Hajj 2021: nouvelle annonce du ministère des Habous    Équipe nationale : On tire la sonnette d'alarme !    Wydad: Benzarti exclut un joueur des entraînements    Euro 2021: la Belgique écrase la Russie (VIDEO)    Variant indien au Royaume-Uni: Boris Johnson avertit    Euro 2020 : Danemark-Finlande interrompu provisoirement suite au grave malaise du Danois Christian Eriksen    Le grand pèlerinage à la Mecque en format réduit, les Marocains dépités    Hajj 2021: les précisions du ministère des Habous et des Affaires islamiques    La Bourse de Casablanca en hausse    L'Istiqlal réaffirme la nécessaire récupération de Sebta et Melilia    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Algérie : la remueuse Kabylie dénonce une parodie d'élections et un régime réduit à la dernière extrémité    La date de l'Aïd Al Adha 2021 au Maroc    Le quartier Cheikh Jarrah, centre de gravité du conflit israélo-palestinien    La CSMD fait escale à Aït Bouguemez, le désenclavement des zones rurales au centre des débats    Algérie : les législatives anticipées servent à blanchir le régime (collectif)    Résolution européenne: les pays du Golfe solidaire avec le Maroc    Le Maroc peut produire des composants de la voiture électrique    Maroc – Burkina Faso : Pour suivre le match    Transfert de Hakimi : Le PSG s'apprêterait à améliorer son offre    Euro 2021 : Programme et chaînes    Wikipedia en version Darija est désormais disponible    Tan-Tan : un multirécidiviste se suicide en garde à vue, une enquête ouverte    Covid-19 au Maroc : 455 nouveaux cas et 5 décès enregistrés en 24 heures    Le travail des enfants concerne 1,3% des ménages    Don de sang: le beau geste des ultras du Raja et du Wydad    Conférence de Berlin II: Bourita s'entretient avec l'envoyé spécial du SG de l'ONU pour la Libye    OCP : Succès d'une émission obligataire de 1,5 Milliard de Dollars à l'international    Roland-Garros: Djokovic fait tomber Nadal et file en finale (VIDEO)    Protection contre les catastrophes naturelles: un chèque de 100 millions de $ de la banque mondiale au Maroc    Entrée au Maroc: les voyageurs en provenance de la liste A ne sont plus obligés de passer le PCR    Covid-19: Les vaccins chinois par pulvérisation nasale en phase d'essais cliniques    Résolution européenne sur les migrants mineurs : réunion urgente du Parlement arabe le 26 juin    Rabat restera un indéfectible soutien de Tripoli, déclare Nasser Bourita    Royal air Maroc : les détails des vols pour cet été    Covid-19: Lancement du premier kit de test à domicile en Inde    Météo: le temps qu'il fera ce samedi 12 juin au Maroc    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Evolution du coronavirus au Maroc : 400 nouveaux cas, 523.165 au total, vendredi 11 juin 2021 à 16 heures    Crise migratoire Maroc/Espagne: réunion d'urgence du parlement arabe    La posture du professeur et de l'élève ne fonctionne plus    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    Victor Hugo, ses funérailles, ses dessins    Le goût de la vie orientale    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mali: deux enfants et un Casque bleu tchadien tués à Kidal
Publié dans MarocHebdo le 09 - 03 - 2015

Deux enfants et un Casque bleu tchadien ont été tués dimanche par des tirs de roquettes à Kidal, dans le nord-est du Mali, au lendemain d'un attentat meurtrier à Bamako, le premier à frapper des Occidentaux dans la capitale.
Le corps de l'un des cinq tués de l'attentat, un Français de 30 ans, Fabien Guyomard, devait être rapatrié lundi soir. Un Belge, le lieutenant-colonel Ronny Piens, 44 ans, responsable de la sécurité pour la délégation de l'Union européenne (UE) fait partie des morts, ainsi que trois Maliens.
L'attentat a également fait huit blessés, dont deux militaires suisses, qui ont été rapatriés dimanche après avoir été évacués au Sénégal et se trouvaient hors de danger, a annoncé l'armée suisse.
