Maroc. Radisson Hotel Group ouvre quatre nouvelles plateformes hôtelières    Monétique: le CMI affiche des chiffres records pour le mois de juillet    Liban : l'UE est prête à imposer des sanctions pour peser sur la formation d'un gouvernement    En Algérie, deux superstructures sécuritaires à couteaux tirés pour s'emparer des leviers du régime    JO 2020. Les Marocains El Guesse et Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800 m    JO-2020: Le programme du dimanche 1er août    Covid-19. Les vaccins, une voie à la fois sûre et fiable vers l'immunité    GB: les femmes enceintes fortement encouragées à se faire vacciner, face au variant Delta    Hausse de 4,1% du crédit bancaire en juin (BAM)    Levée des subventions sur le gaz butane, le sucre et la farine: ce qu'il en est vraiment    Conjoncture économique: les prévisions du HCP pour 2021 et 2022    Le Maroc s'inscrit, conformément à ses priorités, dans une perspective diplomatique multilatérale (ambassadeur)    Causalités foireuses et jugement médiatique orienté    Etats-Unis : les déclarations d'impôts de Trump doivent être transmises au Congrès    Libye : de retour, le fils de Kadhafi songe à se présenter à la présidentielle    Elections : L'Istiqlal déterminé à renforcer la position des Chambres de Commerce, d'Industrie et des Services    Le Président du Parlement arabe salue les réalisations accomplies par le Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Finale de la Coupe du Trône de basketball (2020-2021) : Le FUS Rabat remporte le titre face au Kawkab Marrakech    Au sujet des paris sportifs... L'ITIA et la FRMT suspendent à vie Mohamed Hirs et 35 000 $ d'amende !    Fête du trône : les vœux de Justin Trudeau    En Algérie, le scandale de faux comptes de désinformation liés au régime    Al Haouz: Fermeture d'un établissement hôtelier pour violation des mesures sanitaires    Covid-19. Le ministère de la Santé lance un appel à éviter les centres de vaccination à grande affluence    Covid-19 : Les objectifs de vaccination sont loin d'être atteints (OMS)    Maroc/Météo:Temps chaud, ce samedi 31 juillet    Pays-Bas : découverte d'un grand laboratoire de drogues de synthèse    Covid-19 au Maroc. Port du masque: les autorités serrent la vis    CEA-ONU : Les Initiatives Royales pour la promotion de la condition de la femme, saluées par Vera Songwe    La sélection nationale de Breakdance se prépare à Ifrane au Championnat du monde    Tunisie : le président Kaïs Saïed confie le portefeuille de l'intérieur à Ridha Gharsallaoui    Le président russe félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône    BCP : Un Produit net bancaire de 10,2 milliards DH à fin juin    ONCF. De bonnes performances et une nouvelle feuille de route à l'horizon    JO 2020. Les Marocains El Bakkali et Tindouft qualifiés pour la finale du 3 000 m steeple    Banques participatives/ BAM : les dépôts à vue collectés grimpent de 49% en 2020    Tunisie : L'hôpital de campagne marocain à Manouba opérationnel    Marocanité du Sahara : Une reconnaissance américaine historique    Slalom Kayak aux J.O de Tokyo : Le Marocain Mathis Saoudi perd en demi-finale    Basket-ball : La finale féminine de la Coupe du Trône reportée à cause de la Covid-19    "Allayla Sahratena": Une soirée spéciale fête du Trône, samedi à 21h45    Yassine Saibi, la musique dans la peau    Pegasus, médiatus, propagus    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    Maroc : découvertes de vestiges archéologiques majeurs à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



PRESIDENT PÂLE
Publié dans MarocHebdo le 07 - 05 - 2014

La colère populaire canalisée par les partis "démocratiques"
Président pâle
Des partis du gouvernement serviles, des
sénateurs dociles et des islamistes déguisés en citoyens aident le président Bouteflika à tenir son rôle tant bien que mal. Mais face à
la révolte, il n'a rien à proposer.
Par Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
• Le président Algérien Abdelaziz Bouteflika.
Ce 28 juin, 2000 représentants des populations des wilayas de l'est algérien et ceux de la capitale devaient marcher à Alger pour transmettre au président une liste précise de revendications. Mais Abdelaziz Bouteflika a déjà entendu le message. Seulement, il se sait otage. Alors il attribue la révolte populaire à la France, à l'apathie des élus locaux et à une cabale des intellectuels vendus au néocolonialisme. Plus personne n'attend rien de lui.
La Kabylie se calme peu à peu, bientôt une semaine sans émeutes. Les citoyens des régions tombées dans l'insoumission ont décidé de ne plus tomber dans la provocation "commanditée" des gendarmes qui cherchent à noyer une protestation populaire en carnage. Voilà pourquoi le 25 juin, jour anniversaire de l'assassinat de Matoub Lounès, le chanteur rebelle kabyle, les marches se sont tenues dans le calme et le recueillement.
Tragédie
L'Algérie n'a plus espoir qu'en ceux qui ne se sont pas compromis, et même si on a plus entendu Hachemi Cherif du MDS, ex-communiste, que Louisa Hanoune du Parti des travailleurs, le combat des partis prend le relais de celui du peuple contre l'"absence totale de liberté d'expression et d'opinion; contrôle absolu de toute la presse et des moyens de propagande; renforcement de l'appareil policier; existence et renforcement d'un appareil militaire; constant appel démagogique aux foules; recours à l'occasion de chaque difficulté nouvelle à des diversions". Ce que dénonçait Mohamed Boudiaf en 1963 quand il avait été jeté en prison.
Il y a neuf ans était assassiné Mohamed Boudiaf. La situation algérienne est allée en empirant après son tragique décès. Même si maintenant il y a l'espoir que le mouvement de fond qui soulève le peuple algérien puisse inaugurer l'ère de la parole retrouvée. Selon Nacer Boudiaf, fils du président défunt, "il convient donc d'essayer de cerner ce système qui n'a changé ni sous la démocratie" du parti unique, ni sous la "démocratie des soixante partis", pas plus qu'il n'a changé sous "l'économie socialiste", ni sous "l'économie de marché". C'est l'incurie totale de 1962 à la veille de 2002. À cette date, le pays aura connu sept chefs d'Etat. Le système les a intronisés et fait partir avec différents moyens, dont le coup d'Etat, la démission forcée et l'assassinat".
C'est contre ce système que les partis démocratiques algériens, la société civile et les représentants de la Coordination des villes et des villages mènent une lutte à mort. C'est contre ce système que Nacer Boudiaf se réserve le droit de demander une enquête internationale sur l'assassinat de son père.
Les avocats, les militants des droits de l'homme, les comités des villages s'interrogent encore sur le sort de 80 marcheurs disparus depuis le jeudi noir, 14 juin, à Alger. Hocine Aït Ahmed a saisi le CICR sur ces disparitions inquiétantes.
Où va l'Algérie?
Retour