Washington reconduit unilatéralement les sanctions de l'ONU contre l'Iran    En Grèce, 9 000 demandeurs d'asile ont déjà rejoint le nouveau camp de Lesbos    Climat des investissements au Maroc : le Département d'Etat US distribue bons et mauvais points [document]    Formation: mesures exceptionnelles en faveur des entreprises marocaines    "Africa Innovation Week 2020": l'EMSI rafle la mise    Contrats spéciaux de formation: des mesures annoncées en faveur des entreprises marocaines    Entretien avec Othman Ktiri, l'entrepreneur marocain qui a réussi en Espagne    Mexico : création d'un groupe d'amitié avec le Maroc pour promouvoir la coopération bilatérale    «Enquête exclusive» : les dérives du régime algérien mises en lumière    Arabie saoudite: cinq personnes blessées par un projectile tiré par les Houthis    Une photo de Leila Hadioui avec Saad Lamjarred surprend ses fans    Nadal tombe à Rome (VIDEO)    Météo : le temps se rafraîchit ce dimanche au Maroc (températures)    Tanger : après l'affaire Adnane, nouvelle arrestation pour « attentat à la pudeur »    Mika « Loves Beirut » et d'autres stars mondiales aussi    L'image de la semaine    «Zanka contact», un ovni dans le 7e art national    Culture en vrac    Botola Pro: l'OCK tombe à domicile face à Berkane (VIDEO)    Real Madrid: Gareth Bale prêté à Tottenham    La presse britannique évoque les « sculptures » de Mehdia    Cellule terroriste démantelée le 10 septembre: Ce que révèle l'expertise de la police scientifique    Le secrétariat général des Finances de nouveau vacant    El Fizazi n'exclut pas un retour de Benkirane à la politique    Turquie : Ankara condamne un journal grec qui avait invité Erdogan à « aller se faire foutre »    Etat-Unis : Les applications chinoises TikTok et WeChat interdites    Le forum de la jeunesse du cinéma hassani démarre ce soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les rapaces du Maroc, des espèces en sursis
Publié dans MarocHebdo le 29 - 07 - 2013

MAROC HEBDO INTERNATIONAL N° 1034 - Du 19 au 25 juillet 2013
Retour
EXTINCTION. Plusieurs espèces de rapaces du Maroc sont déjà éteintes. D'autres sont en voie d'extinction. Trafics, braconnages, massacres... les faucons pèlerins, les buses, le gypaète barbu et les vautours font recettes.
Un rapace à la place Jamae L'fna? Oui, au même titre qu'un serpent ou un singe magot. C'est même devenu un fait courant. Il est vrai qu'il n'y en a pas des dizaines comme les singes ou les vipères, mais le phénomène est inquiétant. Un faucon pèlerin en captivité, montré comme une bête de foire, ou encore une buse, voire un gypaète barbu du Toubkal, il y a de quoi se demander comment arrêter la convoitise des braconniers qui déciment les hauteurs de l'Atlas en massacrant des espèces animales protégées par les lois marocaines.
Ce n'est pas tout, en mai 2013, sur les réseaux sociaux circulaient un post d'un vautour capturé dans la région d'Azilal. Le rapace a été tué et son prédateur était fier de montrer son grand exploit sur la toile. Plusieurs ornithologues marocains avaient alors réagi en choeur pour dénoncer ce massacre. Car l'épisode d'Azilal n'est pas un cas isolé.
Dans plusieurs régions, les rapaces, espèces protégées, font les frais des chasseurs d'un jour, de simples citoyens qui les piègent à la nuit tombée quand ils sont au repos ou alors de trafiquants qui les revendent à des touristes, font de la contrebande avec l'Algérie. Comme cela a été le cas, le 16 juillet 2013, avec cette cargaison de plus de 300 oiseaux qui devaient transiter par Oujda vers l'Algérie. L'intervention de la gendarmerie royale qui a intercepté les malfaiteurs, a sauvé les oiseaux.
Dans ce sens, Oussama Abaouss, un défenseur connu des oiseaux de proie, a publié sur son site Ecologie.ma, des photos prises à Jamae L'fna montrant le sort réservé à ces magnifiques rapaces. Pour lui, «ces oiseaux sont maltraités, leurs ailes coupées, pour qu'ils ne s'enfuient pas».
Rapaces urbains
Finie l'époque où les faucons étaient un emblème national à telle enseigne que dans les années 1970, des timbres à leurs effigies ont fait les beaux jours de la poste et de la philatélie au Maroc. Aujourd'hui, un faucon, c'est de l'argent qui vole et il faut l'abattre pour en faire des bénéfices. Selon les ornithologues marocains qui travaillent sur le terrain, un faucon capturé peut être vendu entre 1.000 et 5.000 euros. Des anecdotes racontent que certains faucons ont vu leur prix gripper à 250.000 dhs comme cet épisode survenu en 2007, relayé par la presse marocaine et égyptienne sur ce citoyen saoudien qui a égorgé son faucon acheté au Maroc parce que les autorités douanières du Caire lui avaient confisqué son oiseau. Evidemment, le prix est exorbitant.
Mais là n'est pas le plus important. Aujourd'hui, selon plusieurs sources, des dizaines de rapaces traversent le détroit en voiture et sont vendus à bon prix. Touristes, MRE, collectionneurs, les clients sont légion. Il faut juste trouver les rapaces.
A Casablanca, deux jeunes touristes espagnoles ont posté des tweets à leurs amies à Séville leur parlant de trois buses qu'on leur a proposées à 1.000 dhs l'unité. Il faut dire que Casablanca, depuis plus de dix ans, est devenue l'habitat bétonné pour des milliers de faucons pèlerins, des buses et autres chouettes.
Trafic juteux
Pourtant, les lois sont là. Mais qui s'en soucie? Car tout acte de braconnage ou de chasse de ces espèces protégées est passible de condamnation. L'article 63 est clair: «quiconque utilise des moyens ou des substances susceptibles d'entraîner la mort de spécimen d'espèce de flore et de faune sauvages ou de nuire à leur reproduction, à leur multiplication ou à leur milieu naturel», est puni d'une amende de 5.000 à 100.000 dirhams selon l'espèce. Le même verdict est réservé à toute personne qui «détient, transporte, vend, met en vente, achète, utilise à des fins commerciales» ce type d'espèces sans autorisation préalable du département des Eaux et Forêts.
C'est d'ailleurs ce département qui est censé veiller au respect de ces espèces menacées. Faut-il croire que ce n'est pas là une priorité écologique nationale? A coup sûr, non. Mais les actes vont s'amplifiant. Aujourd'hui, les gens ont découvert le filon. Ils ont vu qu'il y a de l'argent à se faire. Alors les techniques de capture sont de plus en plus sophistiquées. Certains organisent même des sorties, escaladent des montagnes, dressent des pièges à l'aide de grands filets pour attraper des milans ou des aigles royaux comme cela a été vu dans la région du Nord du côté de Oued Lao ou encore à Meknès.
![if gt IE 6]
![endif]
Tweet