Contrairement à l'attaque de Bamako, revendiquée par Al-Mourabitoune, le groupe jihadiste de l'Algérien Mokhtar Belmokhtar, les auteurs des tirs de roquettes contre un camp de l'ONU à Kidal, fréquents dans ce bastion de la rébellion, ne se sont pas fait connaître dans l'immédiat.
La Mission de l'ONU au Mali (Minusma) a déploré un soldat mort et huit blessés dans ses rangs, ainsi que deux enfants tués et trois adultes blessés parmi la population civile à l'extérieur du camp.
Une source au sein de la Minusma a indiqué que le soldat tué était tchadien.
Selon une source sécuritaire de la Minusma, les civils touchés, appartenant à la tribu arabe des Kountas, se trouvaient dans un campement situé à environ trois kilomètres de la base de l'ONU.
« Vers 05H40 (locale et GMT) le camp de la Minusma à Kidal a essuyé plus d'une trentaine de tirs de roquettes et d'obus », et les Casques bleus ont répliqué peu après à deux kilomètres du camp, « une fois la provenance des tirs établie », selon un communiqué.
« Cette attaque intervient alors que des progrès ont été enregistrés à Alger lors des pourparlers de paix », ajoute la force de l'ONU, en référence à l'accord paraphé le 1er mars par le gouvernement, mais pas encore par la rébellion à dominante touareg du Nord.
Le Conseil de sécurité a condamné une attaque « odieuse », assurant que leurs auteurs devraient « rendre des comptes ».
Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a également fermement condamné l'attaque.
« Le meurtre de membres des forces de maintien de la paix et de civils maliens est intolérable et constitue une violation du droit humanitaire international », a déclaré M. Ban dans un communiqué.
« Cette tentative flagrante d'entraver les progrès réalisés dans un moment crucial du processus de paix au Mali est répréhensible », a ajouté le secrétaire général.
– Sécurité insuffisante avant l'attentat
Forte de quelque 10.000 militaires et policiers, la Minusma a mis à la disposition du Mali des enquêteurs et experts en scènes de crime pour retrouver les auteurs de l'attentat de Bamako.
Une source policière a fait état d' »indices sur le véhicule qui a servi à transporter le commando auteur des crimes commis à Bamako », sans autre précision.
La sécurité était renforcée dans la capitale, où les contrôles étaient stricts sur les trois ponts enjambant le fleuve Niger, et la police anticriminelle était déployée en force, équipée de gilets pare-balles.
Un ami malien du Français tué, rescapé de l'attentat, Zakaria Maïga, s'est dit « surpris » de la facilité avec laquelle les assaillants ont pu « avec des grenades – ils étaient bien équipés – venir au centre ville, là où il y a la police malienne, l'armée malienne et la Minusma ».
Signe de la tension, notamment au sein de la communauté expatriée, le lycée français de Bamako a annoncé que la rentrée scolaire d'après les vacances, prévue lundi, était reportée de deux jours.
Dans sa revendication, le groupe Al-Mourabitoune a dit vouloir venger non seulement un de ses chefs, Ahmed el-Tilemsi, tué par l'armée française en décembre, mais surtout son prophète, « de l'Occident mécréant qui l'a insulté et moqué ».
Il faisait allusion aux caricatures du prophète Mohammad publiées par l'hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo, dont une partie de la rédaction avait été massacrée deux mois auparavant, jour pour jour, par deux jihadistes à Paris.
Bamako vit sous la menace jihadiste depuis que le nord du Mali est tombé au printemps 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda.
Ces groupes ont été partiellement chassés par l'opération militaire « Serval », lancée à l'initiative de la France en janvier 2013, à laquelle a succédé en août 2014 l'opération « Barkhane », dont le rayon d'action s'étend à l'ensemble de la zone sahélo-saharienne.
Des zones entières échappent néanmoins toujours au pouvoir central, mais les attaques jihadistes, qui s'étaient multipliées depuis l'été, surtout contre la Minusma, ont récemment diminué d'intensité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.